La sœur de Mohamed Abrini, fugitif suspecté d'avoir un lien avec les attentats à Paris du 13 novembre, assure qu'il était au domicile familial en Belgique ce soir là. 

Activement recherché par les autorités françaises et belges, Mohamed Abrini est suspecté d'avoir un lien avec les attentats à Paris le 13 novembre. "Cet homme a été filmé le 11  novembre dans l'Oise, au volant d'une Renault Clio noire qui aurait servi à Salah Abdeslam, l'autre fugitif recherché par les enquêteurs, pour convoyer les kamikazes du Stade de France, deux jours plus tard", rappelle Le Parisien, qui a pu interviewer la sœur d'Abrini.

Selon Ikram, son frère "n'a rien à se reprocher". La jeune femme, mère au foyer de 23 ans, assure en effet au quotidien qu'il était au sein de sa famille le soir des attentats. "Je suis formelle, c'était le vendredi 13 novembre au soir. Le jour des attentats, il ne peut pas être à Paris. Il était à la maison chez nous à Molenbeek, à 21 heures", explique-t-elle.

Il doit "s'expliquer au plus vite"

Publicité
Et d'ajouter : "Il sait faire la distinction entre le bien et le mal. Certes il a commis des bêtises. Il a eu quelques soucis avec la justice, mais quand je lis dans la presse néerlandaise qu’il a fait quatre ans de prison pour braquage, c’est faux !". 

Pour mettre les choses au clair, Ikram conseille à son frère de "se constituer prisonnier quelque part et de s'expliquer au plus vite".

En vidéo sur le même thème - Attentats : Mohamed Abrini, un deuxième suspect recherché en Belgique 

mots-clés : Attentats à paris
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité