Vidéos à la une
La colonne de fumée mesure plus d'un km d'altitude. L'impressionnant dégagement de cendres du volcan Turrialba a forcé les habitants de cette région du Costa Rica à fuir leurs maisons. Dans un rayon de deux km autour du volcan, les villages ont été évacués vendredi, en raison des projections de cendre et de fumée. La poussière a même atteint la capitale du Costa Rica, située à 80 km du lieu de l'éruption. L'aéroport de San José a été du être fermé jeudi et les vols ont été suspendus par manque de visibilité. En octobre dernier, les éruptions de cendres et de magma du Turrialba étaient les premiers signes d'activité de ce volcan de 3340 m d'altitude, depuis les années 1990. Il s'était alors manifesté après 130 ans de sommeil.
Vidéos à la une
SAN JOSE (Californie) - 4 déc 2014 - C'était un bidonville au sein de la très riche Silicon Valley. Jeudi, les autorités californiennes ont mis leur menace à exécution : elles ont commencé le nettoyage de ce campement illégal qui abritait près de 300 personnes, l'un des plus vastes aux États-Unis. Pour les sans-abri concernés, une tragédie : " Vous savez, on ne méritait pas ça. Où pourrions-nous aller ? Le coût du logement est tellement élevé ici " proteste Kathleen Claymore, une des expulsées du camp. A quelques encablures de là, les géants de la nouvelle économie : Google, Amazon, ou encore Facebook. Leur expansion a poussé les loyers vers les sommets, posant même des problèmes d'accès au logement pour les classes moyennes. Pour les plus pauvres, le campement à la sortie de la ville de San Jose représentait un pis-aller en attendant mieux. Problème : au fil des mois, il s'est mué en îlot de violence et d'insalubrité. Les services sociaux s'efforcent de débloquer des places dans des centres d'accueil : une solution que refuse nombre de sans-abri. Pour eux, la quête d'un toit continue.
Publicité