Les familles des victimes des attentats de Paris viennent de recevoir l'avis d'imposition de leur défunt. Mais ces dernières s'insurgent et demandent une exonération. 

A la douleur de la perte de leur proche dans les attentats du 13 novembre, vient s'ajouter leur avis d'imposition. La loi prévoit en effet que la famille paye les impôts d'une personne décédée. En raison du caractère exceptionnel des attentats de Paris, les familles demandent un traitement particulier.

"Nous demander de payer des impôts pour un enfant qui a été assassiné, je trouve cela inadmissible", a déploré sur BFM TV Patricia Correia, qui a perdu sa fille dans les attaques terroristes du 13 novembre.

A lire aussi : Attentats du 13 novembre : la mère d'une des victimes va porter plainte contre la Belgique

Les familles demandent une exonération

Une vingtaine de familles a déjà contacté l'association "13 novembre : fraternité et vérité" pour demander de l'aide. Cette association tente (en vain) d'obtenir un entretien avec le ministère des finances pour lui faire part de l'imcompréhension des familles.

Par ailleurs, certaines familles n'ont pas reçu la totalité des indemnisations qui leur sont dues et sont en difficulté financière.

Publicité
"Ces gens ne sont pas morts pour leur activité ou vieillesse. Ils sont morts pour la France. C'est ce qui a été dit aux Invalides après le 13 novembre. S'ils sont morts pour la France, la France leur doit peut être bien ça", a déclaré au micro de BFM TV le vice-président de l'association d'entraide des victimes et rescapés du Bataclan, Emmanuel Domenach.

L'association demande en clair que ces familles soient exonérées d'impôts sur le revenu. 

En vidéo sur le même thème : Attentats du 13 novembre : "Les victimes n'attendent pas beaucoup de Salah Abdeslam" 

 

Publicité