Accusé par les parents de Krisztina Rady, son ex-femme, d’avoir frappé leur fille, Bertrand Cantat contre-attaque et porte plainte contre le magazine Paris Match, qui publie ces accusations malgré le démenti personnel du chanteur.

Bertrant Cantat est de nouveau dans la tourmente. Accusé par ses ex-beaux-parents de ne pas être étranger au suicide de son ex-femme Krisztina Rady, le chanteur de Noir Désir se trouve à nouveau au centre de rumeurs de violences conjugales. Csilla et Ferenc Rady confient en effet à Paris Match qu’ils n’ont jamais connu les circonstances exactes de la mort de leur fille. « C’est une question qui nous hante. Il y a eu beaucoup de mensonges au moment de son décès beaucoup de fausses informations publiées » déclarent-ils au magazine.

Krisztina Rady et Bertrand Cantat vivaient « un amour passionnel », mais quand le chanteur rencontre Marie Trintignant, elle accepte de le laisser partir vivre son amour avec l’actrice, alors qu’elle vient d’accoucher de leur petite fille. Après le drame de Vilnius, qui vaudra à Bertrand Cantat plusieurs années de prison, Kristina lui rouvre la porte de sa maison. Une erreur pour ses parents, persuadés que le chanteur avait une mauvaise influence sur leur fille.

« Kristina était en danger »« Nous savions qu'elle était en danger. Ses amis les plus proches le savaient aussi. Elle nous avait laissé un message en juillet 2009, où elle nous faisait part de ses craintes » confie Csilla Rady. « En admettant à nouveau Bertrand dans sa vie, elle s'était piégée. D'une certaine manière, il la terrorisait. Il avait plusieurs fois cassé ses téléphones, ses lunettes. Il menaçait les hommes qui l'approchaient, il lui avait même cassé le coude » ajoute-t-elle.

Krisztina Rady s’est pendue le 10 janvier 2010. Un suicide auquel ses parents ont du mal à croire. « Je n’arrive pas à croire qu’elle se soit suicidée car, quand je l’ai vue à la morgue, elle n’avait aucune trace de corde autour du cou » affirment-ils.

Publicité
Bertrand Cantat se défendContacté par Paris Match avant la publication de l’article, Bertrand Cantat a démenti toutes ces accusations. Il a fait savoir hier, par le biais de ses avocats qu’il portait plainte contre le magazine pour diffamation, et pour la publication de photos de sa fille mineur. « Compte tenu du caractère insensé et gravement diffamatoire des propos du magazine Paris Match et de la publication de ces photographies, Monsieur Bertrand Cantat va immédiatement engager une action judiciaire » ont annoncé Me Metzner et Me Hamelle dans un communiqué.  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité