Selon Le Figaro, les terroristes qui ont actionné leur ceinture d’explosifs à Saint-Denis voulaient faire un maximum de dégâts en s’introduisant à l’intérieur du stade.

Un mois et demi après les attentats de Paris qui ont fait 130 morts, les hommes de la sous-direction antiterroriste, de la brigade criminelle de Paris et de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), ont livré leurs conclusions, que le Figaro dévoile ce lundi.

Parmi leurs conclusions, l’une d’elle fait froid dans le dos : les kamikazes de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) ont tout fait pour pénétrer dans l’enceinte du Stade de France où se massaient 80 000 spectateurs assistant au match de football France-Allemagne. Parmi ces milliers de spectateurs, le président Hollande et une poignée de ministres.

"Trois inconnus chuchotaient en arabe"

Alors que le match allait commencer, un témoin entendu par la police a raconté que "trois inconnus chuchotant en arabe s’étaient insinués entre 20h30 et 20h45 dans la file d’attente [pour rentrer dans le Stade], située à l’entrée N avant de se faire refouler." Le témoin reconnaîtra ensuite sur un cliché Ahmad al-Mohammad, l’un des trois kamikazes qui s’est fait exploser à 21h17 à la porte D. Mais le témoin a aussi reconnu Salah Abdeslam, le terroriste présumé des attentats de Paris toujours en fuite. Un témoignage capital donc mais qui sème un doute : Salah Abdeslam a-t-il voulu mourir lui aussi dans les tribunes du Stade de France ?

A lire aussi - Attentats de Paris : un kamikaze discrètement enterré, son épouse "fière" de lui

Publicité
Selon le témoignage d’un vigile, "un des terroristes a tenté de rentrer par ruse, à quatre reprises et en vain, au niveau de la porte entre 21h05 et 21h25." Il s’agit selon toute vraisemblance de Bilal Hadfi qui se fera ensuite exploser à 21h53 au niveau de la rue de la Cokerie, devant un restaurant McDonald’s. Les deux autres kamikazes du commando ont été formellement identifiés comme "faisant partie d’un groupe de 198 migrants clandestins" arrivés le 3 octobre dernier en Grèce puis en France en traversant une "Europe passoire".

Vidéo sur le même thème : Exclusif: ils ont vu les kamikazes du stade de France