Les autorités suspectent que le passeport syrien de l’un des terroristes décédés près du stade de France soit un faux. Il aurait également pu appartenir à un soldat de Bachar Al-Assad mort il y a plusieurs mois.

La police a lancé un nouvel appel à témoins, mardi soir, afin d’identifier l’un des kamikazes décédés vendredi près du stade de France (Seine-Saint-Denis). Les personnes disposant d’informations sont invitées à appeler le 197 Alerte attentat. Pour un signalement sur Internet, il faut se rendre sur le site www.securite.interieur.gouv.fr.

Un passeport syrien a été retrouvé à côté du terroriste décédé vendredi, laissant croire dans un premier temps qu’il s’agissait d’Ahmad al Mohammad, un homme né en 1990 à Idlib (Syrie). En faisant leurs recherches, les autorités ont toutefois constaté que cette identité était relative à celle d’un soldat de Bachar al-Assad mort il y a quelques mois. La police suspecte désormais l’homme de s’être procuré un faux passeport ou de l’avoir volé.

Les autorités grecques ont enregistré son passage en octobre

Publicité
De leurs côtés, les autorités grecques ont affirmé que le kamikaze s’était enregistré sur l’île de Leros, en face des côtes turques, le 3 octobre dernier, parmi 198 autres réfugiés. L’homme a ensuite quitté la Grèce à une date inconnue avant se rendre en France. Il aurait été repéré pour la dernière fois, le 8 octobre, en Croatie. Selon une source proche des services de renseignements de Macédoine, le terroriste était accompagné d’un autre homme lors de son voyage.

En vidéo sur le même thème - Attentats: la traque de Salah Abdeslam continue

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité