Bernard Tapie a récemment raflé les derniers titres du Groupe Hersant Medias (GHM). L’ancien président de l’Olympique de Marseille signe ainsi son retour aux affaires.

Un joli cadeau de Noël. Allié de la famille Hersant, Bernard Tapie s’apprête à mettre la main sur les titres restants du Groupe Hersant Médias (GHM), dont font notamment partie les quotidiens Nice Matin, Var Matin, Corse Matin et La Provence. L’offre de l’homme d’affaire a en effet été retenue et jugée solide par les banques créancières du groupe de presse. "Les banques se sont décidées à valider la proposition Hersant/Tapie sans attendre", et l'offre faite par le groupe belge Rossel a été rejetée, a ainsi expliqué une source proche du dossier mercredi à l’issue d’une réunion midi avec les banques créancières du groupe Hersant sous l'égide du Ciri (comité interministériel de restructuration industrielle). Celle-ci a également précisé que la proposition faite par Tapie et les Hersant s’élevait à une cinquantaine de millions d’euros.

Actuellement "en cours de signature", elle devrait par ailleurs être "signée par l’ensemble des banques" d’ici quelques jours. Une fois signé, cet accord devra être présenté au président du tribunal de commerce lors d'une audience fixée le 24 décembre, et définitivement homologué par le tribunal.

Publicité
Quelles sont ses intentions ?Connu pour ses nombreux rachats d’affaires en difficultés, Bernard Tapie s’apprête ainsi à signer son grand retour. Mais alors que ses intentions quant à la mairie de Marseille aux prochaines municipales demeurent encore floues, certains journalistes  s’inquiètent de cette récente reprise et se demandent, entre autres, quelles sont les réelles intentions politiques de Bernard Tapie. Après avoir été le président de l’Olympique de Marseille (de 1986 à 1994), l’homme d’affaire résistera-t-il à la tentation d’influencer le jugement des journalistes de ses titres ? 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité