L’enquête sur les attaques terroristes du mois de janvier progresse. Des témoignages apportent de nouveaux éléments au sujet des frères Kouachi et Amédy Coulibaly.

D’après France Inter, un témoin aurait vu les frères Kouachi, Amédy Coulibaly et sa compagne Hayat Boumeddiene à proximité d’Annecy deux semaines avant les attentats de Paris.

Lire aussi - Dix jours avant les attentats, Amédy Coulibaly avait été contrôlé "par hasard" puis signalé à l'antiterrorisme

Une hôtesse d’accueil du Centre hospitalier Annecy-Genevois est convaincue d’avoir croisé les auteurs des attaques terroristes de Paris fin décembre dernier. Amédy Coulibaly accompagné de sa femme aurait demandé où se trouvait les urgences. Un peu plus tard, deux hommes, dont l’un vêtu d’une djellaba, auraient demandé à voir Hayat Boumeddiene. L’hôtesse est persuadée qu’il s’agissait des frères Kouachi. Après avoir cherché en vain dans son fichier, l’un des deux hommes auraient dit : "Elle a peut-être donné un autre nom". Ce qui aurait intrigué celle qui fait partie du personnel hospitalier. Les enregistrements audio de l’hôpital ne sont conservés que sept jours, les enquêteurs n’ont donc pas pu les visionner.

Lire aussi - Attentats de Paris : le scénario bien huilé des terroristes

De nouveaux témoignages des proches des terroristes

Par ailleurs, des proches des terroristes ont été entendus par la police. Ainsi quatre personnes faisant partie de l’entourage d’Amédy Coulibaly ont été arrêtées. Le troisième frère Kouachi, qui était placé dans le même foyer que Saïd et Chérif jusqu’en 2000 en Corrèze, a vu ses frères pour la dernière fois en janvier 2014. Chaban Kouachi a déclaré : "Ils me considèrent comme un traitre". "Ils m’ont encore demandé quand je deviendrai musulman. J'ai répondu que je ne serai jamais converti de force, ce qui avait le don de les agacer. En tous cas, ils ne peuvent pas dire qu’ils en sont arrivés là parce qu’ils étaient orphelins", a ajouté ce titulaire d’une licence de japonais. Avant de conclure : "Je le suis aussi, et je ne suis pas comme eux".

Lire aussi - Attentats : 4 complices présumés de Coulibaly et des Kouachi déférés

Publicité
Salima, la demi-sœur des frères Kouachi a expliqué qu’elle a toujours refusé d’habiter avec eux car ils étaient "à fond dans la religion". "Ils menaçaient de faire sauter la maison de mes parents adoptifs si je ne me convertissais pas à l’islam", a-t-elle également ajouté. D’autre part, un ami d’enfance de Chérif Kouachi a expliqué qu’il leur faisait la morale et qu'il affirmait que le vrai djihad se trouvait en Israël et pas dans les cités.

Vidéo sur le même thème : Attentats de Paris : ce que l'on reproche aux quatre complices présumés