Vidéos à la une
Le Daily Mail va verser plus de deux millions et demi d'euros à Melania Trump et lui faire des excuses publiques pour l' avoir qualifiée d'escort-girl dans un article publié en août dernier. 'Nous présentons nos excuses à Mme Trump pour la peine et le désagrément causés. Afin de mettre fin aux deux actions en justice intentées par elle contre nous, nous avons accepté de lui verser des dommages et intérêts', pouvait-on lire ce mercredi sur le site web du Daily Mail. Dans son article publié à l'époque en pleine campagne présidentielle, le tabloïd britannique avait écrit que Melania Trump, ex-mannequin, avait officié comme escort-girl dans les années 1990. Le Daily Mail avait notamment avancé que la Première dame 'proposait des services au-delà du simple mannequinat' lorsqu'elle était top model. Estimant avoir été bafouée, Mélania Trump avait exigé 150 millions de dollars de dommages et intérêts.
Société
La commissaire de bord d’un avion de la compagnie Transavia aurait eu des relations extraconjugales avec certains membres de l’équipage, à l'hôtel mais aussi... dans le cockpit !
Sport
A 29 ans, l'attaquant tricolore est en passe de devenir un cadre de l'équipe de France de football. Mais connaissez-vous tout de ce fervent catholique ?
Vidéos à la une
Le Vatican est systématiquement pointé du doigt à chaque fois qu'un scandale de pédophilie éclate, et il y en a eu tellement et de telle ampleur depuis 14 ans que même l'ONU a tiré la sonnette d'alarme. En 2014, le Comité des Droits de l'Enfant de l'ONU publie un rapport accablant pour le Saint Siège, accusé d'avoir sacrifié la vérité pour la réputation de l'Eglise. 'Le Saint-Siège a adopté des politiques et des pratiques qui ont conduit à la poursuite des abus et à l'impunité de leurs auteurs affirme Kirsten Sandberg. Un autre problème est la loi du silence imposée par l'Eglise aux enfants et le fait que le signalement aux autorités nationales n'a jamais été rendue obligatoire.' C'est exactement ce qu'avait révélé le scandale de Boston en 2002. Le cardinal archevêque Bernard Law avait dû démissioner. Il avait fermé les yeux devant les nombreux cas d'abus sexuels commis par des prêtres en toute impunité. Même système en Irlande, révélé en 2009 apres 9 années d'enquête. Des milliers d'enfants ont été abusés sexuellement et physiquement pendant des décennies dans des institutions gérées par l'Eglise catholique. Selon le rapport d'enquête, le viol et les attouchements étaient 'endémiques' dans les centres accueillant des garçons. John Kelly, l'une des victimes de ces abus témoigne de son soulagement : 'Ce document, cette enquête confirme les témoignages des victimes. Il mentionne l'endroit où les enfants ont été violés et sauvagement maltraités et les victimes ont ainsi le sentiment que justice a été rendue. Cela les réconforte un peu.' " La prévention de la pédophilie s'apprend aussi des victimes " https://t.co/21BaPxAEiL- la-croix.com (@LaCroix) 12 avril 2016 En 2010, l'Eglise catholique allemande est à son tour rattrappée par des cas d'abus sexuels dans plusieurs institutions, des faits remontant aux années 1970. Et encore une fois, la hiérarchie est mal placée pour résoudre le problème selon les victimes, comme l'explique Norbert Denef, porte-parole de l'organisation 'Netzwerk B' : 'Vous avez vu les réactions, personne n'est coupable. 'Je n'assume aucune responsabilité' a déclaré Mgr Ackerman. Il a été nommé par l'Eglise, cela signifie que ceux qui sont responsables des crimes sont assis autour d'une table pour discuter de la façon d'avancer'. Un reproche que le pape François a entendu car le scandale est double : des milliers d'enfants abusés et des dizaines d'évêques ayant préférés protéger leurs agresseurs. En juillet 2014, le pape s'excuse au nom de l'Eglise catholique : 'Je demande humblement pardon pour les péchés d'omission de la part des dirigeants de l'Église qui ne répondent pas de manière adéquat aux rapports d'abus faits par les membres des familles, ainsi que par les victimes d'abus elles-mêmes.' Depuis, François a créé une nouvelle instance judiciaire pour juger selon le droit canon les évêques ayant couvert les abus sexuels des prêtres. Lutter contre la #pédophilie : nouvelles mesures.Déclaration du conseil permanent de la CEF. https://t.co/BnbTV22m8O pic.twitter.com/loHvbEOTeC- Eglise Catholique (@Eglisecatho) April 12, 2016 #Pédophilie Une commission nationale d'expertise indépendante est mise en place. pic.twitter.com/TQBAkIGLO6- Eglise Catholique (@Eglisecatho) April 12, 2016
Vidéos à la une
Les mesures annoncées par l'Eglise de France, François Devaux les attendait depuis longtemps. Il représente l'association 'La parole libérée', qui vient en aide aux victimes présumées d'un prêtre lyonnais, mis en examen en janvier pour des agressions sexuelles sur de jeunes scouts, il y a plus de 25 ans. S'il se réjouit de la réaction de l'Eglise, il juge ces mesures insuffisantes. 'Cela semble être de bonnes mesures multiples, diverses, et ça montre une vraie évolution. On a sauté quelques étapes. Mais, même si ces décisions semblent très bonnes et très crédibles, il manque encore beaucoup de choses.' Ce que François Devaux réclame notamment aujourd'hui, c'est la démission de l'archevêque de Lyon, le cardinal Barbarin, qui est soupçonné d'avoir caché les agissements du prêtre accusé de pédophilie : 'Ce que j'attends de manière immédiate, c'est le départ du cardinal Barbarin. Pour moi, ça fait quinze jours de trop qu'il est à son poste. Cet homme là doit quitter ses fonctions. Tant que cela n'arrivera pas, il n'y aura pas ma confiance. François Devaux s'est tourné vers le Vatican pour exprimer ses préoccupations et ses attentes, afin que la confiance s'installe à nouveau dans le diocèse de Lyon. Mais il regrette de ne pas avoir été écouté : 'J'ai essayé de contacter le nonce apostolique, j'ai essayé de contacter au moins à cinq reprises le Vatican. Pas un cardinal a voulu me répondre au téléphone, pas un. Et j'ai dit à tous les secrétaires : attention, cette affaire va être un vrai traumatisme pour cette institution. Il y a des décisions à prendre qui s'imposent pour que la confiance puisse se réinstaller. Et après seulement, pourront venir des actions qui sont, a priori, très bonnes, mais pour que ces actions soient crédibles, il faut recouvrir la confiance'. Depuis sa création en décembre dernier, l'association 'La parole libérée' a reçu des dizaines de témoignages de victimes présumées, qui n'avaient jusqu'alors pas osé raconter leur histoire.
Vidéos à la une
L'Eglise catholique veut prendre ses problèmes à bras le corps. La Conférence des évêques de France (CEF) a annoncé une série de mesures pour prévenir des agressions sexuelles : lieux d'écoute et d'accueil destinés aux victimes de pédophilie, site internet pour les orienter... Il s'agit aussi de mieux évaluer ces dérives avec la mise en place d'une commission indépendante externe : 'Il nous a semblé important d'avoir cette commission d'expertise extérieure à nous-mêmes, parce que nous-mêmes nous avons avec nos prêtres une relation qui dépasse la relation d'un patron à un salarié, a déclaré Monseigneur Georges Pontier, président de la CEF. Nous avons une relation qui crée une proximité avec les prêtres, et cette proximité peut ne pas nous rendre service à certains moments.' Archevêque de Lyon depuis 2002, le cardinal Philippe Barbarin est au coeur de certaines des affaires ayant ébranlé l'Eglise. Il est accusé de 'non-dénonciation' d'agressions sexuelles, commises notamment par un prêtre sur de jeunes scouts lyonnais entre 1986 et 1991. Savait-il ce qu'il se passait? Il continue de nier avoir couvert des actes de pédophilie. Avec AFP
Vidéos à la une
Le cardinal Philippe Barbarin nie 'avec force' avoir 'couvert le moindre acte de pédophilie'. Le primat des Gaules est soupçonné de non-dénonciation et de mise en péril de la vie d'autrui. Au Premier ministre Manuel Valls qui l'appelle à 'prendre ses responsabilités', l'archevêque de Lyon 'promet' qu'il les prend et n'exclut pas avoir pu se tromper.
Vidéos à la une
La résolution n'aura pas été facile à faire accepter mais les Etats-Unis ont refusé de l'édulcorer. Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté pour la première fois un texte s'attaquant aux abus sexuels commis par des Casques bleus. Les unités mises en cause devront être rapatriées si les faits sont prouvés. Et si les coupables ne font l'objet d'aucune sanction, ce sont tous les soldats de la nationalité incriminée qui devront quitter le pays dans lequel ils sont en mission. 'Mon but principal est d'agir enfin contre un cancer, a martelé l'ambassadrice américaine Samantha Power. Le cancer des abus et de l'exploitation sexuels dont sont victimes des gens qui font confiance au drapeau de l'ONU. Ils voient un Casque bleu se diriger vers eux et ils pensent : c'est quelqu'un qui va m'aider. Ils ne pensent pas : je dois partir en courant, c'est quelqu'un qui va me violer. Et c'est quelque chose qu'ils ne devraient jamais penser.' Seule l'Egypte s'est abstenue au cours du vote. Cette résolution intervient alors que le dernier rapport annuel des Nations Unies fait état de 69 cas d'abus sexuels commis en 2015 par des Casques bleus d'une vingtaine de nationalités. Pour la plupart, ils étaient en mission en Centrafrique et en République démocratique du Congo.
Vidéos à la une
Le journaliste italien Gianluigi Nuzzi et son collègue Emiliano Fittipaldi font désormais l'objet d'une enquête officielle du Vatican. Les deux hommes sont accusés de divulgation de documents confidentiels. La semaine dernières ils avaient publié deux livres faisant état de gabegies et de détournements de fonds au Vatican. Ces ouvrages, 'Avarizia' de Fittipaldi, et 'Chemin de croix' ont décri de manière oeu glorieuse le train de vie luxueux de certains cardinaux. Tout a commencé il y a dix jours quand un prélat espagnol proche de l'Opus Dei, Lucio Angel Vallejo Balda, et une consultante italienne, Francesca Immacolata Chaouqui, ont été arrêtés pour avoir été à l'origine de la fuite de documents confidentiels. Ces documents avaient été recueillis par une commission d'experts, la COSEA, dont ils faisaient partie, chargée en 2013 de faire des propositions de réformes des finances vaticanes au pape. La Gendarmerie vaticane a signalé à la magistrature l'activité des deux journalistes au titre d'une possible complicité dans le délit de divulgation de nouvelles et de documents confidentiels, a précisé le père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège. La mise en cause des deux journalistes s'appuie sur une législation vaticane de juillet 2013, soit après le premier 'Vatileaks' qui stipule que 'quiconque se procure de manière illégitime ou révèle des informations ou des documents dont la diffusion est interdite, est passible d'une peine de prison allant de six mois à deux ans, ou d'une amende allant de 1000 à 5000 euros'.
Vidéos à la une
Une affaire de chantage dirigée contre son coéquipier de l'Équipe de France Mathieu Valbuena. Benzema, qui joue au Real Madrid a été placé sous contrôle judiciaire avec l'interdiction 'd'entrer en contact de quelque façon que ce soit avec la victime et les autres mis en examen', selon le parquet de Versailles. Son avocat, Sylvain Cormier dénonce des 'fuites tronquées dans la presse' : 'Karim Benzema n'a rien reconnu du tout. C'est effarant de lire des choses pareilles dans la presse. Il proclame son innocence. Il n'a pris aucune part, je dis bien aucune part à du chantage ou une tentative de chantage'. Et d'ajouter que Karim Benzema a conseillé à Mathieu Valbuena de 'ne pas se laisser faire et de ne pas payer' selon l'avocat de l'attaquant français. Une écoute révélée par la presse française suggère que Benzema était sûr que Valbuena céderait au chantage ce que récuse son avocat. coup dur moral et sportif ? Les trois maîtres chanteurs présumés, aujourd'hui en détention provisoire, avaient contacté l'ami d'enfance des frères Benzema, également écroué et mis en examen, afin d'utiliser le joueur dans leur entreprise d'extorsion. Karim Benzema rentré à Madrid, soutenu par le président Perez https://t.co/S7BjUW73Q8 pic.twitter.com/k4Ysl81QH1- Europe 1 (@Europe1) 5 Novembre 2015
Vidéos à la une
Près de 1000 manifestants se sont rassemblés devant l'ambassade du Japon en Corée du Sud. Pendant la seconde guerre mondiale, l'armée impériale japonaise a enrôlé de force près de 200 000 femmes, coréennes, mais aussi chinoises ou indonésiennes, pour devenir des esclaves sexuelles, dans les maisons closes de l'armée. Ces femmes étaient surnommées, les dames de réconfort. Lee young Soo, victime, ancienne 'femme de réconfort' : ' Si le Japon, avant, était sourd, maintenant il peut entendre. Si le Japon avant était aveugle, maintenant il peut voir. Parce que ce pays a suffisamment entendu nos nombreuses demandes. Ils doivent présenter des excuses et des compensations. ' En 1965, 800 millions de dollars ont été versés à la Corée, en dédommagement. Pourtant pour Séoul, le Japon a encore une dette historique. Très régulièrement, des manifestations ont lieu devant l'ambassade du Japon. Park Eun-Hye, manifestante: 'Nous , la jeune génération , ne pouvons pas oublier, nous voulons que ce problème soit résolu définitivement. Je participe à des manifestations chaque semaine, pour que le Japon se réveille. J'agis de toutes mes forces, et je continuerai même après la mort de toutes les anciennes femmes de réconfort.' Un incident a eu lieu à la fin de la manifestation. Un militant a tenté de s'immoler par le feu. Malgré de nombreuses brûlures, ses jours ne sont pas en danger, l'homme a été sauvé par plusieurs participants.
Vidéos à la une
C'est ce que cherche à savoir la police des polices anglaise qui a ouvert hier une enquête dans le Wiltshire, où a vécu l'ancien chef du gouvernement, mort en 2005. Une plainte pour abus sexuels sur mineur avait été déposée en 1990, mais les poursuites pénales semblent ne pas avoir été menées à terme dès lors que le nom de l'ancien Premier ministre a fait surface. La police locale fait également l'objet d'une enquête dans ce dossier. Un appel a témoin a été lancé pour retrouver les principaux acteurs de ce dossier. Le conservateur Edward Heath fut Premier ministre de 1970 à 1974. C'est lui qui a fait entrer le Royaume-Uni dans le marché commun. Avec AFP
Vidéos à la une
Dominique Strauss-Kahn sera fixé à la mi-journée sur son sort, dans l'affaire dite du Carlton. L'ancien patron du FMI sera-t-il considéré comme un simple libertin ayant assisté à des parties fines ou comme un proxénète ? Le jugement sera rendu à partir de 11h00 au tribunal correctionnel de Lille. C'est là que le procès s'est déroulé en février dernier, au terme de plusieurs années d'enquête. Lors des 3 semaines de débats, DSK n'a jamais nié avoir participé à ces soirées, mais il a toujours assuré ne pas savoir que les participantes étaient des prostituées. Lors des réquisitoires, le parquet a demandé une relaxe pure et simple. Les parties civiles ont, de leur côté, renoncé à réclamer des dommages et intérêts, estimant ne pas avoir suffisamment de preuve contre de Dominique Strauss-Kahn. En plus de DSK, 13 autres personnes étaient poursuivies dans cette affaire : des hommes d'affaires, des responsables de l'hôtel Carlton de Lille et un propriétaire de maison close en Belgique. - avec agences
Vidéos à la une
La presse britannique se déchaîne contre le prince Andrew, le fils cadet de la reine rattrapé par une affaire d'abus sexuel sur mineure. Son nom est apparu par le biais d'une plainte déposée la semaine dernière en Floride par une jeune femme. Sous le pseudonyme de Jane Do, elle accuse le milliardaire américain Jeffrey Epstein, ami du prince, de l'avoir forcé à avoir des relations sexuelles avec le duc d'York quand elle était mineure. La plaignante affirme avoir été l'esclave sexuelle de Jeffrey Epstein entre 1999 et 2002 et avoir agi sur son ordre. Ce dernier a été condamné en 2008 à 18 mois de prison pour avoir eu recours aux services de prostituées mineures. Le prince Andrew n'est pas directement visé mais son nom a bien été cité forçant Buckingham palace à sortir de son silence en démentant par deux fois ces accusations.
Vidéos à la une
Il y a quelques semaines, un jeune homme a affirmé que le réalisateur américain l'avait violé. Ce lundi, un autre jeune homme, un Britannique, a fait savoir que Bryan Singer avait abusé de lui...
Vidéos à la une
La commission d'experts chargée de lutter contre la pédophilie dans l'Église catholique, mise en place en mars par le pape François, s'est réunie pour la première fois pendant trois jours et a...
Vidéos à la une
Les soupçons d’abus sexuels de sa fille adoptive par Woody Allen refont surface. Dylan Farrow a raconté dans une interview publiée dans le New-York Times comment elle aurait été agressée...
Vidéos à la une
Les ennuis judiciaires continuent pour Dominique Strauss-Kahn. L’ex-patron du FMI a été renvoyé en correctionnelle pour ‘‘proxénétisme aggravé en réunion’‘, dans l’affaire dite du Carlton de Lille. Treize autre personnes sont également visées. Les juges, en charges de l’enquête, n’ont pas suivi le...
Vidéos à la une
Dans le procès Rubygate, dans lequel il était accusé d’abus de pouvoir et prostitution de mineure, les juges de Milan l’ont condamné hier à 7 ans de prison et une interdiction à vie d’exercer toute fonction publique. L’ancien chef du gouvernement italien n’ira pas en prison car ses avocats vont...
Vidéos à la une
Silvio Berlusconi finira-t-il sa vie en prison ? Pourra t-il un jour revenir sur la scène politique? Lui en tous cas jusqu’a présent n’en a jamais douté. Jamais non plus ne s’est il remis en cause. “Chers amis, comme vous le savez tous, les tempêtes ne me font pas peur. En 17 ans, j’ai vu...
Vidéos à la une
Silvio Berlusconi a beau être habitué aux procès, il “joue gros” ce lundi devant le tribunal de Milan. Ce dernier va prononcer son verdict dans l’affaire dite du “Rubygate”. L’ancien chef du gouvernement italien est poursuivi pour abus de pouvoir et pour incitation à la prostitution de mineure. Le...
Publicité