Le mois de novembre c’est le mois du Beaujolais nouveau. Vous n’y connaissez rien ? Planet a posé quelques questions à Dominique Piron, président de l’inter Beaujolais.

Planet : Comment bien choisir son beaujolais nouveau ?

Dominique Piron : Comme pour tous les vins, il est préférable de choisir un vin qui a un nom et éviter les sous-marques. Quand un vigneron pose son nom sur une étiquette, il s’engage. Il faut surtout goûter plusieurs vins afin de choisir celui qui nous plaît le plus. Je conseille généralement de choisir deux ou trois bouteilles différentes pour trouver l’idéal.

L’avantage du Beaujolais nouveau, c’est qu’il se fait sur une grande région et donc offre une diversité de terroirs, de vinificateurs, d’hommes. Comme le chien ressemble à son maître, le vin ressemble à son vigneron. Je conseille aussi d’aller voir un caviste qui saura vous guider en écoutant vos goûts. Pour le prix, le minimum démarre généralement à 3,50 et ça peut monter jusqu’à 10 euros. Pour une bouteille de qualité, je conseille de mettre 6/8 euros.

Planet : Pourquoi l’appellation Beaujolais nouveau ?

Dominique Piron : Tous les vins d’appellation sont soumis depuis 1951 à une règle qui fixe la date de début des ventes. Avant la date était fixée au 15 décembre, mais le décret a été modifié au 15 novembre, avec certaines conditions, dont celle de préciser qu’il s’agit d’un vin ‘’nouveau’’. Le terme ‘’nouveau’’ fait référence au fait que le vin soit fait avec les dernières récoltes. On peut le vendre avec l’appellation nouveau jusqu’au 15 janvier.

Planet : Avec quoi marier le Beaujolais nouveau ?

Dominique Piron : Le Beaujolais nouveau est un vin d’amitié, festif. Il s’apprécie en apéritif avec par exemple de la charcuterie. Comme les autres Beaujolais, il se boit aussi avec de la viande blanche grillée, comme du poulet. Je trouve que c’est aussi un vin qui va bien se marier avec, par exemple, l’andouillette. Ca se marie très bien avec le croquant et l’onctuosité de la viande.

Planet : Que faut-il savoir sur le Beaujolais nouveau de cette année ?

Publicité
Dominique Piron : L’année a été particulièrement compliquée dans les vignobles. Avec la grêle, le gel et la sècheresse, on était plutôt inquiets pendant le mois d’août. Et puis ça a été mieux fin août, et on a eu un beau mois de septembre. C’est vrai qu’en termes de quantité, c’est plutôt moyen-petit. Cependant, côté qualité, on est plutôt servi. On a, cette année, des vins avec une belle matière, un belle couleur et des tanins ronds avec des fruits.

Vidéo : Le Beaujolais nouveau, un produit de luxe à l'étranger

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité