Poursuivi par le ministère de l’Economie et des Finances pour fraude fiscale et organisation d’insolvabilité, Bernard Tapie est soupçonné d’avoir dissimulé des fonds à l’étranger pour échapper au fisc.

© AFP

Bernard Tapie n’en a pas fini avec la justice. Poursuivi sur le plan civil par l’Etat, qui entend bien récupérer les 405 millions d’euros versés à l’homme d’affaires en 2008 dans le cadre de l’arbitrage rendu dans l’affaire Adidas, le voilà aujourd’hui visé par une plainte de Bercy pour « fraude fiscale » et « organisation d’insolvabilité », révèle Le Monde.

Des fonds dissimulés à l'étranger ?Le quotidien rapporte que le ministère de l’Economie et des Finances le soupçonne « de vouloir organiser son insolvabilité en minorant ses résultats, tout en essayant de répartir des fonds à l’étranger, dans diverses structures opaques, afin d’échapper aux poursuites fiscales en France ». Une information judiciaire a donc été ouverte le mois dernier.

Publicité
Débiteur du fiscD’après un document, dont Le Monde «  a eu connaissance », Bernard Tapie et son épouse avaient été mis en demeure par les services des impôts de payer la somme de 15 709 864 euros au titre des années 1989 à 1991. Ils avaient également reçu « un avis à tiers détenteur émis en vue de recouvrer la somme de 13 026 574 euros ». Mais les époux Tapie avait déposé une requête devant le tribunal administratif en invoquant des difficultés financières, une partie de leurs biens ayant été saisis dans le cadre de la procédure judiciaire liée à l’arbitrage de l’affaire Adidas rendu contre le Crédit Lyonnais. La requête a été rejetée le 9 août dernier. Bernard Tapie a de son côté contre-attaqué en déposant une plainte pour discrimination contre le centre des impôts du VIe arrondissement de Paris.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :