Certains laissent quelques libertés le soir du réveillon de Noël, d'autres sont intransigeants : "ce sera le 25 au matin ou rien". Mais au fait, pour que la magie perdure dans l'esprit des plus jeunes, à quel moment vaut-il mieux leur permettre d'ouvrir leur(s) cadeau(x) ?

C'est l'une des questions que se posent souvent les parents d'enfants âgés de moins de 8 ans et qui croient donc encore au Père Noël... Quand faut-il jouer les petits lutins pour aller placer les cadeaux sous le sapin et permettre aux plus jeunes de les déballer ? Si cette question existentielle fait aujourd'hui débat du côté des parents, il n'en demeure pas moins que dans l'esprit des plus petits, la magie de Noël demeure. Pour qu'elle perdure, quelques conseils peuvent toutefois se révéler utiles.

"Maintenir l’effet de surprise"

Dans un entretien accordé à LCI, l'historienne des fêtes, spécialisée en anthropologie religieuse, Nadine Crétin, rappelle l’importance "de maintenir l’effet de surprise" et de mystère. Selon elle, aucun impair n'est commis si vous offrez vos cadeaux la veille au soir. "Comme dans tous les contes de fées, l’enfant ne se pose pas de questions. On peut dire que le père Noël est passé peut-être plus tôt. Il prend ça comme argent comptant", indique l'experte. Et de préciser : "La surprise de l’emballage et le fait que le cadeau ne soit pas remis de la main à la main", permettent au mystère de perdurer.

"Apprendre à développer la patience"

Mais certains spécialistes ne partagent pas forcément cette opinion. Surtout lorsqu'il s'agit d'enfants de moins de 5 ans. Pour le pédopsychiatre Stéphane Clerget interrogé par LCI, le fait de déballer certains cadeaux le 24 au soir permet, certes, d'occuper les plus petits pendant le repas. Mais ce n'est pas sans conséquences (en tous cas pas pour les parents), prévient-il. "Pour les plus jeunes qui ouvrent les cadeaux le 24, ils vont avoir du mal à dormir. Ils vont vouloir jouer. Il faut accepter l’idée qu’ils vont se coucher tard".

Publicité
S'ajoute à cela le fait que, selon le docteur, "l’intérêt de Noël c’est d’apprendre à développer la patience (...) L’idée de patienter la nuit, c’est quelque chose de compliqué, mais qui peut développer la rêverie". Sans compter, conclut-il, que pour que l'imaginaire d'un enfant se développe comme il se doit, il importe que ce dernier passe 'un temps sans l’objet'".

Deux partis pris qui vous permettront sûrement de faire votre choix.

En vidéo - Cadeaux de Noël connectés : jeux vidéo, jeux pour enfants et drones

 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité