Vidéos A la une
A proprement parler, il ne s'agit pas de "dragons" mais de Protées anguillards (Proteus anguinus), une espèce rarissime qui a longtemps été la preuve selon les légendes slovènes de l'existence de l'animal géant cracheur de feu. Après plusieurs mois d'attente, la Slovénie a annoncé cette semaine l'éclosion d'un premier oeuf, puis d'un second dans la grotte de Postojna, au nord de l'Adriatique. Un événement rarissime. (Source : Slovenia Tourism )
Vidéos A la une
Alors que trois quarts des Américaines ont une opinion défavorable de Donald Trump, sa femme Mélania vient à sa rescousse pour faire oublier son machisme. Elle décrit un homme qui "traite tout le monde de la même façon". L'ex-mannequin slovène lui conseille aussi de moins tweeter car cela lui causerait des problèmes...
Vidéos A la une
En Slovénie, c'est l'information qui fait la Une : le poste frontière de Dobova est vide. Les autorités ont décidé à minuit que plus aucun migrant sans papier n'est autorisé à transiter par le pays. Sans attendre, d'autres pays se sont alignés sur cette décisions. Détails.
Vidéos A la une
SENOZECE (Slovénie) - 30 janvier 2016 - Terrible carambolage en Slovénie. Quatre personnes sont décédées et plusieurs autres blessées dans l'accident survenu samedi après-midi dans l'ouest du pays, sur une autoroute reliant Ljubljana la capitale à la côte adriatique. Plus de 70 véhicules, dont plusieurs camions, se sont retrouvés piégés dans la collision. Le brouillard, très épais au moment du choc serait à l'origine du drame.
Vidéos A la une
Les 28 ministres de l'Intérieur évoquent la possibilité de prolonger de deux ans les contrôles aux frontières internes de l'espace Schengen. Cette option existe au sein de la zone de libre circulation en Europe. Cette procédure est cependant longue à mettre en oeuvre et délicate d'un point de vue politique. Mais le secrétaire d'État néerlandais chargé de la Justice et de la Sécurité, a rappelé l'ampleur de la crise migratoire. " L'afflux sans précédent de demandeurs d'asile, qui a poussé les États membres à prendre ces mesures, n'a toujours pas diminué', a souligné Klaas Dijkhoff. Lors de cette rencontre informelle les ministres ont aussi demandé à Athènes de mieux contrôler sa frontière avec la Turquie. L'Autriche avait même menacé d'exclure provisoirement la Grèce de l'espace Schengen. Le ministre grec chargé de la Migration rejette toutes les accusations d'inaction ou de retard à l'encontre de la Grèce. Iannis Mouzalas demande d'ailleurs à ses partenaires européens de fournir l'aide promise à Athènes pour répondre à ses obligations.
Vidéos A la une
La première clôture entre deux pays de la zone Schengen est en train d'être installée. L'Autriche a débuté la mise en place d'un grillage de deux mètres de haut sur près de 4 km le long de sa frontière avec la Slovénie. Objectif : mieux contrôler le passage des migrants. Pour l'instant le dispositif ne comporte pas de fils barbelés. Mais cela pourra se faire si nécessaire a précisé le gouvernement. Les migrants restent nombreux sur la route des Balkans. A la frontière entre la Grèce et la République de Macédoine, certains protestent contre le filtre mis en place par les autorités. Seuls les Syriens, les Afghans et les Irakiens,susceptibles d'obtenir l'asile, sont autorisés à passer. 'Nous ne pouvons pas faire marche arrière', clame ce Marocain, 'il faut qu'on avance. Ici tout le monde a dépensé 2 à 3000 euros pour venir jusque-là. Ce n'est pas logique. S'il veulent nous arrêter, il faut le faire avant en Turquie ou en Grèce'. Marocains, mais aussi Iraniens ou Pakistanais restent bloqués entre les deux pays. Alors que les tensions montent, l'association Amnesty International dénonce ce système de discrimination selon la nationalité.
Vidéos A la une
Principale porte d'entrée des migrants en route vers l'Europe de l'Ouest, les pays des Balkans ont instauré de nouvelles règles. Ils limitent désormais le passage aux seuls migrants fuyant les conflit au Proche-Orient et en Afghanistan. C'est le cas notamment en Serbie et en Macédoine. A la frontière entre la Macédoine et la Grèce, les migrants sont de plus en plus nombreux à rester bloqués. ' Pour l'instant, la situation est relativement calme, explique une coordinatrice du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. Environ 1 500 personnes attendent du côté grec de la frontière pour voir ce qui va se passer. ' La situation est tout aussi confuse en Slovénie et en Croatie. C'est un refus de la Croatie de reprendre un groupe de migrants venus de Slovénie qui serait à l'origine de ce filtrage généralisé. Le ministre croate de l'Intérieur, Ranko Ostojic, s'en explique : ' Nous avons eu une demande de la Slovénie pour accepter le retour sur notre sol de 162 citoyens venant de pays dont l'afflux doit être dissuadé. D'après le plan Juncker, ils ne peuvent pas obtenir une protection internationale. Ces pays sont le Maroc, le Bangladesh, le Sri Lanka, l'Algérie, le Liberia, le Soudan, le Congo et le Pakistan. Par conséquent, nous avons refusé cette demande. ' Depuis le début de l'année, ils sont des centaines de milliers à être arrivés dans l'Union européenne, que ce soit par la mer ou par les Balkans, et toute la difficulté est précisément de dissocier l'accompagnement des migrants économiques et des réfugiés. Avec AFP
Vidéos A la une
A la veille d'un sommet européen où le contrôle des frontières extérieures de l'UE sera de nouveau débattu, la Slovénie a annoncé envisager de dresser des "obstacles techniques" à sa frontière avec la Croatie qu'elle pourrait bientôt équiper d'une clôture pour freiner les migrants.
Vidéos A la une
Plus de dix millions d'euros, c'est l'argent que la Commission européenne a décidé de verser à la Slovénie pour l'aider à gérer le flux soudain de migrants à travers ses frontières. L'argent, réuni dans le cadre d'un fonds d'urgence, doit servir au financement du personnel et des infrastructures aux frontières ainsi qu'à l'accueil des réfugiés, avec la création de 7.500 places supplémentaires. Des centaines de milliers de migrants ont traversé la Grèce et la Turquie pour arriver en Europe occidentale cette année. Depuis mi-octobre et la fermeture de la frontière hongroise, la plupart d'entre eux passent par la Slovénie, qui étouffe... Selon la ministre slovène de l'Intérieur, gérer la marée migratoire sur son territoire coûte quotidiennement 770.000 euros. Les Etats membres se sont aussi mis d'accord pour envoyer 400 gardes-frontière supplémentaires sur les frontières slovènes.
Vidéos A la une
Avec leurs quatre enfants, Zaki et Nagwa ont réussi. Ils sont enfin parvenus à leur terre promise. Loin des horreurs de la guerre civile de leurs Syrie natale, ils ont parcouru un long chemin. La Turquie, la Grèce, la Slovénie, l'Allemagne et finalement la Suède. 'Il est vrai qu'en Slovénie, on a souffert. Il faisait froid, on avait faim et soif, mais on savait qu'on devait encore avancer et nous étions si impatients d'arriver. Quand nous sommes arrivés en Allemagne, nous avons pensé que c'était fini, que notre voyage était fini. Au lieu de cela, nous sommes restés 4-5 jours presque autant de temps qu'entre la Grèce et l'Allemagne. L'impossible est donc arrivé, pour moi, et c'est comme un miracle', raconte ce papa. Arrivés oui enfin presque. Ils doivent encore prendre un bus. Tous ensemble. Direction Nora, leur destination finale, leur nouveau chez eux ! La vie, leur vie peut enfin recommencer. 'Nettoyer mes enfants. Le plus jeune surtout, voilà la chose la plus importante maintenant, si ce n'est pas trop tard, je veux même lui donner un bon bain', explique la maman. L'accueil des réfugiés bientôt plus complexe en Suède Mais pour les futurs réfugiés, cela sera plus difficile. Débordée à son tour, la Suède demande à l'Union européenne de relocaliser une partie de ses migrants et elle va durcir sa politique d'accueil et d'asile. En attendant, pour Zaki, Nagwa et leurs quatre enfants, un nouveau logement a été attribué par les autorités suédoises. L'occasion de prendre possession des lieux. Les enfants peuvent de nouveau jouer, vivre leur vie d'enfants tout simplement comme les autres.
Vidéos A la une
Ils sont des milliers, et la police leur crie de rester calme. A la frontière entre la Slovénie et l'Autriche, des migrants escaladent les barrières pour rentrer en Autriche. Dans les bras, les enfants pleurent. Certains sont juchés sur les épaules de leur père, pour éviter d'être écrasés par la foule. La commune de Sentilj a vu passer ce vendredi plus de 7000 migrants. Un défi pour ce petit pays qui tente de son mieux de faire face: 'La Slovénie a pris des mesures rapidement, explique Vesna Gyorkos Znidar, la ministre de l'Intérieur, y compris les plus restrictives. Elles vont être renforcées selon les besoins urgents et nécessaires pour assurer la traversée de la Slovénie, pays de transit, et pour que le nombre de migrants dans notre pays reste contrôlable. Nous portons une grande responsabilité humaine.' Côté autrichien, les migrants sont pris en charge dans des bus, et transportés vers la frontière allemande, la destination dont ils rêvent. Une pratique qui provoque la colère de la Bavière. Autre sujet de polémique : Vienne envisage la contruction d'une barrière, ce serait une première dans l'espace Schengen.
Vidéos A la une
Trois jours après le sommet d'urgence sur la crise migratoire, le flux ininterrompu de réfugiés continue d'attiser les tensions entre les pays européens les plus exposés. Après l'Autriche, c'est désormais la Slovénie qui menace de verrouiller partiellement sa frontière de manière unilatérale afin de mieux réguler les entrées sur son territoire. Pour Miro Cerar, le Premier ministre slovène, la situation est très claire : 'Permettez-moi vous dire une fois de plus que la Slovénie ne veut voir de murs entre les pays européens', a souligné le Slovène. 'Mais si la Slovénie y était forcée nous serions prêts, demain, à ériger des obstacles appropriés à la frontière croate pour diriger les migrants vers des points de passage et rendre la situation plus gérable'. Près de 90.000 migrants ont transité par la Slovénie depuis le 17 octobre En attendant, et conformément aux engagements pris dimanche dernier à Bruxelles, des policiers allemands sont arrivés mercredi en renfort en Slovéne. Une urgence : près de 90.000 migrants ont transité par ce petit pays de l'UE depuis le 17 octobre. Sur place, l'ambassadrice allemande en Slovénie a rappelé les raisons de la présence de policiers allemands. 'Face à la situation actuelle nous devons unir nos forces, a rappelé Anna Elisabeth Prinz. A Bruxelles nous avons adopté une liste de 17 points qu'il faut maintenant mettre en oeuvre. Voilà pourquoi les premiers policiers sont arrivés aujourd'hui et que des renforts viendront bientôt d'autres pays européens afin d'améliorer la sécurité.' Coordonner le transit des migrants, favoriser l'échange d'information entre les Etats tout en en sécurisant au plus vite les frontières internes de l'Union européenne : le compte à rebours à commencé, faute de quoi c'est l'espace Schengen de libre circulation qui pourrait bien imploser.
Vidéos A la une
9000 réfugiés arrivent chaque jour en Slovénie et espèrent pouvoir rejoindre l'Autriche. Ils passent la nuit dehors, les conditions sont très difficiles. Pour MSF, la situation devient intenable. Avec le froid, les réfugiés sont de plus en plus vulnérables
Vidéos A la une
L'Union européenne prévoit la création de 100 000 places d'accueil pour les demandeurs d'asile en Grèce et dans les Balkans. C'est la mesure phare annoncée hier à l'issue d'une réunion d'urgence entre l'Autriche, la Hongrie, la Croatie, la Slovénie, la Bulgarie, la Roumanie, l'Allemagne, la Grèce, la Serbie, la Macédoine et l'Albanie, pour juguler le flux de migrants qui empruntent chaque jour leurs routes. 'Nous avons été très clairs, la politique qui consiste à laisser les gens entrer doit cesser, et ce sera la cas', a insisté Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne. Plus question donc pour certains pays de laisser passer les réfugiés pour les laisser rejoindre l'Allemagne, notamment, au grand dam du Premier ministre slovène. 'Il existe des craintes que l'Allemagne, et par conséquence l'Autriche, ferment leurs frontières. Cela aurait pour conséquence un effet domino selon moi désastreux pour l'Europe', s'inquiète Miro Cerar. Les dirigeants s'engagent à mieux communiquer, mais pour quels résultats ? 'Même s'ils restent prudents, les dirigeants du centre et du sud-est de l'Europe présents à ce sommet se sont engagés à stopper leurs actions unilatérales et à coopérer pour gérer le flux de migration vers l'Union européenne. Ils ont également décidé d'accroître la capacité d'accueil. Car, malgré l'arrivée de l'automne, le nombre de demandeurs d'asile ne décroit pas. 48 000 personnes ont échoué sur les côtes grecques ces cinq derniers jours.', rappelle Efi Koutsokosta, journaliste grecque membre de notre bureau à Bruxelles. Avec AFP et Reuters
Vidéos A la une
La Slovenie débordée par le flux migratoire sans précédent. Plus de 50000 migrants et réfugiés sont entrés sur le territoire en moins d'une semaine. Ce pays qui compte 2 millions d'habitants demande aujourd'hui une aide financière de 140 millions d'euros à l'UE. Reportage au plus près des réfugiés à la frontière Croate, en Slovenie.
Vidéos A la une
Une nouvelle réunion au top niveau européen est organisée ce dimanche à Bruxelles pour tenter d'apporter des solutions à la crise migratoire et contenir le flux ininterrompu de réfugiés sur la route des Balkans. Se retrouvent aujourd'hui à Bruxelles à l'invitation de la Commission européenne dix Etats membres ainsi que l'Albanie, la Macédoine et la Serbie. Hier lors d'une rencontre en Bulgarie, les dirigeants serbe, roumain et bulgare ont averti qu'ils pourraient eux aussi fermer leurs frontières si les pays comme l'Allemagne ou l'Autriche prenaient une telle mesure. En toile de fond, la montée de la xénophobie. Donald Tusk, président du Conseil Européen, hier à la Haye : 'Aujourd'hui, rien n'est plus important pour le camp politique modéré que de rétablir les frontières européennes extérieures. Et pas pour faire de l'Europe une forteresse inaccessible, mais pour protéger efficacement les valeurs de solidarité, de liberté et d'ouverture. Alors seulement nous pourrons arrêter les extrémistes dans leur marche vers le pouvoir'. 'Une politique consistant à laisser passer des réfugiés dans le pays voisin n'est pas acceptable', c'est l'idée qui doit faire consensus ce dimanche à Bruxelles. Il serait alors question de ne plus continuer d'acheminer les migrants hors de ses frontières sans l'accord du prochain pays receveur.
Vidéos A la une
Plus de 12 000 réfugiés ont rejoint la Slovénie en 24 heures. Au total ce sont près de 34 000 migrants qui sont arrivés en moins d'une semaine, un flux considérable pour ce pays devenu en quelques jours l'une des principales routes des demandeurs d'asile vers l'Allemagne. Ljubljana reconnaît être à la limite de ses capacités et demande l'aide de l'Union européenne. Le Commissaire en charge de la Migration s'est donc rendu sur place pour évaluer les besoins du pays. " La Commission est aux côtés de la Slovénie et nous sommes prêts à l'aider, tant sur le plan technique que sur le plan financier " a souligné Dimitris Avramopoulos. La ministre slovène de l'Intérieur estime pour sa part le coût de cette prise en charge des réfugiés à 770 000 euros par jour, soit un budget de 140 millions d'euros en six mois. Mais au-delà d'une aide financière, elle souhaite aussi une meilleure surveillance des frontières extérieures de l'Union en Grèce. La Commission européenne a d'ailleurs convoqué un sommet européen restreint ce dimanche. Cette réunion, autour des pays du sud-est de l'Union, de la Serbie et de la Macédoine, sera justement consacrée à cette route migratoire dite des Balkans.
Vidéos A la une
Plus de 12 600 personnes sont arrivées dans le pays en 24 heures selon la police slovène, c'est même plus qu'en Hongrie au plus fort de la crise le mois dernier. Et depuis samedi, le chiffre dépasse les 34 000. Débordées comme ici à Rigonce, les autorités de Ljubljana ont mobilisé leur armée pour soutenir leur police et appelé l'Union européenne à l'aide. Outre le mini-sommet UE-Balkans prévu dimanche, le président de la Commission Jean-Claude Juncker a envoyé son commissaire aux Migrations en Slovénie. Le Grec Dimitris Avramopoulos va évaluer les besoins de ce petit pays qui se trouve à son tour en première ligne face à la crise migratoire. Plus de 10 000 migrants attendaient de pouvoir continuer leur route vers l'Autriche à l'image de ce réfugié palestinien et de sa famille : 'je veux vivre en paix. Partout, je ne cherche pas un lieu spécial, mais un endroit pour vivre en paix, pour moi et ma famille', explique Fadl Abdul. 2 000 à 3 000 autres personnes étaient déjà prêtes à arriver sur le sol slovène depuis la Croatie selon les ONG sur place qui s'inquiètent comme l'explique ce représentant du HCR, le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés : 'la nuit dernière, nous avons eu beaucoup de familles avec des enfants. C'est près de 60 % des gens que nous accueillons ici et 45% d'entres eux ont des enfants de moins de 5 ans', précise Niklas Stoerup Agerup. L'affluence dans les centres slovènes rend la situation précaire. A Brezice, près de la frontière croate, un feu d'origine inconnu a détruit hier 27 tentes collectives et conduit les réfugiés à de nouveau survivre sans toit. On my way to #Slovenia to provide #EU support on #refugeecrisis & meet with PM Miro Cerar, MFA Karl Erjavec & MOI Vesna Györkös Žnidar- DimitrisAvramopoulos (@Avramopoulos) 22 Octobre 2015 #Migrants : #Orban appelle les Européens à changer de politique https://t.co/diT3D4WBbN- L'Orient-Le Jour (@LOrientLeJour) 22 Octobre 2015
Vidéos A la une
La police slovène a annoncé jeudi que plus de 12.600 migrants sont arrivés dans le pays en 24 heures, soit un record dépassant même ceux enregistrés en Hongrie au plus fort de la crise en septembre.
Vidéos A la une
Le Président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a annoncé la tenue d'un sommet extraordinaire, qui doit réunir une dizaine de dirigeants de l'est de l'Union ce dimanche, aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel. La situation s'est dégradée sur la route des Balkans, depuis que la Hongrie a fermé sa frontière avec la Croatie, obligeant les migrants à dévier leur chemin pour tenter de rejoindre l'Allemagne et l'Autriche. Mais nombre d'entre eux se retrouvent bloqués dans le froid, dans des conditions déplorables. Depuis samedi, plus de 20 000 demandeurs d'asile ont traversé la Slovénie. Le Parlement slovène a renforcé les pouvoirs de l'armée aux frontières. Les autorités demandent davantage de soutien financier auprès de Bruxelles. Ce mercredi, deux bateaux qui comptaient une centaine de réfugiés ont accosté sur une base militaire de Chypre, rattachée au Royaume-Uni, malgré une surveillance renforcée. Des demandeurs d'asile qui arrivent directement sur le sol britannique pour la première fois depuis le début de cette crise migratoire.
Vidéos A la une
Des migrants ont fait brûler des couvertures en Slovénie en signe de protestation contre le gouvernement slovène qui les empêche de poursuivre leur trajet à travers l'Europe.
Vidéos A la une
La Slovénie, en première ligne face à l’arrivée de milliers de migrants depuis samedi, a donné de nouvelles compétences à son armée ce...
Vidéos A la une
Le parlement de Ljubljana a donné de nouvelles compétences à l'armée, appelée à aider la police, alors que l'arrivée de 20.000 migrants depuis samedi rend la situation très difficilement gérable en Slovénie, l'un des plus petits pays européens, .
Vidéos A la une
L'hiver approche et la crise migratoire continue... La Slovénie, désormais l'une des routes privilégiée des réfugiés, est dépassée par l'afflux des derniers jours. Près de 19.500 migrants sont entrés sur le territoire slovène depuis samedi selon son gouvernement. Après la fermeture par la Hongrie de sa frontière avec la Croatie, Syriens, Irakiens et Afghans passent par familles entières par la Slovénie. L'armée, aux côtés de la police, est déployée pour canaliser les réfugiés vers des structures déjà débordées. Le Président slovène, Borut Pahor, a été reçu à Bruxelles par les présidents du Conseil et de la Commission, la commission qui a rappelé que quatre millions d'euros de fonds d'urgence avaient été versés à la Slovénie. Les autorités du pays ont laissé entendre que si les arrivées restaient aussi nombreuses, la frontière slovène pourrait ne pas rester ouverte longtemps.
Vidéos A la une
Des milliers de migrants trouvent porte close à la frontière croate. Le premier ministre, Zoran Milanovic, a affirmé que le pays ne pouvait accueillir plus de personnes que ne le permettent ses capacités. Face à la pression exercée et avec l'autorisation de leur voisin, les autorités croates les ont conduits jusqu'à la Slovénie.
Vidéos A la une
La Slovénie, nouvelle étape sur la route des migrants venus de Croatie. Deux jours après la fermeture par la Hongrie de sa frontière avec la Croatie, ce petit pays de deux millions d'habitants est leur nouveau point de passage et il s'organise pour faciliter leur transit. La police et l'armée sont mobilisées, seulement pour des besoins logistiques, insiste le gouvernement. Dans la seule journée de samedi, 3 000 migrants et demandeurs d'asile ont passé la frontière. La Slovénie n'est qu'une halte dans leur long cheminement vers l'Europe occidentale et ils sont conduits en train ou en bus vers la frontière autrichienne. Beaucoup ne restent pas plus de 24 heures. A la frontière entre la Croatie et la Hongrie, en revanche, règne un calme étrange. La ville limitrophe de Letenye accueille de nouveaux-venus mais ce ne sont pas des migrants. ' Ces derniers jours, explique le maire, de nombreux policiers du service d'intervention et des soldats ont été déployés dans notre ville. Nous les avons logés dans divers locaux. Actuellement, ils sont en poste au pont de Mura, à l'ancien point de passage. ' Pour fermer le passage avec la Croatie, la Hongrie a installé une clôture comme cela avait été fait à la frontière avec la Serbie il y a un mois. Et ici, les habitants approuvent. ' Nous n'avons pas vu de migrants pour l'instant et j'espère que nous n'en verrons pas. Les soldats vont et viennent mais il ne se passe rien, heureusement. J'espère que ça restera comme ça ', nous dit une femme. Avec la Slovénie, la Hongrie ne peut pas fermer la frontière, Schengen oblige, mais elle a rétabli les contrôles. Sur l'autoroute, les policiers stoppent des voitures pour vérifier les papiers, et des barbelés sont posés tout près, en cas de besoin...
Vidéos A la une
Nous sommes à l'est de la Slovénie, aux confins du pays, près de la Croatie. 1200 migrants viennent de passer la frontière en train et d'emprunter une nouvelle route de l'exil. L'armée en soutien logistique Ljubljana a mobilisé l'armée pour apporter un soutien logistique à la police slovène et encadrer le flux des réfugiés. Car depuis que la Hongrie a fermé sa frontière avec la Croatie, les migrants n'ont plus d'autre choix que de passer par ce petit pays de deux millions d'habitants pour rejoindre l'Autriche ou l'Allemagne. Voici une photo prise par le porte-parole du Haut Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés en Europe centrale. Cakovec, #Croatia: 1800 just arrived here near #Slovenia border. 600 will go on buses, rest continue in the train pic.twitter.com/JB65O0SiPe- Babar Baloch (@BabarBloch) 17 Octobre 2015 L'inquiétude des autorités slovènes et croates La situation semble gérable pour l'instant. Mais le ministre croate de l'Intérieur redoute que Berlin ou Vienne décident à terme de ne plus accueillir librement ces milliers de candidats à l'exil. 'Il se produirait alors un effet domino qui poserait de nombreux problèmes à tous les pays', estime Ranko Ostojic. 'Notre organisation actuelle qui consiste à accueillir les personnes, à les enregistrer, à mener des contrôler de sécurité et de santé, c'est encore la solution la plus sûre pour tous', selon lui. 2.700 migrants sont entrés en Slovénie ce samedi. Ils peuvent soit déposer une demande d'asile, soit continuer leur périple vers l'Autriche. Les camps d'accueil en Slovénie risquent de se pérenniser. D'ici la fin de l'année, l'Europe devrait avoir vu passer sur son sol près de 700 000 réfugiés. Ban Ki-moon appelle à une solidarité mondiale Le secrétaire général de l'Onu s'est rendu en Italie, dans des camps d'accueil de réfugiés. Ban Ki-moon a appelé les Etats 'à une solidarité mondiale face à la crise migratoire'. Il n'y a pas de crise de nombres il une crise de la compassion: Ban Ki-moon à santegidionews #refugees #migrants https://t.co/hA8arlyflm- Nations Unies (ONU) (ONU_fr) 17 Octobre 2015
Vidéos A la une
Depuis plusieurs semaines, la Hongrie, la Croatie et la Slovénie se renvoient la balle. Les migrants, qui affluent par milliers, cherchent à rejoindre l'Europe de l'Ouest. Bloqués et ballotés de pays en pays, ils vivent au gré des ouvertures et des fermetures de frontières. Une équipe de TF1 les a suivi au poste frontière d'Harmica.
Vidéos A la une
La Slovénie sait que de nombreux réfugiés vont chercher à arriver sur son sol, en provenance de Croatie. Plusieurs groupes ont d'ailleurs déjà traversé la frontière. D'où la décision des autorités de renforcer la présence policière sur les routes et dans les gares, et même de suspendre le trafic ferroviaire avec la Croatie, au moins jusqu'à ce vendredi soir. 'C'est en Allemagne qu'on veut aller', lancent deux des passagers à bord d'un train bloqué dans la ville frontalière de Dobova. Des camps de tentes et des centres d'accueil ont été aménagés. Mais le Premier ministre slovène Miro Cerar a annoncé que son pays ne laisserait entrer 'que les personnes qui répondent aux critères de l'Union européenne', la Slovénie étant membre de l'espace Schengen. - avec agences
Vidéos A la une
Les demandeurs d'asile tentent désormais leur chance par la Croatie qui à son tour est en passe d'être débordée. Le gouvernement croate attend 20 000 migrants dans les semaines à venir. L'objectif des réfugiés: la Slovénie, porte d'entrée dans l'espace Schengen.

Pages

Publicité