En juin dernier à Biarritz, Maurice Franc a enfreint le Code pénal en célébrant le mariage d'une femme atteinte d'un cancer en phase terminale. Elle est morte deux jours pus tard.

En juin dernier à Biarritz, le prêtre Maurice Franc a marié un couple qui ne s'était pas marié préalablement à la mairie. Un acte illégal aux yeux de la loi. Selon l'article 433-21 du Code pénal, "tout ministre d'un culte qui procédera, de manière habituelle, aux cérémonies religieuses de mariage sans que ne lui ait été justifié l'acte de mariage préalablement reçu par les officiers de l'état civil sera puni de six mois d'emprisonnement et de 7 500 euros d'amende."

Seulement, l'abbé a expliqué à France Bleu Pays Basque qu'il s'agissait de respecter un "devoir d'humanité". La femme était en effet atteinte d'un cancer en phase terminale. Elle est d'ailleurs décédée deux jours après la cérémonie.

Une demande mûrement réfléchie

"Face à une demande constante des fidèles, il est évident que je devais y accéder, a expliqué Maurice Franc sur la radio locale. Ce qui a rendu exceptionnelle la célébration, c'est que, face à la maladie qui gagnait, les jours étaient comptés. Il y avait cette demande qui avait été mûrement réfléchie. Il y avait ce désir d'être mariés devant Dieu, quelques jours avant qu'elle ne décède."

Publicité
La loi qui interdit au prêtre de marier religieusement avant un mariage civil date de la Révolution française, plus précisément de la Constitution de 1791, qui institue le mariage civil et laïc. A l'époque, les prêtres contrevenants risquaient la déportation.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité