Vidéos A la une
Pierre Carli, le responsable du Samu à Paris, a donné en fin d'après-midi des précisions sur la dizaine de personnes qui a été hospitalisée après avoir été foudroyée samedi à Paris dans le parc Monceau. "Il y a eu 11 victimes dont huit enfants. Quatre enfants ont été placés en urgence absolue et quatre autres en urgence relative. Les nouvelles des enfants hospitalisés sont plutôt bonnes pour l'instant. Trois des enfants en urgence absolue sont maintenant dans une surveillance et un bilan est en cours. Pour l'un des enfants touchés le "pronostic est probablement plus sérieux" et il est hospitalisé en réanimation. Les quatre autres enfants, victimes légères, sont en surveillance encore pour 12 heures. Trois adultes sont aussi hospitalisés. "Les nouvelles pour ces trois victimes sont plutôt satisfaisantes", a-t-il ajouté.
Vidéos A la une
Être joignable à tout moment par le SAMU, une contrainte largement supportable pour ces citoyens qui ont fait le choix de devenir sauveteurs volontaires. Ils ne remplacent pas les secours mais accélèrent la prise en charge des patients à proximité de leur quartier. Formés aux premiers secours, ils interviennent dans un rayon proche de chez eux afin de pouvoir intervenir en moins de cinq minutes.
Vidéos A la une
Une petite révolution: les pompiers réunis en congrès à Agen demandent l'abandon des différents numéros d'appel dédiés aux urgences au profit du seul 112, afin d'améliorer l'efficacité des secours sur le terrain et d'économiser 100 millions d'euros par an.
Vidéos A la une
Le standard du centre 15 à Lyon a enregistré avec la canicule une hausse de 30% de ses appels.
Vidéos Vu à la télé
Lundi 29 juin, dans Tout le monde veut prendre sa place sur France 2, Nagui demande a un candidat, employé du Samu, quel est l'appel le plus "dingue, inoffensif et ridicule" qu'il a reçu. Le candidat lui répond : "une diarrhée" et ajoute "on la guérit vite, une fois que c'...
Vidéos A la une
Pierre Carli, responsable du Samu de Paris, est l'un des premiers à être arrivé sur les lieux de l'attentat de Charlie Hebdo. C'est lui qui a coordonné les secours et la prise en charge des blessés. Il témoigne pour la première fois.
Vidéos A la une
En prévision de la chute des températures, la préfecture du Nord a déclenché le niveau 1 du plan grand froid. Parallèlement, les associations de bénévoles se mobilisent.
Vidéos A la une
La première vague de froid semble passée, mais la nuit dernière fut encore glaciale. Si les grandes villes réagissent pour offrir des places d'hébergement supplémentaires, le SAMU social continue lui les maraudes pour apporter de la chaleur aux gens et éviter l'isolement des sans-abris.
Vidéos A la une
La grève des médecins libéraux a commencé mardi et mercredi les spécialistes ont rejoint les généralistes dans le mouvement. D'après les syndicats, la mobilisation est très importante mais elle n'a pas que peu d'incidence pour l'instant sur l'accès aux soins.
Vidéos A la une
Ils sont tellement nombreux qu'un appel sur dix ne peut pas être traité par le Samu à Toulouse. Des militants ont décidé de réquisitionner des immeubles pour pouvoir y loger les personnes en difficulté.
Vidéos A la une
A Marseille, 300 cartes de secours doivent être délivrées à des SDF. Sur ce badge doivent être inscrits le nom, le prénom et le numéro de sécurité sociale de la personne qui le porte, ainsi que ses maladies chroniques. Mais pour les associations, le concept pousse à la stigmatisation des SDF.
Vidéos A la une
Entretien avec Eric Delhaye, président du Samu Social du Nord.
Vidéos A la une
La mère du petit Zacharie est abattue par la douleur et l'incompréhension. Elle estime que son fils n'a pas été pris en charge assez vite. Dans la nuit de mercredi à jeudi, Monique a dû emmener son fils à pied à l'hôpital car ni les pompiers, ni le Samu, ni les taxis n'ont souhaité se déplacer dans son quartier d'Epinay-sur-Seine en Seine Saint-Denis, jugé trop sensible.
Vidéos A la une
Une information judiciaire a été ouverte après la mort d'un enfant de 10 ans dimanche matin aux urgences d'un hôpital de Seine-St-Denis. Sa mère avait essayé toute la nuit de faire venir de l'aide, les pompiers puis le Samu, en vain. Elle a fini par réussir à l'emmener elle-même, mais c'était déjà trop tard.
Publicité