Une semaine après les attentats qui ont frappé la France, se pose la délicate question de savoir où enterrer les corps des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly. Des communes refusent de les inhumer sur leur territoire.

Une épineuse question. Les trois terroristes qui ont perpétré des attaques en France la semaine dernière ont tous les trois été tués dans les assauts du Raid. Et si cette semaine les familles de leurs victimes enterrent leurs proches disparus, les corps d’Amedy Coulibaly et des frères Kouachi doivent aussi être  bientôt inhumés. Une nécessité qui pose un véritable problème à leurs familles. En effet, celles-ci ne parviennent pas à trouver d’endroit pour accueillir leurs dépouilles. Certaines des commune susceptibles de les accueillir  - parce qu’ils y résidaient, parce qu’ils y sont morts ou parce qu’ils y possèdent une sépulture de famille – ne veulent prendre ce risque, tandis que d’autres ne souhaitent pas se prononcer. Toutes redoutent que les sépultures des trois terroristes attirent des djihadistes voulant s’y recueillir.

Ce que dit la loiLes corps ne peuvent cependant pas rester indéfiniment à la morgue. La loi prévoit qu’ils soient inhumés au plus tôt 24 heures après le décès et au plus tard six jours après. Ce délai peut être allongé dans certaines circonstances particulières, comme c’est actuellement le cas.  Aussi, les corps sont gardés à l’institut médico-légal du 12e arrondissement de Paris, croit savoir Europe 1. Ils y resteront "le temps de l’enquête", a de son côté précisé au Figaro le maire de Dammartin-les-Goële où sont décédés Saïd et Chérif Kouachi.

Une fois l’enquête terminée, les trois corps devront donc absolument être inhumés. Il incombera alors à leurs proches de choisir dans quelle commune ils souhaitent le faire. Celles retenues n’auront pas d’autre choix que de s’y plier, ainsi que le prévoit la loi. Mais les proches des terroristes pourront également décider de les faire inhumer dans une toute autre ville. Cette dernière aura en revanche le droit de refuser d’accéder à leur requête et ce, sans avoir à se justifier.

Concrètement, Chérif Kouachi pourrait être enterré à Gennevilliers où il habitait ou à Dammartin-en-Goële où il a été tué. Pour son frère, Saïd, les possibilités sont Dammartin-en-Goële où il est lui aussi mort ou bien Reims où il résidait. Quant à Amedy Coulibaly, il pourra être inhumé à Paris où il est mort ou bien à Fontenay-aux-Roses où il louait un appartement.

Publicité
Le cas de Mohamed Merah en 2012Cette délicate question de savoir où enterrer les terroristes s’était déjà posée en 2012, au lendemain des attaques commises par Mohame Merah. Sa mère avait demandé à qu’il soit enterré en Algérie mais le pays avait refusé. Aussi, n’avait-elle eu d’autre choix que de se tourner vers Toulouse, ville où vivait et où est mort son fils. Initialement contre, le maire de la ville rose avait finalement accepté, notamment poussé par Nicolas Sarkozy, alors président et qui souhaitait éviter une polémique. Le corps du "tueur au scooter" a donc été enterré dans le carré musulman du cimetière de la ville. Sa sépulture est anonyme. Aucune profanation ni aucun rassemblement particulier n'y aurait été remarqué, indiquait un reportage de BFM TV datant d'il y a trois ans (ci-dessous).

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité