Vidéos Argent/Bourse
La Banque Centrale Européenne a lancé une campagne de rachat d'actifs auprès des États de la zone euro et des entreprises. Cette initiative s'est inscrite dans une politique monétaire "non conventionnelle" qu'on appelle en économie le "quantitative easing" ou assouplissement quantitatif. La BCE a donc mis en oeuvre à partir du 8 juin son programme de rachat d'obligations d'entreprises, comme annoncé le 10 mars. Il s'agit également de favoriser leurs investissements mais aussi celui des PME. Quel bilan peut-on alors tirer pour les mesures d'assouplissement quantitatif mises en oeuvre par Mario Draghi ? - Avec: Sébastien Barthélémi, responsable de la recherche crédit chez Kepler Cheuvreux. - Intégrale Bourse, du mercredi 20 juillet 2016 présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
La Banque centrale européenne (BCE) commence ce mercredi à racheter des obligations émises par les entreprises de la zone euro. Son objectif est de faciliter le financement de celles-ci, pour les inciter à investir. L'institution de Francfort prévoit des achats mensuels compris entre 5 et 10 milliards d'euros. Ils devraient s'étendre au moins jusqu'au printemps 2017. Cette mesure, annoncée le 21 avril dernier, viendra en complément des rachats de dettes publiques que la BCE mène déjà depuis plus d'un an. C'est donc un nouvel élément inédit de la panoplie de mesures qu'elle déploie depuis des mois pour faire repartir l'inflation. - Avec: Sébastien Barthélémi, responsable de la recherche crédit chez Kepler Cheuvreux. - Intégrale Bourse, du mercredi 8 juin 2016, présenté par Guillaume Sommerer, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Sébastien Barthélémi, responsable de la recherche crédit chez Kepler Cheuvreux, s'est penché sur les difficultés que rencontre le groupe Areva. - Intégrale Bourse, du jeudi 5 mai 2015, présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.
Publicité