Une société britannique a le projet d’ouvrir une maison de retraite pour homosexuels dans l’Aude. La mairie de la localité a délivré à son insu le permis de construire. 

Sallèles, une petite bourgade 2500 âmes proche de Narbonne, va accueillir un projet immobilier de 107 maisons individuelles et écolo "de style villageois traditionnel" pour des personnes de 50 ans et plus. Le détail qui tue et qui sème la discorde : les résidences sont destinées à la communauté gay.

"Je tombe des nues parce que je n'en savais rien", a déclaré Yves Bastié, le maire de Sallèles, à un correspondant de l'AFP. Il a signé le permis de construire, puis s’est dit être un peu surpris d'apprendre par la brochure la particularité de la résidence. Mais pour lui et sa commune, le projet de villégiature reste une bonne nouvelle : "Le projet touristique ne coûte rien à la commune et il aura des retombées économiques non négligeables localement, en matière de fiscalité, d'emploi et de commerce."

Le "Village-Canal du Midi" se veut être une "oasis privée pour la comunauté gay et lesbienne (lgbt) qui souhaite mener une vie active et saine dans le climat chaud, amical et sain du sud de la France", peut-on lire sur une brochure publiée en anglais sur le site internet de la société Villages Group. "Idéal pour la retraite, les vacances, les investisseurs", ajoute le site.

Publicité
En plus d'être homosexuel, il faudra être relativement fortuné pour couler des jours tranquilles dans le "Village-Canal du Midi". Il en coûtera 236.000 euros ou 248.000 euros pour une maison, à quoi il faudra ajouter 70 euros par semaine de frais de gestion et de management.

 

Crédit Photo © Wikimédia

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité