Le procureur de la République de Clermont-Ferrand, Pierre Sennès, a demandé une requalification en "coups mortels aggravés" de la mise en examen de Cécile Bourgeon, la mère de Fiona dont le corps reste introuvable.

© AFP

Cécile Bourgeon est actuellement en détention provisoire pour quatre délits, dont "recel de cadavre" et "non-assistance à personne en danger".  Après les déclarations de son compagnon Berkane Makhlouf, qui l’accuse de violences, la mère de Fiona a été mise en examen pour "coups mortels aggravés" ce lundi.

L’avocat de la jeune femme de 25 ans,  Me Gilles-Jean Portejoie, a alors réagi : "Laissons faire la justice, le procureur demande, le juge décide, on verra si le juge a des éléments nouveaux".

Une mise en examen pour "coups mortels aggravés"

Jusqu’à présent la mère de Fiona n’était pas directement mise en cause dans la mort de sa fille. Cependant, Berkane Makhlouf l’accuse d’avoir été l’auteur des coups mortels portés sur Fiona. Le procureur a alors demandé qu’elle soit, comme son concubin, mise en examen pour "coups mortels aggravés".

La petite Fiona avait été déclarée disparue le 12 mai dernier. Sa mère, enceinte, avait alors rapporté s’être assoupie sur un banc dans un parc de Clermont-Ferrand. Sa fille Fiona avait alors disparu à son réveil. Quatre mois plus tard, après avoir été interpellés, Cécile Bourgeon et son compagnon, avaient avoué avoir tué Fiona par des coups et l’avoir ensuite enterrée.

Deux versions différentes

Depuis leur interpellation, le couple livre des versions différentes concernant le soir du drame. D’un côté, la mère affirme que sa fille est morte suite à des coups donnés par son compagnon à la tête. De l’autre, Berkane Makhlouf , accuse sa compagne  d'avoir donné à sa fille "deux coups de pied au ventre" et "deux coups à la tête".

Un corps toujours introuvable

Publicité
Berkane Makhlouf, plusieurs fois condamné pour violences et usage de stupéfiants, assure qu’il dit la vérité. Seule l’autopsie du corps de la petite Fiona démontrera la vérité. En attendant, trois opérations de fouilles se sont montrées infructueuses. Aucune autre recherche n’est prévue pour le moment.

Une confrontation entre le couple est nécessaire, selon des sources judiciaires, mais celle-ci n’est pas encore programmée et elle ne devrait pas intervenir avant le mois de novembre.

Publicité