Les agents de la SNCF de la gare de Castres (Tarn) accusent des familles installées à proximité des voies de mettre en danger leur sécurité et celle des voyageurs.

Mise à jour : après deux semaines de fermeture, la gare va rouvrir ses portes ce mardi et le trafic va pouvoir reprendre, a rapporté France 3 Midi-Pyrénées. Aux alentours de 9h30 ce matin, la police a évacué le camp de gens du voyage qui occupaient illégalement les lieux.

Voilà deux semaines que la gare de Castres (Tarn) est fermée. La raison ? Les agents de la SNCF accusent des gens du voyage installés à proximité de mettre en danger leur sécurité et celle des voyageurs. Suite à une détonation aux causes indéterminées, les agents de la compagnie ferroviaire ont exercé leur droit de retrait. De plus, ces derniers affirment avoir été victimes d’incivilité de la part des familles installées près des voies. Des actes de malveillance auraient également été commis sur les rails. La circulation des trains a donc été arrêtée et remplacée par des autocars desservant Saint Sulpice et Mazamet, deux villes voisines.

Le tribunal de grande instance de Castres avait pourtant ordonné l’expulsion de ces familles le 7 octobre dernier. "J'ai demandé le recours à la force publique. Il n'y a eu aucune évacuation", a déploré Pascal Bugis, le maire (divers droite) de la ville, interrogé par la Dépêche, estimant que l’Etat se rend complice d’une "prise d’otage des usagers".

"L'Etat ne peut pas mettre toujours des terrains à disposition"

Publicité
Depuis la fermeture du camp de la Vivarié, une aire d’accueil pour les gens voyage, plusieurs familles sont venues s’installer près des voies ferrées. Le problème : aucune aire ne leur a été proposée par la suite. "L'État me dit qu'il veut bien mais qu'il ne sait pas où les mettre, a expliqué le maire. Or, ce n'est pas à moi de leur mettre à disposition un terrain avec eau et électricité gratuites." De son côté, Thierry Gentilhomme, le préfet du Tarn, a estimé que "l'État ne peut pas mettre toujours des terrains à disposition. Tant que la Vivarié sera fermée, l'espoir qu'ils partent ailleurs est illusoire".

En vidéo sur le même thème - Le livret de circulation imposé aux gens du voyage, de quoi s'agit-il ? 

Publicité
Publicité