Améliorer notre alimentation et nos systèmes de distribution

Proposé par Les artisans du frais et Marchands des 4 saisons

Description

40% des gens veulent manger local, pourtant il n’est pas facile de trouver des produits locaux, les producteurs ne pouvant pas assumer à la fois production et la distribution pour répondre à cette forte attente.

Sentant cette évolution dans les tendances de consommation, les enseignes des GMS n’offrent cependant que peu de place à l'agriculture locale au regard du chiffre d'affaires qu'elles génèrent et sont bien souvent peu soucieuses de la rémunération des producteurs. En revanche, le marketing efficace qu'elles affichent sur le sujet leur attire une clientèle nombreuse.

C’est pour ces raisons que Les artisans du frais et Marchands des 4 saisons souhaitent faire évoluer la loi qui a un lien avec l'alimentation et la distribution afin de permettre aux citoyens d'avoir plus facilement accès à de meilleurs produits et aux agriculteurs de percevoir une rémunération équitable.

En effet favoriser l’implantation de commerces spécialisés en circuits courts permettrait de créer une alternative à la grande distribution en proposant une offre de qualité plus lisible et plus accessible en magasin ; de proposer des solutions aux crises agricoles, en proposant notamment aux producteurs en difficulté en circuits longs, une reconversion en circuits courts, bio ou agroécologique, afin d’approvisionner ces nouveaux commerces spécialisés.  

Les circuits courts sont déjà à l’Assemblée nationale, grâce au travail de la députée Brigitte Allain qui fait passer un premier travail pour valoriser des produits locaux dans les territoires ! Mais il reste beaucoup de travail pour les démocratiser, relocaliser notre alimentation et garantir une souveraineté alimentaire …

Les circuits courts représentent un vivier d’emplois non délocalisable aussi bien au niveau de la production que de la transformation et la distribution. Les circuits courts pourraient générer plus de 600 000 emplois dans l’agriculture en relocalisant l’alimentation, dans les années à venir ! (article paru dans Reporterre d’après "Le Convertisseur alimentaire" Terre de liens Normandie)

A ce titre, la création de nouveaux commerces spécialisés en circuits courts permettrait de nombreux débouchés aux agriculteurs locaux, soit :

- Aux nouvelles exploitations et notamment celle en agroécologie qui sont innovantes,

- Aux producteurs qui souhaitent investir pour transformer leur production,

- Aux producteurs déjà en vente directe (pour ceux qui souhaitent produire davantage) en privilégiant entre 1 à 3 types de produits par producteur afin de les produire en volume et de proposer le meilleur rapport qualité/prix aux clients

- Aux producteurs en circuits longs qui souhaitent se reconvertir en circuits courts (totalement ou partiellement) sur un type de culture raisonné, bio, agroécologie (même pendant la période de reconversion en bio). Les volumes de la structure offriront de nouvelles capacités à ces producteurs et l’amélioration de leurs revenus deviendront possibles,

Qui sommes-nous ?

Thomas et Dominique Duffy sont porteurs du projet Les artisans du fraisIls proposent une structure commerciale en circuits courts intégrant plateforme d’approvisionnement, transformation et vente sur une surface commerciale de 1600 m2. Le magasin unique par sa taille permettrait aux circuits courts de changer d’échelle, de proposer un autre modèle de société et de rendre les produits locaux accessibles à tous. La plateforme d’approvisionnement génèrerait des volumes importants dans les départements d’implantation qui seraient prioritaires, contribuant ainsi à optimiser les flux d’approvisionnement selon les préconisations de l’ADEME, en desservant à la fois le magasin, les cantines scolaires et les commerces de proximité partenaires. Ce projet initié depuis 5 ans connait de nombreuses difficultés pour s’implanter à cause de nombreux lobby contre le projet qui a pourtant recueilli 90 000 soutiens sur une pétition sur Change.org.

Marc Dorel a fondé le réseau de distribution Marchands des 4 saisons qui représente aujourd’hui 150 points de retrait, 400 producteurs par internet et un premier magasin de produits locaux. Le mouvement projette l’ouverture de plusieurs magasins sur des modèles d’épicerie de 250m² et la professionnalisation des magasins de producteurs ; ce réseau de distribution veut comme Les artisans du frais proposer une alternative à la grande distribution et ses techniques qui ne respectent pas les producteurs.

Ce projet de loi est pour notre avenir à tous !

Pour rappel, en 1953, le président Vincent Auriol avec son premier ministre Edgar Faure ont soutenu l’initiative débutante d'Edouard Leclerc en instituant une loi sur le refus de vente. De la même manière le gouvernement pourrait aujourd’hui intervenir pour une loi en faveur des circuits courts pour favoriser le développement du type de structure innovante que nous proposons ainsi que tous autres commerces en circuits courts.

Vous pouvez soutenir et mettre vos commentaires sur le site "Parlement et Citoyens"

Votre avis est important.

Merci pour vos contributions.

 

Thomas et Dominique Duffy, porteur du projet Les artisans du frais 

Marc, fondateur de Marchands des 4 saisons 

 

Objectif

DETAIL DE NOS PROPOSITIONS pour développer les implantations de commerces en circuits courts et la qualité alimentaire.

1. Développer les circuits courts dans la société,

- Reconnaitre clause abusive, la clause interdisant de vendre à un acteur autre que la coopérative ou l’industriel. => Autoriser les producteurs en circuits longs (affiliés aux coopératives ou industriels par contrat) sans qu’il soit appliqué de pénalités, à utiliser une partie de leur terre pour vendre en circuits courts, afin de leur permettre soit une reconversion progressive, soit qu'ils maintiennent les 2 types de circuits.

- Permettre un approvisionnement hors catalogue officiel des espèces et variétés pour les circuits courts, afin de favoriser la biodiversité et la pousse de plantes qui sont adaptés aux plus près des spécificités des terroirs / supprimer le coût prohibitif d'inscription au catalogue officiel des graines, 

- Proposer durant tout le parcours scolaire des cours de sensibilisation à l’éveil gastronomique pour mieux manger, connaitre les produits et former des citoyens capables de  manger et se nourrir (objectif réduire les dépenses de sécurité sociale grâce à une meilleure éducation pour faire vivre les gens plus longtemps en meilleure santé).

 

2. Favoriser l’attractivité des circuits courts par l’urbanisme,

- Définir un commerce en circuits courts par un  % d'approvisionnement minimum en circuits courts supérieur à 65 %, (pour avoir une gamme complète qui soit une alternative à la grande distribution, avoir par exemple 70% de produits locaux, 90% de produits d’origine France et un complément de produits issus du commerce équitable),

- Créer un code NAF : Magasins spécialisés "grand artisanat en circuits courts" qui correspond à une structure de commercialisation en circuits courts qui peut inclure de la transformation,

- Exclure les projets en circuits courts de la règlementation de l'aménagement commercial (qui concerne la grande distribution) et de recréer une règlementation adaptée à ceux-ci qui faciliterait leur développement.

- Mettre en conformité les documents d'urbanisme et de PLU à partir de l'objectif du Scot avec la loi sur les circuits courts, que la loi soit applicable même en l’absence de révision des documents d’urbanisme locaux,

- Créer un organisme qui contrôle et certifie qu’il s’agisse bien d’un commerce en circuits courts selon les critères définis par cette nouvelle loi (afin d’éviter les abus) qui pourrait être cogéré par les pouvoirs publics et le monde agricole,

- Droit de préemption pour les projets en circuits courts par les communes et inter communes OU Obligation pour chaque métropole de proposer un site d’implantation de 1er choix pour projet du code NAF "grand artisanat en circuits courts", prévoir 1 projet par tranche de 100 000 habitants : solution pouvant être présentée comme solution de sortie de la crise de l’agriculture au niveau national et qui pourrait être passée en ordonnance,

- Avoir des aides françaises et européennes à l’installation pour des établissements qui utiliseraient le code NAF "grand artisanat en circuits courts", et pour tous commerces en circuits courts

- Obligation de proposer aux producteurs de participer au capital (par un collectif de producteurs dans des conditions à définir)

Vous pouvez soutenir et mettre vos commentaires sur le site "Parlement et Citoyens"

Votre avis est important.

Merci pour vos contributions.

 

Thomas et Dominique Duffy, porteur du projet Les artisans du frais 

Marc, fondateur de Marchands des 4 saisons