Société
Une septuagénaire habitant à Châtel-Moron a été retrouvée morte vendredi à son domicile. Son corps a en partie été dévoré par ses chiens. 
Vidéos à la une
Dans l'Allier, les bougies de Charroux ont réussi à se faire une place sur le marché très sélecte du "made in France". Quatre-vingt-dix parfums enfermés dans des pots à confiture ont comme gage de qualité la promesse de moins polluer. Parce qu'elles sont entièrement fabriquées à la main, le secret reste bien gardé.
Vidéos à la une
L'éphémère secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Thomas Thévenoud, était l'invité de BFMTV mardi soir pour réagir à l'ouverture d'une enquête pour fraude fiscale à son encontre par le parquet de Paris. Le député de Saône-et-Loire avait dû quitter le gouvernement au bout de neuf jours, en septembre dernier, après des révélations sur le non-paiement de ses impôts. "J'ai souvent eu l'impression que le nom Thévenoud servait un peu de marque déposée. Derrière le nom de Thévenoud, on oubliait tout le reste. Il y a d'autres procédures de redressement fiscal en cours contre d'autres parlementaires. Il y a deux poids deux mesures parce qu'en ce moment même à Bercy, il y a des contribuables aisés qui ont planqué des millions d'euros à l'étranger qui sont régularisés en catimini (...) Je ne suis pas au-dessus des lois mais je ne suis pas en-dessous non plus. Je ne vais pas accepter qu'à chaque fois on remette une pelleté de terre sur ma tête. J'ai un honneur", a déclaré Thomas Thévenoud à Appoline de Malherbe.
Vidéos à la une
Thomas Thévenoud a indiqué mardi soir sur BFMTV qu'il avait le "pressentiment" que l'exécutif était au courant de sa situation fiscale avant sa nomination en septembre au poste de secrétaire d'Etat au Commerce extérieur. Le député de Saône-et-Loire avait été débarqué au bout de neuf jours pour non-paiement de ses impôts: "Qui peut croire que personne n'a jamais fait aucune vérification sur moi alors que je suis un élu de la nation membre de la Commission des finances qui a failli être nommé dans le premier gouvernement Valls en avril 2014 et qui est finalement nommé en septembre (...) Je pense qu'on connaissait tout de ma situation fiscale (...) Si on m'a nommé, c'est parce qu'on pensait que je pouvais faire le job", a indiqué Thomas Thévenoud à Appoline de Malherbe.
Vidéos à la une
L'éphémère secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Thomas Thévenoud, était l'invité de BFMTV mardi soir pour réagir à l'ouverture d'une enquête pour fraude fiscale à son encontre par le parquet de Paris. Le député de Saône-et-Loire avait dû quitter le gouvernement au bout de neuf jours, en septembre dernier, après des révélations sur le non-paiement de ses impôts. "Il n'y a pas de faits nouveaux depuis septembre. J'ai fait des erreurs, toute la France le sait. Ça fait huit mois que mon nom est traîné dans la boue. J'ai payé dans tous les sens du terme. Ma femme a payé, elle a été virée au bout de trois jours. Mes gamines, on a été obligé de les sortir de l'école (...) Je m'en veux tous les jours. Je n'ai de cesse de présenter mes excuses. Que faudra-t-il faire pour effacer cette erreur?", s'est interrogé Thomas Thévenoud. Le député a affirmé avoir cette année "déclaré (ses) impôts en temps et en heure (...) J'ai parlé de phobie administrative, c'était maladroit. Il y a plein de gens qui ont des problèmes. Il y a plein de gens dans le monde politique qui ne corrigent jamais leurs erreurs", a indiqué Thomas Thévenoud.
Vidéos à la une
La marque pourrait supprimer 20% de son effectif français. Le propriétaire de DIM a présenté mercredi aux représentants du personnel un plan de restructuration. 165 emplois sont menacés à Autun, en Saône-et-Loire. L'usine historique de la marque comptait 2.000 salariés au début des années 1980, contre 850 aujourd'hui. Le maire de la commune souhaite que DIM s'investisse dans le plan de revitalisation de la ville. Le taux de chômage s'élève actuellement à plus de 9% dans le bassin autunois.
Vidéos à la une
C'est un coup de théâtre dans l'affaire des disparues de l'A6. Le meurtrier présumé a avoué le meurtre d'une jeune femme de 20 ans en 1996. Il a été confondu par son ADN 18 ans après les faits. L'acharnement de la famille de la victime a payé.
Vidéos à la une
L'homme de 56 ans, mis en examen et écroué jeudi pour le meurtre de Christelle Blétry en 1996 a reconnu les faits au cours de sa garde à vue, a indiqué vendredi le procureur de Chalon-sur-Saône lors d'une conférence de presse. "Le soir des faits, il avait croisé complètement par hasard Christelle Blétry qui marchait à pied sur la route et c'est là qu'il l'a forcée à monter dans son véhicule", a rapporté le procureur.
Vidéos à la une
Vingt-deux départements du Sud-Ouest au grand Est sont placés en vigilance orange par Météo France en raison d'un risque de forts orages attendus dans l'après- midi. En Saône-et-Loire, à Digoin, des trombes d'eau sont tombées toute l'après-midi et la foudre a frappé une habitation sans faire de blessé.
Publicité