Les terroristes des attentats de Paris ont loué trois logements sous de faux noms en Belgique, quelques mois avant les attaques, a annoncé le parquet fédéral belge ce mercredi. Des traces d’explosifs ont été retrouvées dans l’une des planques.

L’enquête sur les attentats de Paris progresse. En Belgique, "trois logements conspiratifs utilisés par les auteurs des attentats du 13 novembre 2015 ont été retrouvés par les enquêteurs", a indiqué le parquet fédéral belge dans un communiqué, ce mercredi.

Ces planques - deux appartements et une maison- étaient situées à Schaerbeek, commune de Bruxelles, à Charleroi et à Auvelais, dans la région de Namur. Toutes ont été louées sous de fausses identités un ou deux mois avant les attentats et "le loyer des trois logements et la garantie ont tous été payés en liquide à leurs propriétaires respectifs", a précisé le parquet.

A lire aussi : Salah Abdeslam : les premières photos de sa cavale

Des traces d’explosifs retrouvées

Selon le parquet, l’appartement de Schaerbeek avait probablement servi à fabriquer des ceintures d’explosifs. Le 10 décembre, une perquisition a permis aux enquêteurs "la découverte de matériel destiné à la préparation d’explosifs, d’une balance de précision, de traces de TATP, de ceintures ventrales ainsi que d’un schéma dessiné à la main décrivant un personnage portant une large ceinture à la taille".

Des empreintes ADN de Bilal Hadfi, l’un des kamikazes du Stade de France et de Salah Abdeslam, suspect toujours en fuite, ont été retrouvées dans cet appartement. L’enquête indique aussi que les deux hommes ont également séjourné dans leur location de Charleroi. Par ailleurs, plusieurs matelas et empreintes ont été découverts dans la maison d’Auvelais. Cette dernière était déjà soupçonnée d’avoir servi de planque.

Enfin, la Seat noire qui a servi aux terroristes pendant les attentats des terrasses le 13 novembre a été localisée près des logements d’Auvelais et Charleroi avant les attaques.

Publicité
Lundi, les enquêteurs avaient trouvé les enregistrements de caméras de surveillance d'une station-service à la frontière belge, montrant Salah Abdeslam et deux de ses complices, le lendemain des attentats, en train de faire le plein, à visage découvert et les mains dans les poches.

Vidéo sur le même thème : Des traces de Salah Abdeslam retrouvées à Bruxelles