Le procès en appel de Dieter Krombach s'ouvre ce mardi à la cour d'assises de Créteil, dans le Val-de-Marne. Le médecin a été condamné l'an dernier à quinze ans de prison pour le meurtre de sa belle-fille, Kalinka Bamberski en 1982.

L'ultime recours. Un an après avoir été reconnu coupable de la mort de sa belle-fille, Kalinka Bamberski, Dieter Krombach s'apprête de nouveau à être jugé. Le procès en appel de médecin aujourd'hui âgé de 77 ans s'ouvre en effet ce mardi à la cour d'assises de Créteil, dans le Val-de-Marne.

Une attirance sexuelle pour Kalinka ?Les faits reprochés à Dieter Krombach remontent à 1982, quand le corps sans vie de Kalinka Bamberski a été retrouvé dans son lit, au domicile familiale que la mère de l'adolescente partageait avec son nouveau mari en Allemagne. Tandis que les experts médicaux avaient alors émis l'hypothèse d'une régurgitation d'aliments ayant entrainé une asphyxie, le père de la jeune fille, André Bamberski a, lui, toujours accusé le nouvel époux de son ex-femme. Un scenario que les jurés ont d'ailleurs retenu en première instance lorsqu'ils reconnu Dieter Krompach coupable de la mort de sa belle-fille. Selon eux, l'accusé motivé par une attirance sexuelle pour l'adolescente, l'aurait ensuite physiquement violentée. Ils n'ont cependant pas retenu la qualification de "meurtre".

Publicité
Une saga judiciaire franco-allemandeEn charge de l'enquête sur cette mort mystérieuse, la justice allemande a de son côté toujours retenu l'hypothèse de l'innocence du beau-père. D'après elle, les charges étaient insuffisantes pour le poursuivre. C’est d'ailleurs ce qui a poussé André Bamberski à se tourner vers la France où il a obtenu une première condamnation, en l’absence de l’accusé, en 1995. Mais alors que l'Allemagne a ensuite refusé de livrer le condamné à la France, l'affaire a finalement pu être relancée en 2009 quand André Bamberski a fait enlever Dieter Krombach à son domicile allemand et l'a ensuite livré à la police de l'Hexagone. Ancien expert-comptable de 75 ans, le père de Kalinka est en effet convaincu que Krombach a drogué, violé puis tué sa fille de 14 ans. Déterminé à ce que justice soit faite, c'est lui qui a été le véritable moteur des poursuites judiciaires et donc, de la condamnation de Krombach à quinze ans de prison par la cour d'assises de Paris en 2011. Le médecin a, quant à lui, toujours clamé son innocence.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité