Vidéos A la une
Un TGV a pris feu ce vendredi après-midi, pour une raison encore inconnue, sur la ligne Paris-Marseille. "Le train s'est arrêté une première fois. Il est reparti et s'est arrêté à nouveau 15 minutes après. On commençait à sentir dans le wagon de la fumée", témoigne Sévérine, une passagère du train. "On a vu les pompiers arriver. Les gens sont sortis parce qu'ils faisaient trop chaud. Cela a été de pire en pire. Ce n'était plus un peu de fumée mais bien des flammes", ajoute-t-elle. "Tout le monde est sur le bord des rails, un peu éparpillé partout", informe la passagère.
Vidéos A la une
Interview de Bernard Cazneuve, Ministre de l'intérieur sur l'attentat qui a eu lieu dans une usine de gaz industrielle à Saint-Quentin-Fallavier.
Vidéos A la une
Yassin Salhi, l'auteur présumé de la décapitation vendredi d'un chef d'entreprise et de l'attaque d'une usine de gaz industriels a été mis en examen mardi soir pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste, et placé en détention provisoire. Invité de BFMTV, son avocat durant sa garde à vue, Michel Kohn, a indiqué que Yassin Salhi affirme avoir opéré seul: "Il agit sans aucune instruction de qui que ce soit. Il ne fait pas partie d'une organisation terroriste. Dans le dossier, il nous faut des preuves. On pourra voir ou non (s'il a consulté) des sites islamiques. Lui il dit que non, vous ne trouverez rien", a déclaré Michel Kohn.
Vidéos A la une
"Plus jamais ça. A Hervé": c'est derrière ce texte inscrit sur une banderole que plusieurs centaines de personnes ont participé mardi en fin d'après-midi à une marche blanche à Fontaines-sur-Saône en hommage à Hervé Cornara, tué vendredi dans un attentat à Saint-Quentin-Fallavier, en Isère. "Hervé, c'était quelqu'un d'exceptionnel, de gentil, de travailleur. C'est dramatique. On ne peut pas pardonner", indique une participante à BFMTV. Rose blanche à la main, badge "je suis Hervé" accroché au buste, les manifestants, silencieux et le visage grave, ont traversé le quartier où résidait le chef d'entreprise, Hervé Cornara.
Vidéos A la une
Le principal suspect de l'attentat en Isère a reconnu avoir décapité son patron. Il a aussi envoyé un selfie macabre à un Français basé en...
Société
Au lendemain de l'attentat commis à Saint-Quentin-Fallavier dans l'Isère, le suspect a vue sa garde à vie prolongée pour vingt-quatre heures supplémentaires. Le point sur ce que l'on sait, pour l'heure, du suspect et de l'enquête.
Vidéos A la une
Les premières informations concernant le suspect principal de l'attentat en Isère ont été données par le ministre de l'Intérieur. Bernard Cazeneuve a dressé le portrait d'un homme, originaire de la banlieue lyonnaise, fiché en 2006 et sans casier judiciaire. Stupéfaits, ses voisins décrivent un homme normal, peu affable.
Vidéos A la une
BRUXELLES - 26 juin 2015 - Le président François Hollande est intervenu à Bruxelles vendredi peu après l'attaque contre un site de gaz liquide dans l'Isère. Le chef de l'Etat assistait à un Conseil européen. Il a décidé de rentrer à Paris pour un conseil restreint dans l'après-midi. "Je suis sorti du Conseil européen dès que l'on apprenait l'attentat qui a eu lieu ce matin juste avant 10h00 à Saint-Quentin-Fallavier dans l'Isère", a-t-il dit. "Cet attentat, c'est un véhicule conduit par une personne, peut-être accompagnée d'une autre, et qui, à vive allure, se projette sur cet établissement classé Seveso et contenant des bouteilles de gaz. L'intention ne fait pas de doute, c'est de provoquer une explosion. L'attaque est de nature terroriste dès lors qu'il a été retrouvé un cadavre décapité avec des inscriptions."
Vidéos A la une
BRUXELLES - 26 juin 2015 - Le président François Hollande est intervenu à Bruxelles vendredi peu après l'attaque contre un site de gaz liquide dans l'Isère. Le chef de l'Etat assistait à un Conseil européen. Il a décidé de rentrer à Paris pour un conseil restreint dans l'après-midi. "Je suis sorti du Conseil européen dès que l'on apprenait l'attentat qui a eu lieu ce matin juste avant 10h00 à Saint-Quentin-Fallavier dans l'Isère", a-t-il dit. "Cet attentat, c'est un véhicule conduit par une personne, peut-être accompagnée d'une autre, et qui, à vive allure, se projette sur cet établissement classé Seveso et contenant des bouteilles de gaz. L'intention ne fait pas de doute, c'est de provoquer une explosion. L'attaque est de nature terroriste dès lors qu'il a été retrouvé un cadavre décapité avec des inscriptions.
Société
Le centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) n’est plus tenu de servir des repas hallal à ses détenus musulmans. Une décision de la cour administrative de Lyon a annulé ce mardi le premier jugement qui l’imposait.
Société
Par un arrêt pris le jeudi 20 mars, la Cour administrative de Lyon a refusé de suspendre l’exécution d’un jugement contraignant ainsi la prison de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) à servir des repas halal. 
Société
Le tribunal administratif de Grenoble a récemment contraint la prison de Saint-Quentin-Fallavier à servir des plats halal aux détenus musulmans qui le souhaitent. La justice a fait valoir la liberté de religion.
Publicité