Société
Manque d’effectifs, épuisement, heures supplémentaires non payées… Antonin J. raconte son quotidien au sein de la brigade chargée de protéger les hautes personnalités.
Société
Présents après les attentats de janvier à Paris pour protéger diverses personnalités, ces "anges gardiens" sont de plus en plus sollicités. 
Publicité