Dix jours après la violente agression de passagers dans le RER D à Grigny (Essonne), une quinzaine de personnes a été interpellée ce mercredi matin dans une cité sensible.

Une source policière a indiqué que quinze personnes suspectées d’avoir participé à l’agression survenue le 16 mars derniers dans le RER D à Grigny (Essonne) ont été arrêtées tôt ce mercredi matin. Cette vaste opération de police a été menée dans la cité sensible de Grigny 2. Et alors que cet ensemble d’immeubles est classé en zone de sécurité prioritaire (ZSP), entre 180 et 190 policiers dont une équipe du RAID ont été dépêchés sur les lieux de l’arrestation.

Des mineurs parmi les suspects En tout, quinze suspects ont été interpellés. Ils sont soupçonnés d’avoir pris d’assaut une rame du RER D à la gare de Grigny-Centre vers 22h30 il y a une dizaine de jours. Plusieurs passagers avaient alors été détroussés. Les agresseurs les avaient forcés à leur donner leurs téléphones portables, portefeuilles et sacs à mains. Une autre source policière a, quant à elle, rapporté que la plupart des suspects arrêtés sont mineurs. Tous ont été placés en garde à vue à la sûreté départementale à Evry. Cette même source a par ailleurs précisé que des éléments utiles à l’enquête ont été trouvés aux domiciles des suspects.

Publicité
"J’étais dans le RER en direction de Corbeil-Essonnes, et à Grigny nous avons entendu beaucoup de bruits et de cris et nous avons vu des gens courir sur les quais", avait rapporté un étudiant d’Evry, témoin de la scène juste après l’agression du 16 mars. "Moi j’ai pris un coup de poing et du gaz lacrymogène dans les yeux. Ils ont arraché le sac à main de mon amie et m’ont pris mon argent. C’était rapide, violent et cela avait l’air très organisé ", avait-il également ajouté. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :