Après les aveux d'Hubert Caouissin, meurtrier présumé de la famille Troadec, l’enquête s’oriente vers la ferme dont il est propriétaire dans le Finistère. C'est dans ce lieu perdu au milieu des bois que les corps ont été démembrés et brûlés.

Une petite ferme isolée transformée en décor d’une scène d’horreur. C’est à Pont-de-Buis, au lieu-dit du Stang, dans le Finistère, qu’Hubert Caouissin a fait disparaître les corps de Pascal, Brigitte, Sébastien et Charlotte Troadec. L’endroit est situé à près de 250 km de leur domicile à Orvault où ils ont été sauvagement tués dans la nuit du 16 au 17 février.

Hubert Caouissin avait acheté cette petite ferme il y a deux ans pour 200 000 €, où il résidait depuis avec sa compagne, Lydie, et leur fils de 7 ans, d’après les informations du Parisien. Le lieu semble sinistre, comme le décrit le quotidien : "une ferme perdue au fond d'un vallon raide et humide traversé par l'Aulne. Le lieu est invisible de la route, dissimulé au milieu des bois". C’est sur le terrain de 32 hectares, composé de "mauvaises terres, marécages et tourbières", que l’ex-beau-frère de Pascal Troadec aurait tenté de se débarrasser des corps des quatre victimes. Une entreprise macabre.

A lire aussiFamille Troadec : les révélations sordides sur le quadruple meurtre

"La ferme de l’horreur"

Ce lieu désormais surnommé la "ferme de l’horreur" pour avoir été le théâtre du démembrement des corps de la famille Troadec. Après avoir éviscéré et découpé les cadavres, Hubert Caouissin aurait enterré une partie des corps. Il aurait aussi tenté de brûler "méthodiquement" une autre partie avant de disperser les cendres sur le terrain, près de la rivière et dans les bois entourant sa propriété. Des prélèvements ont également été effectués dans la grande cheminée à l’intérieur de la ferme, mais aucune trace des quatre membres de la famille n'a pour l'instant été retrouvée à Pont-de-Buis.

Publicité
Mercredi matin, le compagnon de Lydie Troadec a été sorti de sa cellule pour accompagner les enquêteurs sur place, dans la ferme, et les guider dans leurs fouilles. Les juges d’instruction espèrent qu’il en dira plus sur la manière dont il s’est débarrassé des dépouilles et où il les a dispersés sur l’ensemble de sa propriété. Les recherches pour retrouver les restes de la famille Troadec sur ce vaste terrain seront longues.

En vidéo sur le même thème : Orvault, comment est née la folie meurtrière du suspect présumé