Cinq enfants et un adulte sont décédés mardi dans la collision de leur minibus avec un poids lourd, près de Troyes (Aube). Les proches des victimes sont sous le choc et une enquête a été confiée à la gendarmerie.

Nangis pleure les victimes. Au lendemain de l’accident de la route qui a coûté la vie à cinq enfants et un animateur, cette ville de Seine-et-Marne dont les victimes étaient originaires est dévastée. Mardi, un minibus qui transportait six adolescents de 11 à 14 ans et trois adultes, le chauffeur et deux animateurs, est entré en collision avec un poids lourd sur une route départementale près de Troyes, dans l’Aube. "Il y a eu un choc extrêmement brutal et six personnes ont été tuées : le chauffeur âgé de 29 ans, quatre enfants entre 11 et 13 ans, et un jeune de 20 ans", a indiqué le procureur de la République de Troyes, Alex Perrin. Selon lui, le pronostic vital des autres passagers ne serait pas engagé. Ceux-ci souffriraient néanmoins de multiples fractures. Le chauffeur du poids lourd n’est, quant à lui, que très légèrement blessé et en état de choc.

Les résultats de l’autopsie du chauffeur attendus ce mercrediSelon les premiers éléments de l’enquête qui a été ouverte et confiée à l’escadron de sécurité routière de Troyes, le minibus se serait déporté pour une raison encore inconnue et aurait ensuite heurté frontalement le camion qui roulait en sens inverse. Les premières images des lieux du drame témoignent de la violence de la collision : l’habitacle du minibus a été anéanti.  Les résultats d'une autopsie pratiquée sur le corps du chauffeur devraient être communiqués dans les heures à venir afin de déterminer si celui-ci avait bu ou a été victime d’un malaise. Une enquête technique aurait par ailleurs été commandée, d’après TF1.

"Un drame qui endeuille la France"

Publicité
"Nous avons souhaité être ensemble pour dire à la fois notre tristesse, notre solidarité et nos remerciements aux sauveteurs", a déclaré Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur dès mardi. "Les mots sont impuissants à exprimer la douleur qui est la nôtre. Nos pensées vont en direction des familles, de leurs proches. C’est un moment extrêmement douloureux, un moment de deuil", a de son côté assuré Frédérci Cuvillier, le ministre des Transports, évoquant un "drame qui endeuille la France". Cet accident de la route est l’un des plus graves ayant impliqué des enfants depuis le drame de Beaune en 1982. Une cinquantaine de personnes étaient alors décédées dans l’incendie d’un car, dont 44 enfants qui partaient en colonie de vacances.

 

 

Vidéo sur le même thème - accident de minibus : le point sur l'enquête