Vidéos Insolite
A Sanaa, capitale du Yémen, un homme à l'eau s'accroche pour ne pas se faire emporter par le courant puissant de la rivière. Un homme l'attrape et le tire avec l'aide d'autres habitants assistant la scène.
Vidéos à la une
Sanaa, Yémen - 24 septembre 2015 - 25 personnes ont été tuées dans un attentat contre la mosquée chiite Balili de Sanaa, capitale du Yémen. L'attaque a eu lieu jeudi à l'aube, alors que les fidèles étaient réunis pour la prière de l'Aïd al-Adha. Une première bombe a explosé à l'intérieur du lieu de culte. Puis un kamikaze s'est fait sauter à l'entrée de la mosquée, alors que les fidèles tentaient de sortir. L'Etat islamique a revendiqué l'attentat dans un communiqué diffusé sur internet. La mosquée Balili est un lieu de culte fréquentée par des partisans des rebelles chiites Houthis, qui contrôlent la capitale depuis un an. L'EI considère les chiites comme des infidèles, et a revendiqué plusieurs attentats contre des mosquées de Sanaa.
Vidéos à la une
SANAA - 2 SEPTEMBRE 2015 - Un double attentat commis contre une mosquée chiite à Sanaa, a fait au moins 28 morts et 75 blessés. L'organisation État islamique a revendiqué ces attaques. Selon des sources proches des services de sécurité, un kamikaze a activé la charge qu'il portait sur lui à l'intérieur de la mosquée au moment de la prière du soir. Alors que les gens se précipitaient sur les lieux de l'attentat pour secourir les victimes, un second individu a fait exploser son véhicule bourré d'explosifs. L'EI, qui sème la terreur dans plusieurs pays arabes, a revendiqué des attentats similaires ces derniers mois.
Vidéos à la une
Une vidéo de la Française Isabelle Prime, enlevée il y a plus de trois mois à Sanaa, la capitale du Yémen, a été mise en ligne récemment sur YouTube. Dans ce document de 21 secondes, la jeune femme s'adresse aux présidents français et yéménite pour leur demander d'agir en vue de sa libération. Depuis l'enlèvement, aucune information n'a filtré sur l'identité des ravisseurs. Un mauvais signe selon l'ancien ambassadeur de France au Yémen, Gilles Gauthier: "je crois qu'il va être assez difficile de reprendre langue avec des ravisseurs qui ne montrent pas leur visage."
Vidéos à la une
BALHAF (Yémen) - La Marine française a évacué 44 ressortissants étrangers du Yémen. Parmi eux, plusieurs Français. L'opération a eu lieu samedi, depuis le port de Balhaf Destination : Djibouti, de l'autre côté du Golfe d'Aden. D'autres nations : la Russie, le Pakistan , l'Inde ou encore l'Indonésie procèdent de même, alors que le Yémen s'enfonce dans le chaos. Origine des violences: une rébellion emmenée par des combattants chiites et soutenue par l'Iran, les Houthis. Ils ont déjà pris Sanaa la capitale et sont désormais au porte d'Aden, la grande ville portuaire au sud du pays. En réponse, l'Arabie Saoudite à la tête d'une coalition d'une dizaine de pays arabes a lancé plusieurs raids aériens. Le conflit envenimé par la présence d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique alarme les ONG tout comme l'ONU : depuis le 26 mars, près de 500 civils auraient perdu la vie.
Vidéos à la une
Au moins treize morts, dont des enfants et des femmes. C'est le bilan des premiers bombardements lancés par l'Arabie Saoudite sur la capitale yéménite. Les raids aériens ont touché dans la nuit de mercredi à jeudi plusieurs quartiers de Sanaa. L'opération militaire rassemble plus de 10 pays. Elle a pour objectif de défendre le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, confronté à une rébellion de la milice chiite des Houthis, qui progresse vers le sud du pays. Le déclenchement de cette opération coïncide avec la prise de l'aéroport d'Aden par les insurgés mercredi. C'est dans cette grande ville qu'est réfugié le président depuis la prise de la capitale en février. Selon la garde présidentielle, le chef de l'État a été contraint de fuir sa résidence et on ignore où il se trouve actuellement. L'Arabie saoudite ainsi que l'Égypte, le Qatar, le Koweït, Bahreïn et les Émirats arabes unis ont indiqué dans un communiqué avoir répondu à l'appel du président Hadi. Les États-Unis apportent de leur côté un soutien en logistique et en renseignement à l'opération.
Vidéos à la une
Isabelle Prime vivait à Sanaa avant son enlèvement où elle était consultante spécialisée en développement durable et en communication. Elle travaillait pour une société de conseil américaine sous-traitante d'un programme en partie financé par la Banque mondiale. Ses collègues sont sous le choc, mardi 24 février, elle a été kidnappée avec son interprète yéménite par des hommes déguisés en policiers.
Vidéos à la une
Des milliers de Yéménites sont descendus dans les rues de Sanaa, la capitale yéménite, vendredi après-midi, pour protester contre ce qu'ils...
Publicité