Vidéos à la une
NAIROBI - Rentrée sous haute surveillance pour l'université de Garissa à Nairobi, cible d'une terrible attaque qui avait fait 148 morts, des étudiants pour la plupart. Des shebab, des islamistes basés dans la Somalie voisine, étaient arrivés à l'aube. Ils avaient séparé musulmans et non musulmans et avaient massacré les derniers. Le carnage avait pris fin après plusieurs heures de siège et la mort des quatre assaillants. L'université comptait 800 étudiants avant le massacre. Seulement quelque dizaines ont repris les cours dans un premier temps.
Vidéos à la une
Les islamistes somaliens shebab, affiliés à Al-Qaïda, ont diffusé une vidéo de propagande dans laquelle apparaît Donald Trump. Une vidéo de 51 minutes, destinée à recruter de nouveaux combattants. Les images montrent le milliardaire américain demandant l'interdiction aux musulmans d'entrer aux États-Unis. Un discours qu'il avait prononcé le 7 décembre après la tuerie de San Bernardino, où un couple musulman avait tué 14 personnes. Des propos qui avaient choqué ses adversaires. Hilary Clinton n'a pas hésité à dire que Donald Trump "est en train de devenir le meilleur recruteur" des djihadistes. Les shebab contrôlent encore de larges zones rurales en Somalie, et commettent parfois des attentats dans la capitale Mogadiscio, ou dans les pays voisins. En 2015, au Kenya, une attaque dans une université avait fait 148 morts.
Vidéos à la une
NAIROBI - 25 juillet 2015 - Un tapis rouge rapidement dressé pour un hôte d'exception. Le Kenya accueille un de ses enfants en la personne du Président des États-Unis. Barack Obama est arrivé ce vendredi soir pour une visite sous haute sécurité dans le pays de son père. Une première depuis son accession à la Maison-Blanche en 2009. Après avoir salué son homologue kényan, Uhuru Kenyatta, Obama a serré dans ses bras sa demi-soeur, Auma. Direction ensuite un hôtel de Nairobi où le président américain a dîné en présence de plusieurs membres de sa famille paternelle. Des réjouissances qui laisseront place ce samedi à une série de rencontres officielles. Au menu, la lutte contre le terrorisme dans un pays durement touché par des attaques de grande ampleur à l'initiative du groupe islamiste des Shebab.
Vidéos à la une
Mandera, Kenya - 7 Juil 2015 - 14 morts et une dizaine de blessés. C'est le bilan d'un raid meurtrier au kenya, attribué aux shebab. Très tôt mardi matin, ces islamistes somaliens ont attaqué un village dans le nord-est du Kenya, près de la frontière avec la Somalie. Équipés d'armes automatiques et d'explosifs, les attaquants ont fait irruption dans les maisons. Selon le chef de la police Kényane, il y a aussi onze blessés. Quatre sont dans un état critique. La Croix-Rouge a dépêché un avion pour transporter les blessés graves vers la capitale Nairobi. Les attaques des shebab sont fréquentes dans ce pays. En cause, la présence de l'armée kényane en Somalie, au sein de la force de l'Union africaine. En avril, 148 personnes ont été tuées dans une université à Garissa.
Vidéos à la une
Une semaine après l'attaque de l'université de Garissa qui a fait 148 morts, les corps des victimes continuent à affluer dans une morgue de Nairobi. Mais l'identification des dépouilles est lente et difficile. Les autorités kényanes sont aidées par des bénévoles de la Croix-Rouge. Le directeur du Centre national des gestions des catastrophes avait promis que le processus d'identification serait rapidement terminé. Plus de 50 victimes ont pu être identifiées grâce aux empreintes digitales et 15 grâce à des mesures biométriques. Transportés dans des cercueils, les corps sont remis aux proches, au compte-goutte. Pour les autres familles, le plus difficile est de ne pas pouvoir les enterrer, les autorités ne savent pas encore quand le processus d'identification prendra fin.
Vidéos à la une
GARISSA (Kenya) - 4 avril 2015 - De son groupe d'amis, il explique être le seul survivant. Cet étudiant a réchappé à la terrible attaque menée jeudi à l'aube par un commando d'islamistes shebab à l'université de Garissa dans l'est du Kenya. Visant spécifiquement les chrétiens, les assaillants ont ainsi assassinés 148 jeunes au terme d'une prise d'otages de près de 16 heures. Cheruiot Tiebafy a eu beaucoup de chance. "Je me suis barbouillé du sang de mes collègues, j'ai fait semblant d'être mort. Ils m'ont tourné autour, ils m'ont battu, mais j'étais en vie" explique-t-il. Les autorités kényanes annoncent l'arrestation de 5 personnes en lien avec le massacre. Les shebab qui ont revendiqué l'attaque prétendent venger la minorité musulmane du pays et dénonce l'intervention du Kenya en Somalie depuis 2011. Le groupement terroriste promet d'ores et déjà de nouvelles attaques.
Vidéos à la une
MANDERA (nord-est du Kenya) - 22 nov 2014 - Le massacre a eu lieu sur ce chemin de terre, juste à la sortie de Mandera, une ville du nord-est du Kenya, frontalière de la Somalie. Samedi, un bus qui se dirige vers Nairobi est pris d'assaut. 28 des 60 passagers sont exécutés en bordure de route, ceux qui ne sont pas d'apparence musulmane. L'attaque a été revendiquée par les shebab. Dans leur communiqué, les djihadistes somaliens, parlent de revanche pour les raids menés dernièrement par les autorités kényanes contre les mosquées radicales de Mombasa, ville côtière du Kenya à majorité musulmane. Les shebab qui avaient perdu leur chef en septembre lors d'une frappe aérienne américaine signent de manière sanglante l'arrivée d'un nouvel émir à leur tête.
Vidéos à la une
Harold Hyman a présenté les cartes du raid mené à Barawe, en Somalie. Un raid turco-britannique a frappé un port tenu par les Shebabs, le samedi 5 octobre. Les Shebabs ont été à l'origine...
Vidéos à la une
Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères était en duplex depuis New York pour BFM Story
Publicité