Politique
Valérie Debord, la remplaçante de Nadine Morano aux élections régionales, et Sébastien Huyghe sont ensemble depuis quatre ans. Découvrez ou redécouvrez cinq anecdotes sur leur couple.
Vidéos A la une
La porte-parole du parti Les Républicains depuis juin, Lydia Guirous, a assuré lundi que l'ex-UMP entendait "fermer les frontières, arrêter Schengen, arrêter la libre circulation". Elle a également affirmé que le parti était pour un lute avec "des troupes au sol contres Daesh". Son homologue Sébastien Huyghe a du rattraper ces propos en précisant: "Quand on dit les fermer, c'est que les règles pour entrer soient appliquées, que gens ne rentrent pas clandestinement de manière massive. C'est ça que nous attendons". Interrogé par la presse sur la ligne du parti concernant l'intervention de troupes au sol, il a dû ajouter que ce n'était "pas la position officielle" du parti même si "un certain nombre de voix s'étaient fait entendre au sein du parti".
Vidéos A la une
L'ancien ministre de l'Intérieur Charles Pasqua s'est éteint lundi à l'âge de 88 ans. Sébastien Huyghe, porte-parole des Républicains, a rendu un hommage appuyé à l'homme et au politique sur LCI.
Vidéos A la une
Invité : Sébastien Huyghe, porte-parole des Républicains
Vidéos A la une
Invité : Sébastien Huyghe, député et porte-parole de l'UMP
Vidéos A la une
Le député UMP Sébastien Huyghe a critiqué le volet sur les professions réglementées de la loi Macron présenté mercredi en Conseil des ministres. Le notaire a profité de sa question au gouvernement pour lancer que le ministre de l'Economie, passé par la banque Rothschild, n'était "pas le mieux placé" pour critiquer des hauts niveaux de revenu. En lui répondant, la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, s'est dite "surprise par cette mise en cause personnelle" et ajouté qu'il n'y avait "pas lieu de le faire" et qu'il n'existait "pas de métier honteux".
Vidéos A la une
"Nous sommes seulement dans la première phase du grand big bang de la politique française que nous promet Nicolas Sarkozy", a déclaré vendredi Sébastien Huygue, député UMP du Nord. "Cette première phase passe d'abord pas le big bang de notre famille politique c'est-à-dire un grand mouvement qui va au-delà des frontières traditionnelles des formations politiques".
Vidéos A la une
Sébastien Huyghe, député UMP du Nord, défend Nicolas Sarkozy à la suite de son intervention télévisée pour TF1 et LCI mercredi soir. Le député parle d'une revanche politique de certains magistrats, aujourd'hui en fonction.
Vidéos A la une
Pour la première fois dans l'histoire de la Ve République, un ancien Président est placé en garde à vue. Nicolas Sarkozy est interrogé depuis ce matin au siège de l'office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) de la direction centrale de la police judiciaire. L'ancien chef de l'État a rejoint son avocat Thierry Herzog, et deux hauts magistrats de la Cour de cassation, Gilbert Azibert et Patrick Sassoust, eux-mêmes placés en garde à vue dès lundi matin. Les quatre hommes sont interrogés dans le cadre de l'enquête pour " trafic d'influence " et " violation du secret de l'instruction " dans l'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy. Les magistrates Patricia Simon et Claire Thépaut enquêtent sur un réseau d'informateurs susceptible d'avoir renseigné les proches de Nicolas Sarkozy voire l'ancien président de la République lui-même, dans les procédures judiciaires le visant, en particulier le dossier Bettencourt. Des interceptions téléphoniques opérées par les juges en janvier et février 2014 avaient révélé des faits troublants : l'ex-président et son avocat semblaient très renseignés sur l'avancée des travaux de la Cour de cassation quant à la saisie de la procédure Bettencourt. Les deux hommes se sachant placés sur écoute, ils étaient allées jusqu'à acheter, sous un nom d'emprunt, des téléphones portables. D'où l'incrimination de " violation du secret de l'instruction ". Nicolas Sarkozy est-il définitivement mis hors-jeu de la politique nationale ? Peut-il rebondir après un tel scandale ? Quelle sera l'attitude de l'UMP, que Nicolas Sarkozy a présidé de 2004 à 2007 ? Autour d'Arnaud Ardoin, les invités du débat de ça vous regarde en parlent ce soir.
Vidéos A la une
Sébastien Huyghe, député UMP, juste "très surprenant que 15 jours après qu'il soit évoqué le retour de Nicolas Sarkozy sur la scène nationale (...) qu'il y est un nouvel épisode judiciaire". Il ajoute : "Un certain nombre de magistrats veulent se payer Nicolas Sarkozy", rappelant l'affaire du Mur des Cons.
Vidéos A la une
Émission quotidienne présentée par Brigitte Boucher Le point complet sur l’actualité politique et parlementaire. Exclusif, exhaustif, ce journal d’information propose tous les soirs un...
Vidéos A la une
Après les vœux à la presse très commentés de François Hollande la semaine dernière, deux rendez-vous incontournables attendent aujourd’hui le Président. Le premier en fin de matinée, avec...
Vidéos A la une
C’est un retour en politique un peu forcé pour Nicolas Sarkozy. A 17h, il participe à un bureau politique extraordinaire de l’UMP, convoqué après l’invalidation jeudi dernier de ses comptes de campagne par le Conseil constitutionnel, qui enfonce le parti dans le rouge. La séance se tiendra à huis...
Publicité