Après Philippe Varin, le président du directoire de PSA-Peugeot-Citroën, c’est désormais au tour d’Air France de se retrouver au cœur d’un polémique sur fond de retraites chapeau. La compagnie aérienne aurait provisionné près de 119 millions d’euros pour ses cadres dirigeants.

Près de 119 millions d’euros. C’est la somme qu’Air France aurait provisionnée depuis plusieurs années en vue d’assurer un départ confortables à ses cadres dirigeants. Deux syndicats du groupe Sud Aérien et Spaf ont en effet dénoncé la compagnie aérienne jeudi. Selon Spaf, l’entreprise aurait ainsi "provisionné en moyenne près de 15 millions d'euros par an" depuis 2005 pour le régime dit "de retraite complémentaire", soit un total de près de 119 millions d'euros au bénéfice exclusif des retraites chapeau de 37 cadres dirigeants".

Des pratiques que le syndicat estime tout autant "choquantes pour les salariés de la compagnie" que chez PSA-Peugeot-Citroën. Philippe Varin, le président du directoire du constructeur automobile devait en effet quitter ses fonctions avec la somme de 21 millions euros. Ce qui a crée une véritable polémique et l'a finalement contraint à décider d’y renoncer.

Jusqu’à 40% de leur rémunération moyenne annuelle des trois dernières années garantisToujours selon Sud Aérien et Staf, Air France aurait commencé à provisionner de l’argent en 2004 afin de garantir à ses dirigeants entre 35% et 40% de leur rémunération moyenne annuelle des trois dernières années. Par ailleurs, ce régime concernerait moins de 37 dirigeants du groupe, à l'exclusion d'Alexandre de Juniac, le PDG du transporteur franco-néerlandais pour lequel le bénéfice de ce régime a été rejeté lors d'un conseil d'administration en 2011.

Publicité
"Depuis le 1er janvier 2013, ce régime de retraite ne compte aucun nouvel entrant"Face à ces accusations, la direction d’Air France a affirmé ce vendredi que ses dirigeants ne bénéficiaient plus de retraites chapeau depuis le début de cette année. "Depuis le 1er janvier 2013, ce régime de retraite ne compte aucun nouvel entrant. Depuis deux ans, ce régime ne fait plus l'objet de financement dédié", a-t-elle ainsi assuré avant d’expliquer : "Une provision dont le montant actuel total est de 13 millions d'euros a été constituée dans le passé. Elle a été déposée auprès d'un organisme gestionnaire extérieur et ne peut être reprise compte tenu de la réglementation en vigueur". Un porte-parole de la compagnie aérienne a également précisé que "les personnes concernées qui sont à la retraite bénéficient elles du régime antérieur"

.En pleine restructuration depuis janvier 2012, Air France a déjà organisé plus de 5 000 départs. Et quelque 2 800 autres serait prévus dans les mois à venir.

En vidéo sur le même thème : Qui paie les retraites des fonctionnaires ?

Publicité