Selon Europe 1, le terroriste de l’Hyper Cacher et son commanditaire dialoguaient d’une manière astucieuse afin de ne pas éveiller les soupçons des services de renseignement.

Le procureur de Paris avait émis en mai dernier l’hypothèse qu’Amedy Coulibaly eût été guidé par quelqu’un à l’étranger pour commettre le meurtre d’une policière à Montrouge et la tuerie à l’Hyper Cacher de Vincennes.

Aujourd’hui, ce n’est plus une hypothèse selon Europe 1 qui s’appuie sur les dernières expertises des ordinateurs du terroriste. Ces analyses montrent "un système de communication très sophistiqué mis en place pour échanger avec son ou ses donneurs d’ordres."

Des messages laissés à l’état de brouillon

Pour communiquer, Amedy Coulibaly utilisait une douzaine d’adresses mail, dont la moitié était mutualisée avec ses interlocuteurs afin de discuter via des messages laissés à l’état de brouillon, c’est-à-dire jamais envoyés d’adresse à adresse. Le terroriste avait également ouvert des comptes sur des serveurs internet basés un peu partout dans le monde, "du Danemark aux Etats-Unis en passant par les Pays-Bas et la Turquie". Et ce, afin de passer sous les radars des services de renseignement français.

Des emplettes à Noël avant de passer à l’acte

S’agissant des messages à proprement parler, beaucoup restent encore indéchiffrables car cryptés. Pour ceux qui ont pu être décodés, on apprend qu’un correspondant de Coulibaly lui demande de "dormir et de se planquer", "d’attendre les indications pour la suite", et le lendemain d’aller "au plus facile et au plus sûr".

A lire aussiLa gendarme amoureuse d'un complice de Coulibaly suspendue

Publicité
Les dépenses du terroriste ont également été épluchées. Et, chose étrange, l’homme achète juste avant Noël un lave-vaisselle et pour 2 000 euros de meubles en kit d’un célèbre magasin d’ameublement suédois, ainsi que le dernier Iphone et une PlayStation 4. Près de deux semaines plus tard, il passait à l’acte…

Vidéo sur le même thème : Attaque de l'Hyper Cacher : Amédy Coulibaly a bien agi sur ordre, un email le prouve