Six mois de prison ferme ont été requis jeudi par le parquet de Paris contre Alain Soral. L’essayiste est soupçonné d'avoir harcelé moralement un ex-mannequin d’origine guinéenne. 

C’est une relation qui a sévèrement dérapé. Pourtant, l’ex-mannequin franco-guinéen Binti Bangoura se souvient de moments agréables avec l’essayiste Alain Soral. "Au début, il était vraiment charmant" même si "on se disputait parfois à cause de ce qu’il publiait sur 'Egalité et Réconciliation' (le site d'Alain Soral, ndlr). Je n’aimais pas qu’il tienne des propos racistes sur Taubira", se confie-t-elle à Street Press.

A lire aussi - Mannequin, chroniqueuse télé et femme de footballeur : découvrez Ludivine Sagna !

Binti Bangoura et Alain Soral étaient entrés en contact, via les réseaux sociaux, après l’interdiction d’un spectacle de Dieudonné en mars 2014. L’ex-mannequin de 34 ans, qui envoyait des liens vers des articles de presse à Egalité et Réconciliation, se sentait "flattée" lorsqu’Alain Soral – fondateur du site – lui avait répondu. Sauf que l’essayiste n’apportait pas vraiment son soutien, mais lui demandait si "c’était bien" elle "sur la photo".

 

"Ton destin c'est d'être une pute à juifs"

Binti Bangoura, qu’on surnomme "la fille du soleil", explique que son entente avec Alain Soral était devenue trop intime. Et lorsqu’elle apprend que l’idéologue a déjà une femme dans sa vie, Alain Soral n’aurait pas supporté que la ravissante femme refuse d’aller plus loin avec lui.

"La fille du soleil" lui fait comprendre qu’il sera son premier "ami proche hétéro", alors que ses "amis hommes en général son gays". Insupportable donc pour l’essayiste proche de l’extrême droite, qui aurait depuis harcelé moralement la jeune femme avec plusieurs messages haineux et racistes.

Il aurait envoyé des SMS où l’on peut lire que "les Blancs prennent les blacks pour des putes, ce qu'elles sont le plus souvent" ou "ton destin c'est d'être une pute à juifs". Des échanges injurieux qui ont poussé Binti Bangoura à porter plainte en novembre 2014. Selon cette femme, qui réside aux Etats-Unis, Alain Soral et son entourage ont voulu la faire taire en menaçant de publier ses photos intimes. "Sur Internet, c'était un tsunami", a-t-elle expliqué devant le tribunal, "tout le monde venait m'insulter sans me connaître".

Le jugement est attendu pour le 29 novembre prochain

Tombée en dépression, "la fille du soleil" est hospitalisée. Elle a été victime d’une "campagne de persécution, de harcèlement visant à la détruire psychologiquement et médiatiquement" notamment sur le site internet d'Alain Soral, a plaidé son avocat, Me Philippe-Henri Honegger.

Publicité
Quant à l’avocat d’Alain Soral, absent jeudi devant la 17e chambre correctionnelle du tribunal de Paris, il a souligné qu’il "est strictement impossible de le condamner", car "les seuls éléments de preuve" produits dans ce dossier sont "des impressions d'écrans et rien d'autre".

Six mois de prison ferme ont été requis par le parquet contre Alain Soral. Comme l’indique LCI, le jugement est attendu pour le 29 novembre prochain.

Vidéo sur le même thème : Une mannequin se rend au travail complètement nue

Publicité