Après pas moins de 96 heures de garde à vue et une mise en examen pour "fraude en bande organisée", Bernard Tapie a donné sa version des faits sur le plateau du JT de 20 heures de France 2 lundi soir. Il a par ailleurs évoqué "un complot" qui le vise directement lui et l’ancien chef de l’Etat Nicolas Sarkozy.

Invité sur le plateau du JT du 20 heures de France 2 lundi soir, Bernard Tapie a défendu sa version des faits dans l’affaire Adidas/ Le Crédit Lyonnais. L’homme d’affaires a été mis en examen pour escroquerie en bande organisée dans le cadre de l’arbitrage favorable qui lui avait donné pas moins de 403 millions d’euros en 2008.

La théorie du complotAlors que l’ex-ministre du Logement a vécu 96 heures de garde à vue la semaine passée, c’est tout en puissance que Bernard Tapie a défendu son cas devant David Pujadas. Il en effet affirmé que "c’est Madame Lagarde" qui a donné son accord pour l’arbitrage mais également que Nicolas Sarkozy n’a pas "piloté" la commission afin que l’arbitrage lui soit favorable. Durant plusieurs minutes l'ancien président de l'Olympique de Marseille s’est voulu vindicatif affirmant que cette affaire est "un complot" qui aurait pour but d’atteindre Nicolas Sarkozy.

Publicité
C’est également de manière tout aussi théâtrale que Bernard Tapie a qualifié David Pujadas d’être un "partisan de la France haineuse". L’homme d’affaires a ainsi attaqué la presse auteure d’un "acharnement médiatique". Ce dernier a par ailleurs créé un site internet –affairetapie.info –dans lequel il livre sa version des faits.