Audrey Pulvar et Arnaud Montebourg, épisode 3 000 : la journaliste n’avait pas encore tout dit de sa relation avec le ministre du Redressement productif. Au programme du jour, des confidences sur les goûts musicaux douteux de son ancien compagnon, qui écoutait les 2be3.

Audrey Pulvar a-t-elle définitivement tourné la page Arnaud Montebourg ? S’il y a encore quelques jours elle confiait qu’elle le virerait du gouvernement si elle était au pouvoir, aujourd’hui elle semble par moment évoquer son ex-compagnon avec une certaine tendresse. Dans les pages de Gala, la journaliste fait le point sur sa vie et revient bien sûr sur sa relation avec le ministre du Redressement productif. « On sera toujours en communion de pensée, il sera toujours dans mon cœur, et inversement je pense » déclare-t-elle. Mais sa relation avec Arnaud Montebourg, Audrey Pulvar estime quand même l’avoir payée chère.

« J’étais une journaliste politique, j’avais plutôt  bonne réputation »« Me retrouver réduite au rôle de « compagne de », qui penserait à travers son compagnon, a été hyper violent. Et je l’ai vécu de façon totalement injuste » explique la chroniqueuse du Grand 8. « J’étais une journaliste politique, j’avais plutôt bonne presse, bonne réputation, et aujourd’hui, à l’inverse, plus on peut me taper dessus plus, apparemment, ça fait du bien à ceux qui le font. Et puis, c’est sûr, des portes professionnelles se sont fermées. Maintenant je pense – et j’espère – que c’est derrière moi ».

Publicité
« Mais les 2be3, j'avoue, ce n'était pas possible ! »Une facture salée donc, qui  méritait bien une dernière petite pique à l’encontre de son ex-compagnon. Car Audrey Pulvar fait aussi quelques révélations sur les goûts musicaux d’Arnaud Montebourg. Et le moins que l’on puisse dire que c’est que ces derniers sont pour le moins éclectiques, voire embarrassants diront certains. « Quand on s'est rencontrés il m'a dit qu'il écoutait des musiques pourries, ce à quoi j'ai répondu que je n'écoutais pas non plus que du Henry Purcell. Mais les 2be3, j'avoue, ce n'était pas possible ! » Un petit clin d’œil que le ministre appréciera ou non, mais qu’il pourra toujours retourner à son avantage : en tant que militant du Made in France, les 2be3, durant la folie boybands, étaient un cru bien de chez nous… 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :