Le dessin en Une du numéro spécial du journal satirique qui sortira le 6 janvier fait déjà réagir, de même que l’éditorial corrosif du directeur de la rédaction.

Quasiment un an jour pour jour après les attentats de janvier, l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo sortira le 6 janvier un numéro spécial qui sera tiré à un million d’exemplaires.

Dimanche soir, la Une de ce numéro spécial a été dévoilée. On peut y voir un dessin du directeur de la rédaction, Riss, montrant un Dieu monothéiste armé d’une kalachnikov et vêtu d’un habit ensanglanté. A côté de ce dessin, le titre : "1 an après, l’assassin court toujours".

"C’est Charlie qui les verra crever"

En plus du croquis, Riss, grièvement blessé lors des attentats de janvier, signe un éditorial corrosif dans lequel il défend la laïcité et dénonce "les fanatiques abrutis par le Coran", et les "culs-bénits venus d’autres religions" qui avaient souhaité la mort du journal pour "oser rire du religieux".

A lire aussi - Critiques, argent, départs : Charlie Hebdo dans la tourmente

Et de conclure : "C’est l’éternité qui nous est tombée dessus ce mercredi 7 janvier. Ce ne sont pas deux petits cons encagoulés qui vont foutre en l’air le travail de nos vies. Ce n’est pas eux qui verront crever Charlie. C’est Charlie qui les verra crever."

Publicité
Ce numéro double - 32 pages au lieu de 16 - vendu au prix habituel de 3 euros, comprend un cahier de dessins des caricaturistes disparus - Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Honoré - et des contributeurs extérieurs dont le ministre de la Culture Fleur Pellerin, des comédiennes comme Isabelle Adjani, Charlotte Gainsbourg, Juliette Binoche, des intellectuels comme Élisabeth Badinter, la bangladaise Taslima Nasreen, l'américain Russell Banks, et le musicien Ibrahim Maalouf.

Vidéo sur le même thème : Charb sur la censure : "Autant crever tout de suite"