Vidéos A la une
La colère monte dans les rues de Skopje. Hier soir des centaines de manifestants se sont réunis dans la capitale de l'ex-République yougoslave de Macédoine. Ils protestent contre le président Gjorge Ivanov qui a ordonné l'arrêt d'une procédure judiciaire visant des responsables politiques impliqués dans un scandale d'écoutes téléphoniques illégales. Cela fait deux ans que cette affaire déstabilise le pays. L'opposition sociale-démocrate accuse la droite conservatrice au pouvoir d'avoir mis en place un vaste système d'écoutes de milliers de personnes, journalistes, politiques, chefs religieux. Pour la rue, si le président a ordonné de stopper les enquêtes, c'est pour protéger ses alliés. Pour Bruxelles, cette décision est contraire à l'état de droit et met en péril les chances du pays de rejoindre l'Union, Skopje étant officiellement candidate à l'adhésion depuis 2005.
Vidéos A la une
À Londres, Andy Coulson, l'ex-rédacteur en chef de News of the World, a été condamné à 18 mois de prison ferme ce vendredi dans le cadre du procès des écoutes téléphoniques, pratiquées par le tabloïd britannique. Deux autres anciens journalistes écopent également d'une peine de prison ferme. En revanche, Rebekah Brooks, l'ex-directrice générale du groupe News International et, par ailleurs, ancienne maîtresse d'Andy Coulson, avait été relaxée le mois dernier par la justice. Cette affaire a plongé David Cameron dans l'embarras, lui qui avait fait d'Andy Coulson son conseiller en communication, avant son arrivée à Downing Street. Vertement critiqué par l'opposition, le Premier ministre britannique a été contraint depuis à des excuses publiques. Pendant plusieurs années, le tabloïd News of the World a écouté illégalement des conversations téléphoniques de centaines de personnalités et d'anonymes dans le but d'obtenir des scoops. Le juge du tribunal de Londres a estimé vendredi dans son verdict qu'Andy Coulson avait encouragé cette pratique alors qu'il aurait dû la faire cesser.
Vidéos A la une
L'ex-'reine des tabloïds', Rebekah Brooks a été totalement blanchie par la justice britannique au terme d'un procès-fleuve sur les écoutes de presse pratiquées entre 2000 et 2006 par le défunt 'News of The World' du magnat Rupert Murdoch. C'est Andy Coulson, l'ancien rédacteur en chef du tabloïd qui endosse la responsabilité du scandale. Il a été reconnu coupable par les jurés et il encourt désormais une peine de prison. Mais Coulson et Brooks étaient des proches de David Cameron... Ce verdict a donc contraint le Premier ministre britannique à s'excuser publiquement à la télévision. Pour Joan Smith, la responsable exécutive du groupe de pression visant à améliorer la transparence sur les pratiques journalistiques, 'ce verdict était nécessaire. Ce n'était pas seulement un feu de paille. Au contraire, on a vu que c'est tout un système s'est brûlé les doigts, un mauvais journalisme qui a pu prospérer, car ce qui devait l'empêcher n'a tout simplement pas fonctionné'. Le journal dominical News of The World avait été fermé dans la précipitation à l'été 2011 après avoir écouté les conversations téléphoniques de centaines de personnes, des célébrités, mais aussi des anonymes propulsés à la une de l'actualité, pour décrocher des scoops.
Vidéos A la une
Le procès-fleuve des écoutes de presse au Royaume-Uni. Poursuivi pour ces écoutes pratiquées entre 2000 et 2006, l'ancien rédacteur en chef du tabloïd 'News of the World', Andy Coulson, a été reconnu coupable et encourt désormais une peine de prison. Sa principale co-accusée, Rebekah Brooks a été totalement blanchie. Coulson et Brooks étaient de proches de David Cameron. Ce verdict a donc plongé le Premier ministre britannique dans l'embarras. 'Je suis sincèrement désolé d'avoir embauché Andy Coulson. C'était une mauvaise décision, je le confesse très clairement', a déclaré à la télévision le chef du gouvernement. Fermé dans la précipitation à l'été 2011, le journal dominical a écouté les conversations téléphoniques de centaines de personnes, des célébrités, mais aussi des anonymes propulsés à la une de l'actualité, pour décrocher des scoops.
Vidéos A la une
Les révélations de l'hebdomadaire Wprost secouent la Pologne. C'est un véritable scandale d'écoutes illégales d'hommes politiques qui a éclaté la semaine dernière. Et il a franchi un nouveau pas avec la publication ce lundi d'autres propos attribués au chef de la diplomatie Radoslaw Sikorski. Lors d'une conversation privée, dans un restaurant avec l'ancien ministre des Finances Jacek Rostowski, le chef de la diplomatie a notamment qualifié l'alliance avec les États-Unis de 'nuisible'. Il a aussitôt réagi : 'le gouvernement a été attaqué par un groupe criminel organisé. J'espère que la justice identifiera les membres du groupe et surtout ses commanditaires'. La conversation daterait de janvier. Le ministre a aussi évoqué une Pologne entrant en conflit avec la Russie et l'Allemagne parce qu''on a fait une pipe aux Américains'. L'opposition fait pression pour que le gouvernement du Premier ministre Donald Tusk démissionne. Mais celui-ci ne l'entend pas ainsi, même si la cote de popularité de son parti de centre droit Plateforme civique est tombée à 25 % : 'Il n'y aura pas de conséquences pour les ministres dont la seule faute a été d'utiliser un langage vulgaire dans une conversation confidentielle. Les sanctionner viderait toute vie politique en Pologne et dans le monde entier.' L'ambassadeur américain à Varsovie a refusé de commenter 'une conversation privée'. 'En ce qui concerne notre alliance, elle est forte', a-t-il tweeté.
Vidéos A la une
de la droite fonctionne ? Christiane Taubira, la ministre française de la Justice, reste sous pression, mais ne s’estime pas lâchée par le gouvernement. Elle va être reçue par le président...
Vidéos A la une
de la droite fonctionne ? Christiane Taubira, la ministre française de la Justice, reste sous pression, mais ne s’estime pas lâchée par le gouvernement. Elle va être reçue par le président...
Vidéos A la une
Barack Obama a tenu sa conférence de presse de fin d’année vendredi à la Maison-Blanche. L’occasion pour le président américain de tracer les priorités pour 2014, qui sera ‘‘une année...
Vidéos A la une
Une lettre d’Edward Snowden, adressée à Angela Merkel, est arrivée vendredi à Berlin. L’ex-consultant de la NSA y demande le soutien de l’Allemagne pour mettre fin à la persécution dont...
Vidéos A la une
L’affaire de l’espionnage américain n’en finit plus d’alimenter les débats en Europe, notamment en Espagne, où la NSA est soupçonnée d’avoir intercepté des millions de conversations...
Vidéos A la une
Un procès très attendu s’est ouvert formellement ce lundi à Londres, celui du scandale des écoutes téléphoniques de l’ex-tabloïd News of the World. Parmi les huit accusés, l’attention...
Vidéos A la une
Des centaines de manifestants se sont réunis samedi au pied du Capitole à Washington pour protester contre les programmes de surveillance de l’Agence de Sécurité Nationale. Ils étaient 2000...
Vidéos A la une
Les chefs d’Etats européens ont fait front commun à Bruxelles contre l’espionnage américain, après les multiples révélations, dont la dernière du Guardian, qui estime que la NSA a mis sur...
Vidéos A la une
Le sujet de l’espionnage américain s‘était déjà invité lors du dernier sommet européen, en juin. Cette fois-ci, il sera plus que jamais à l’ordre du jour. Les dernières révélations...
Vidéos A la une
Soudés autour de l’affaire Snowden, les chefs d’Etats équatoriens, Vénézuélien, Argentin, Uruguayen et du Suriname étaient aux cotés du président bolivien la semaine dernière dans un geste de défiance adressé à Washington. Aussi pour afficher leur réprobation vis-à-vis des pays européens ayant...
Vidéos A la une
Edward Snowden, le jeune analyste de la NSA qui a révélé le scandale PRISM se cache à Hong Kong. L’espion a confessé être l’auteur des fuites sur le programme secret de surveillance des communications aux Etats-Unis. Snowden dit avoir risqué sa vie pour protéger la liberté de chacun et la...
Vidéos A la une
Cet ex-employé de la CIA est l’homme qui a livré à la presse des pans entiers d’un système étendu de surveillance mis en place par la NSA, l’Agence nationale de sécurité. Il est introuvable depuis hier. Sa piste s’est arrêtée à Hong Kong dans la chambre d’un hôtel de luxe où il s‘était réfugié....
Vidéos A la une
Mis dans l’embarras, Barack Obama est forcé de réagir sur les questions de sécurité et de surveillance du public. Le président américain a défendu ce vendredi deux programmes de collectes secrètes de données, téléphoniques notamment, des services de renseignements américains : “Personne n‘écoute...
Publicité