Rackettée depuis plusieurs mois par un gang de filles, une collégienne de 12 ans a été torturée, mardi à Créteil, à la sortie des cours. Son père a livré un témoignage glaçant.

Depuis plusieurs mois, Sandra* âgée de 12 ans, se faisait racketter par six filles de son quartier, à la sortie de son collège à Créteil (Val-de-Marne). Mardi dernier, alors qu’elle n’avait pas le 170 euros exigés par ses agresseurs, l’adolescente s’est faite lynchée puis torturée.

Retrouvée plus tard par sa mère sur le bord de la route, la jeune fille souffrait de multiples blessures. Interviewé par Europe 1, son père livre un témoignage glaçant :

"Elles l'attendaient à six avec un couteau de boucher, à peu près à 200 mètres du collège. Elles ont commencé à la frapper et elles ont dit à ma fille : 'on te prévient, si les flics arrivent, tu dis bien qu'on est tes amies, qu'on est là pour te défendre et que celles qui t'ont agressée se sont sauvées'."

A lire aussi- Créteil : une collégienne de 12 ans rackettée et torturée par une bande d'adolescentes

Une escalade de violences

Par la suite, le groupe a obligé Sandra à voler de la nourriture et des boissons dans une épicerie. Mais une fois le larcin exécuté, loin de laisser la collégienne tranquille, les adolescentes se sont acharnées sur elle.

Le père décrit avec peine l’escalade de violences subie par sa fille : "Là, c'était une déferlante de violence. Elles ont déshabillé ma fille. Elles l'ont littéralement lynchée… Elles lui ont uriné dessus. Ensuite, elles avaient une cigarette, elles l'ont brûlée avec au niveau du front, des bras. Elles lui ont fracturé la mâchoire avec des coups de genoux, et avec le couteau, elles l'ont lacérée un peu partout."

Le silence, ennemi numéro un

Ce n’est qu’une fois leur fille retrouvée mutilée que les parents ont pris conscience de ce qu’elle vivait depuis des mois à la sortie des cours."Dans ce genre d'histoires, l'ennemi numéro un c'est le fait que l'enfant puisse ne rien dévoiler. C'est très compliqué, elle se murait dans le silence. Comme elle nous a dit au final, 'j'avais peur de vous ramener des problèmes'", se désole le père.

Il tente de comprendre comment les choses ont pu en arriver à de telles extrémités : "Au départ, ça démarre par 'est-ce que tu peux me prêter cinq euros ?' Et puis le résultat des courses, c'est : 'est-ce que tu peux me prêter 15 euros, 20 euros ?' Et à un moment donné, ce n'est plus 'est-ce que tu peux ?', c'est 'tu vas'. De la demande, on passe à l'ordre."

Publicité
Aujourd’hui, quatre filles ont été mises en garde à vue et une enquête a été ouverte pour extorsion de fonds en bande organisée, torture et actes de barbarie sur mineur de moins de 15 ans. La famille a quant à elle décidé de quitter définitivement la ville de Créteil.

*Le nom a été changé

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité