Vidéos à la une
C'est un concert que Renaud n'oubliera pas. Le 96e de sa très longue tournée. Ce mardi 18 avril, il était la star du Printemps de Bourges, mais c'est à un artiste malade qu'ont fait face les 7000 spectateurs. Un public qui ne se fait pas prier pour chanter à la place de l'artiste de 64 ans, mais le ton monte quand il s'agit d'évoquer la politique à seulement quelques jours du premier tour de l'élection présidentielle. "D'une manière générale je préfère la gauche" , a déclaré sur scène celui qui arborait un tee-shirt en soutien à Yvan Colonna avant de donner un indice sur le bulletin qu'il mettra dans l'urne ce dimanche 23 avril. "On ne va quand même pas parler politique. Sinon je vais mettre mon tee-shirt Macron président", aurait lancé Renaud. Une phrase qui aurait été sifflée par le public relate le site du journal Le Parisien. Pourtant, cette prise de position n'est pas vraiment une surprise puisque début avril, sur Facebook, il avait déjà fait part de son souhait de voter pour Emmanuel Macron.
Vidéos à la une
Marion Maréchal-Le Pen était présente, lundi, sur la Promenade des Anglais, lors de la cérémonie d'hommage aux victimes de l'attentat du 14 juillet. Une cérémonie durant laquelle le Premier ministre, Manuel Valls a été sifflé par la foule. Le Canard Enchainé révèle que les sifflets provenaient d'un groupe de sympathisants du Front National. Invitée sur BFMTV, la député FN du Vaucluse nie avoir un lien avec ces individus. "Expliquer que ce serait le Front National qui aurait organiser ces huées c'est se voiler terriblement la face et ne pas mesurer la colère des Français" a-t-elle déclaré. Elle assure même avoir été "prise de court" par les sifflets à l'encontre du Premier ministre.
Vidéos à la une
Près de 40.000 personnes se sont réunies, ce lundi midi, sur la promenade des Anglais à Nice pour rendre hommage aux victimes de l'attentat du 14 juillet. Parmi les personnalités invitées à se recueillir, le Premier ministre, Manuel Valls était bien présent. Copieusement sifflé et hué par la foule avant et après la minute de silence, les politiques de droite comme de gauche ont été invités à commenter cet évènement. Sur BFMTV, Jean-François Copé n'a pas voulu réagir à la polémique mais précise tout de même que "Ce qui compte maintenant, c'est d'acter qu'on a changé d'époque, on doit changer de politique" a-t-il déclaré.
Vidéos à la une
Le président de la République, en déplacement ce samedi pour assister au départ des 24 Heures du Mans, a été copieusement sifflé par le public. François Hollande multiplie les déplacements depuis quelques semaines.
Vidéos à la une
Dans cette vidéo, extraite de la matinale d'iTélé de ce 1er juin, Bruce Toussaint est revenu avec Gérald Darmanin sur un épisode polémique du congrès des Républicains qui s'est tenu ce dimanche 31 mai pendant lequel Alain Juppé a été sifflé par les militants.
Publicité