Ce dimanche, Aurélie Châtelain, une jeune femme de 33 ans a été tuée à Villejuif. Elle serait une victime collatérale de l’attentat déjoué.

Le corps d’Aurélie Châtelain, portant trois impacts de balles, a été retrouvé dans son véhicule, dimanche matin vers 8h40. Deux passants avaient alerté les pompiers alors que la voiture commençait à prendre feu. Sa voiture, une Renault Scénic, se trouvait dans une zone pavillonnaire calme, à proximité de deux hôtels, rapporte BFMTV. Le présumé terroriste a sans doute voulu lui dérober son véhicule. "On ne sait pas encore les circonstances de sa mort, mais elle ne s'est peut-être pas laissée faire, et une balle perdue est venue se loger chez l'auteur des faits", a déclaré Peggy, une amie de la victime, à RMC.

Lire aussi - Attentat déjoué à Paris : en fait, tout s’est joué au hasard

La jeune femme se rendait à un stage quand elle a croisé la route du terroriste

Aurélie Châtelain, âgée de 33 ans, était danseuse et professeur de fitness. La jeune femme était originaire de Caudry près de Valenciennes dans le Nord. Passionnée de danse et de sport, elle s’était rendue en région parisienne afin de suivre un stage de pilates, une méthode de gymnastique douce, pendant une semaine dans la banlieue sud de Paris. Aurélie Châtelain avait une petite fille de cinq ans, baptisée Juliette. Elle s’était séparée du père de l’enfant depuis quelques années mais était en bons termes avec lui. Ce dernier a indiqué sur Facebook : "Je m'occupe de ma fille et fais déjà comme je peux pour garder la tête froide face à elle". Avant d’ajouter : "Je ne sais quoi dire devant tant d'effroi, d'incompréhension, de colère et de haine".

Lire aussi - Qui est Sid Ahmed Ghlam, l’islamiste arrêté dimanche ?

La ville de Caudry est également sous le choc. Aurélie Châtelain avait travaillé entre 2002 et 2007 en tant qu’animatrice dans un centre social de la commune de 14 000 habitants. "Tous ceux qui l'ont connue sont abasourdis", a fait savoir Eric Bernard, son ancien directeur. Titulaire d’un CAP "petite enfance", elle avait travaillé entre 2007 et 2014 à la crèche communale, "La Maison Enchantée". Elle avait également été élue conseillère municipale sur la liste du maire de droite Guy Bricout de 2008 à 2014.

"C'était un véritable rayon de soleil, un sourire éclatant inoubliable"

Publicité
"C'était un véritable rayon de soleil, un sourire éclatant inoubliable. Elle était débordante d'énergie, pétillante, rayonnante...La danse était sa vie, elle virevoltait de grâce au rythme de la musique", a écrit ce dernier dans un communiqué lui rendant hommage. Le maire compte d’ailleurs proposer que la légion d’honneur lui soit remise à titre posthume. "Par son courage, elle a permis l'arrestation de cette personne avant qu'elle ne fasse des actes de cruauté encore plus importants", a-t-il déclaré à l’AFP.

Vidéo sur le même thème : Projet d'attentat "imminent" déjoué : des complices parmi l'entourage du suspect ?