Vidéos A la une
Hier, Manuel Valls a une nouvelle fois utilisé le 49-3 pour faire adopter la controversée loi Travail à l'Assemblée nationale. Si la droite ne déposera pas de motion de censure, serait-ce aussi le cas à gauche ? En réalité, ce camp ne dispose pas de majorité pour le faire. Et les députés qui souhaiteraient s'associer aux frondeurs risquent d'être exclus du Parti socialiste. Selon toute vraisemblance, la gauche est largement divisée. Est-ce une stratégie de Manuel Valls ? - Bourdin Direct, du mercredi 6 juillet 2016, sur RMC.
Politique
Michel Rocard, ancien Premier ministre socialiste de François Mitterrand, est mort samedi, ont annoncé plusieurs médias.  
Vidéos Argent/Bourse
Avec: Mathilde Lemoine, chef économiste du groupe Edmond de Rothschild. Jean-Marc Daniel, directeur de la revue Sociétal. Et Alain Madelin, président du fonds Latour Capital. - Les Experts, du mardi 28 juin 2016, présenté par Nicolas Doze, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Avec: Mathilde Lemoine, chef économiste du groupe Edmond de Rothschild. Jean-Marc Daniel, directeur de la revue Sociétal. Et Alain Madelin, président du fonds Latour Capital. - Les Experts, du mardi 28 juin 2016, présenté par Nicolas Doze, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Entretien avec Arnaud Montebourg, ex-ministre de l'économie.
Vidéos A la une
Benoît Hamon, député PS des Yvelines, s'est félicité mercredi sur BFMTV depuis l'Assemblée nationale que la manifestation contre la loi Travail de ce jeudi soit finalement autorisée. "Je suis heureux que Bernard Cazeneuve ait pu trouver un accord avec Jean-Claude Mailly et Philippe Martinez. On va pouvoir avoir une manifestation", a-t-il déclaré. "J'espère qu'elle ne sera pas entourée de violences comme tous ceux qui souhaitent que le mot d'ordre de la manifestation, c'est-à-dire la renégociation de la loi travail soit entendu", a-t-il ajouté.
Vidéos Argent/Bourse
La centrale nucléaire de Fessenheim ne risque pas de fermer ses portes de sitôt. EDF a en effet refusé de déposer sa demande d'abrogation de l'autorisation d'exploiter la centrale, et ce malgré la pression de l'Etat. La ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Ségolène Royal, avait proposé à titre de dédommagement 80 à 100 millions d'euros à l'entreprise. Une offre qui a été jugée sidérante par les dirigeants. Ces derniers avaient estimé la perte des résultats à 4 milliards d'euros. Selon Hervé Mariton, député Les Républicains de la Drôme, et candidat à la primaire de la droite et du centre, EDF n'a pas qu'un seul actionnaire. Il est donc de la responsabilité des dirigeants de défendre l'intérêt social de l'entreprise. Dans le cas contraire, ils seraient répréhensibles juridiquement. Jusqu'où peut aller ce bras de fer entre EDF et l'Etat ? - Good Morning Business, du jeudi 16 juin 2016, présenté par Stéphane Soumier, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Aujourd'hui, François Ruffin lance une campagne contre le vote socialiste intitulée "Nous ne voteront plus PS". A l'origine du mouvement Nuit debout et réalisateur du film "Merci patron!", ce journaliste veut sortir d'une longue parenthèse libérale qui a débuté en 1983, quand le PS a basculé économiquement à droite. François Ruffin plaide en faveur d'un mouvement populiste de gauche dont le but est de réconcilier le peuple et les élites. - Bourdin Direct, du mardi 7 juin 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Après l'échec de la motion de censure, le premier secrétaire du PS a saisi la haute autorité éthique.
Vidéos A la une
Le député socialiste des Yvelines a regretté mercredi sur BFMTV qu'une motion de censure de la gauche contre le recours au 49.3 pour faire passer le projet de loi travail n'est pu aboutir faute de signataires suffisants. Il a aussi parlé d'avenir en insistant sur la nécessité d'une primaire à gauche pour la présidentielle de 2017. "Sans primaire on va vers une catastrophe démocratique", a-t-il déclaré.
Vidéos A la une
Delphine Batho a exclu de voter la motion de censure déposée par la droite, ce mercredi sur BFMTV, car cela aboutirait au "résultat inverse des aspirations de ceux qui se sont mobilisés contre cette réforme". Pour la député PS des Deux-Sèvres, "ça ferait tomber le gouvernement et donnerait le pouvoir à la droite", une droite qui ne veut pas de la loi El Khomri "parce que ça ne dérégularise pas assez et que ça ne précarise pas assez". "Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis", a déclaré celle qui fait partie des socialistes s'opposant au projet de loi travail.
Vidéos A la une
Un an après l'arrivée de la droite au conseil départemental du Nord, le PS dresse un premier bilan.
Vidéos A la une
À moins d'un an des élections présidentielles, la gauche se lance déjà en campagne. Une primaire sera lancée au sein du parti socialiste. Sur la ligne de départ, on trouve notamment François Hollande, Emmanuel Macron, Arnaud Montebourg et Manuel Valls. Apolline de Malherbe estime que ces trois derniers veulent à tout prix que François Hollande ne s'impose pas. Comme il n'y a pas de règle ni d'agenda, il n'y aura pas non plus de dépôt de candidature. - Bourdin Direct, du lundi 9 mai 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Entre Manuel Valls et Emmanuel Macron, la tension est de plus en plus palpable. Selon "Le Canard Enchaîné", le Premier ministre a averti le ministre de l'Economie : "Tu finiras comme Montebourg, si tu continues comme ça". C'est Emmanuel Macron lui-même qui aurait rapporté cette phrase à son entourage. Son prédécesseur à Bercy, Arnaud Montebourg a été écarté du gouvernement en août 2014 pour avoir critiqué publiquement la politique menée par l'exécutif. Depuis le lancement de son mouvement "En Marche", Emmanuel Macron ne cesse de se faire des ennemis au sein du Parti socialiste. Agacé, Manuel Valls aurait aussi déclaré à des visiteurs à Matignon : "Il faudrait qu'Emmanuel Macron s'occupe davantage de ses dossiers. Il en a beaucoup à régler, comme EDF, Areva ou les télécoms. Il a de quoi faire". Sur Twitter, Benoît Hamon, lui aussi écarté du gouvernement en 2014 s'étonne de la différence de traitement entre l'affaire de la "cuvée du redressement" fatale à Arnaud Montebourg, et les "déclarations quotidiennes" d'Emmanuel Macron. Malgré toutes ces critiques du Parti socialiste, la cote de popularité d'Emmanuel Macron ne cesse de progresser dans les sondages.
Vidéos A la une
Caroline De Haas est l'instigatrice de la pétition "Loi Travail: non, merci !" qui a déjà récolté 1,3 million de signatures. Invitée de Ruth Elkrief lundi soir sur BFMTV, elle a assuré que parmi les députés socialistes, "il y en avaient beaucoup qui disent qu'ils ne voteront pas cette loi". Le rapporteur de la loi travail Christophe Sirugue a estimé, selon une évaluation à gauche, qu'"il manque près de 40 voix pour obtenir une majorité" à l'Assemblée nationale. La loi sera examinée à partir de mardi. Selon Caroline De Hass, des députés de droite "s'alignent sur la position du Medef qui trouve cette loi pas suffisamment libérale". Avec les licenciements économiques et l'inversion de la hiérarchie des normes qui donne la primauté à l'accord d'entreprise sur l'accord de branche, "la plupart des députés de gauche, voient bien qu'il y a un vrai problème avec l'identité de la gauche", a-t-elle ajouté.
Vidéos A la une
En difficulté financière, la fédération du Parti Socialiste du Nord lance un appel aux dons.
Vidéos A la une
Le local du Parti Socialiste de Villeurbanne a été vandalisé. 13 personnes ont été placées en garde à vue.
Politique
Le ministre de l’Economie, l’un des rares populaires du gouvernement, ferait-il un bon candidat socialiste à la prochaine élection présidentielle ?
Vidéos A la une
Entretien avec Medhi Chalah, animateur fédéral des jeunes socialistes du Nord.
Vidéos A la une
Le député socialiste Carlos da Silva était l'invité de Nathalie Levy mercredi soir dans News et Compagnie. Ce proche de Manuel Valls a assuré que le Premier ministre n'avait pas l'intention de quitter Matignon malgré des informations qui circulent à ce sujet. "Elles sont totalement fausses. Le Premier ministre est à son poste, est au travail au service des Français et des Françaises sous l'autorité du président de la République", a-t-il répondu.
Vidéos A la une
24 heures après la tribune de Martine Aubry contre la politique du gouvernement, les réactions de François Hollande se sont fait attendre. Il a finalement prononcé un discours très mesuré pour ne pas envenimer la situation. En effet, il doit à la fois gérer une tension avec son Premier ministre et un conflit ouvert avec une majorité qui approuve de moins en moins sa politique. On est donc loin de la clarification tant réclamée par Manuel Valls. On se dirige plus vers une cohabitation triangulaire entre le président de la République, le Premier ministre et la majorité. Mais est-ce à dire que ce dernier pourrait se présenter contre Hollande à la primaire ? Même si le cas se présentait, il n'est pas sûr que Valls l'emporte du fait de sa position minoritaire au sein du parti. - Bourdin Direct, du vendredi 26 février 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Rencontre avec deux jeunes militants des Républicains et du Parti Socialiste.
Vidéos A la une
Entretien avec Fabien Roussel, responsable du Parti Communiste.
Vidéos A la une
Martine Aubry a présenté ses voeux à la presse. La maire de Lille est revenue notamment sur le thème de la déchéance de nationalité.
Vidéos A la une
C'est une initiative qui va faire du bruit et siffler aux oreilles de François Hollande. Lundi matin, l'ancien député européen Daniel Cohn-Bendit et une trentaine de personnalités lancent un appel à une "primaire des gauches et des écologistes" dans le journal "Libération".
Vidéos A la une
Il y a 20 ans disparaissait François Mitterand. Réaction de Denise Cacheux, militante PS lilloise.
Vidéos A la une
Il y a 20 ans disparaissait François Mitterand. Réaction de Jean-Jack Queyranne, ancien porte-parole du PS.
Vidéos A la une
Invité de Ruth Elkrief sur BFMTV hier, Manuel Valls a exclu d'étendre la déchéance de nationalité à tous les Français. Ce dernier est revenu au premier scénario proclamé par les socialistes. Pour Eric Brunet, tous les Français qui retournent le glaive contre la République et la communauté méritent d'être déchus. Laurent Neumann, lui, déplore l'étendue des débats. Il faudrait clore le sujet en faisant un référendum, affirme-t-il. Mais cela ne risque pas d'arriver. - Bourdin Direct, du jeudi 7 janvier 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Laurent Wauquiez a été élu président de la nouvelle région Auvergne Rhône Alpes.
Vidéos A la une
Deux jours après la victoire de la gauche aux régionales, les négociations sont toujours en cours sur la constitution de l'exécutif.

Pages

Publicité