Un gaz naturel s'infiltre actuellement dans les maisons d'une région française, alors que la moitié de la population locale n'est pas au courant de sa présence.

Il est très discret, et 58% des habitants de la région Loire-Atlantique l’ignorent, mais un gaz naturel s’infiltre dans les maisons. En effet, comme l'explique la directrice régionale de la DREAL (direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) à 20 Minutes, le randon est un "sujet majeur de santé publique pour les Pays de la Loire". Le randon est un gaz radioactif qui descend naturellement de l'uranium que l'on retrouve dans les roches granitiques des sous-sols. 

"Le premier conseil est de colmater toutes les fissures de ses murs"

Pour le Pays de la Loire, c'est un problème puisque ce gaz représenterait un risque dans près de 9 villes sur 10 de Loire-Atlantique (ainsi 53% des communes de la région, mais aussi en Bretagne). Néanmoins, pas de panique. Le risque de toxicité est faible, puisqu'il n'existe que si la concentration est trop élevée et dure trop longtemps. Aussi, ce gaz peut être chassé en prenant des précautions simples.

"Le premier conseil est de colmater toutes les fissures de ses murs, voire d’étanchéifier les sols pour que le gaz ne puisse pas entrer. Il est surtout important de le faire sortir, en ouvrant ses fenêtres plusieurs fois par jour surtout le soir, ou en veillant au bon fonctionnement de sa ventilation. Le radon se dilue dans l’air", explique-t-on à l'ARS.

A lire aussiFaites baisser votre facture de gaz et d'électricité en achetant groupé

Le randon ne monte pas haut

Publicité
Ceux qui habitent dans des maisons ou au rez-de-chaussée sont les plus visés par ce phénomène, car le radon ne monte pas plus haut. Ces personnes-là sont poussées à acheter des dosimètres (à partir de 25 euros). "Environ un tiers des logements testés a un seuil de concentration important, c’est-à-dire supérieur à 300 Bq", indique Patricia Saraux, médecin en chef de la santé publique. "3% avaient une concentration très élevée".

Vidéo sur le même thème : Explosion à Gonfreville : "Le gaz qui s'est échappé a provoqué une explosion"

Publicité