Le professeur qui a emmené les élèves pris dans une avalanche dans les Deux-Alpes mercredi était sorti d’un séjour en hôpital psychiatrique deux mois plus tôt.

Le professeur qui encadrait les dix élèves emportés par une avalanche mortelle aux Deux-Alpes, mercredi, avait effectué un séjour dans un hôpital psychiatrique en novembre et prenait toujours un lourd traitement, notamment des antidépresseurs, d’après une source proche de l’enquête, comme l'indique FranceTv Info.

Selon cette source, la veille du drame, plusieurs lycéens accompagnés par ce même professeur avaient déjà descendu la piste noire où s’est déroulé l’accident. A ce moment-là, certains élèves auraient refusé de s’engager sur la descente.

"Il n'avait pas vu le danger"

Professeur d’EPS au lycée Saint-Exupéry de Lyon, il avait appris à skier tout seul et n’avait pas regardé la météo le matin des faits. Ce jour-là, Météo France annonçait pourtant un risque élevé d’avalanche (de niveau trois sur une échelle de cinq). D’après la source proche de l’enquête, l’accompagnant a "estimé qu’il pouvait y aller" et qu’il "n’avait pas vu le danger".

Cet accident a coûté la vie à deux adolescents de 16 ans du groupe et à un touriste ukrainien. Le professeur de 47 ans, lui, a été placé en garde à vue jeudi au CHU de Grenoble, où il est hospitalisé pour un traumatisme crânien et une fracture. Il a également demandé à retourner en hôpital psychiatrique.

A lire aussi- Avalanche mortelle en Isère : la piste noire était fermée

A qui la faute ?

Publicité
"C'est un peu l'histoire de la Germanwings", a fait remarquer la même source proche du dossier. A comprendre par là qu’il reste à déterminer comment le lycée a pu déléguer la responsabilité d'un groupe de lycéens à ce professeur en dépit de son état mental fragile.

L'enquête pourrait ainsi se pencher sur les responsabilités de sa hiérarchie et de l'établissement scolaire.

Vidéo sur le même thème : Avalanche en Isère : la montagne est "très, très dangereuse" en ce moment

Publicité