Vidéos à la une
Euronews est allé á Kigali, capitale du Rwanda. Première étape de la deuxième édition de l'African Business Connect. Un forum d'affaires organisé par BMCE Bank of Africa et Maroc Export (établissment national de promotion des exportations). C'est la première fois qu'une mission d'affaires de cette envergure est organisée dans ce pays encore associé au génocide de 1994. 120 personnes et 80 entreprises sont venues prospecter l'économie du pays des mille collines. Un pays qui compte parmi les plus dynamiques du continent africain. #africanbusinessconnect édition 2017 #madagascar:Une délégation marocaine avec 80 entreprises marocaines & plus de 340 entreprises malgaches pic.twitter.com/WfxfprMShx- BMCE Bank (@BMCE_Bank) 7 avril 2017 Pour le président de la Fédération rwandaise du secteur privé, s'il existe bien le 'Made in Morocco', le 'Made in Rwanda' est aussi une réalité économique : 'C'est un programme qui nous tient beaucoup à coeur et c'est un programme sur lequel on a beaucoup d'attente. C'est un programme transformative et le secteur privé rwandais est en train de chercher les moyens pour développer ce programme et le rendre une réalité', explique Benjamin Gasamagera. Direction Dar es Salam, en Tanzanie, à quelque 1.400 kilomètres de Kigali, pour la 2ème étape de la mission d'affaires. 220 entreprises locales ont répondu à l'invitation de la délégation marocaine. 1.120 rencontres entre entrepreneurs ont été menées. Le double de celles organisées au Rwanda. Poursuite des rencontres #BtoB de #africanbusinessconnect à #antananarivo #madagascar #marocexport #bmcebankofafrica #bankofafrica pic.twitter.com/w8SJSG30bm- BMCE Bank (@BMCE_Bank) 7 avril 2017 'Trouver des investisseurs et du business des deux côtés va permettre de faciliter les échanges, les points de vue, d'échanger sur nos expériences, de connaître les opportunités qui existent entre les deux pays. Et dans ce respect, nous allons construire une coopération dans les domaines du commerce et des investissements', explique Khalid Salum Mohamed, Ministre des Finances de Zanzibar. La délégation marocaine s'est ensuite rendue à Antananarivo à Madagascar, 3ème et dernière étape de l'African Business Connect. La 3ème destination d' #africanbusinessconnect édition 2017 était #Madagascar (7 Avril 2017) #marocexport #bmcebankofafrica #bankofafrica pic.twitter.com/hZxaop4wUC- BMCE Bank (@BMCE_Bank) 8 avril 2017 Sur l'île, 350 entreprises malgaches ont répondu présentes dans des divers secteurs d'activités aussi variés que l'énergie, le transport, les infrastructures, l'agriculture et l'eau. 'La rencontre d'aujourd hui c'est le symbole de la réussite de la coopération sud-sud. Le Maroc sur le plan économique a déjà effectué vraiment un progrès très important et nous Madagascar nous voulons emboîter le pas au Maroc pour qu' on puisse booster l'économie de Madagascar', explique Olivier Mahafaly Solonandrasana, Premier ministre de Madagascar. L'objectif était aussi mettre en exergue le potentiel de coopération entre le Maroc et ces pays dans divers domaines : industrie métallique, services financiers, construction, immobilier, santé, énergies. Plusieurs rencontres ont été tenues en ce sens pour valoriser le potentiel d'export et d'internationalisation des sociétés marocaines. Le bilan de ces rencontres est plus que positif. 'Nous voulons explorer des possibilités de partenariat avec des operateurs malgaches pour pouvoir les accompagner dans l'ere digitale dans laquelle nous sommes pionniers', explique Hicham Bendahir. 'L'intérêt de cette mission et justement d'explorer de nouveau marchés sur lesquelles nous sommes présents indirectement via des distributeurs européens. C'est des marchés qu' on ne connait pas, c'est des marchés sur lesquels nous avions beaucoup d appréhension beaucoup plus par rapport à la concurrence asiatique', ajoute Hafid Khedidj. Les entrepreneurs marocains ont exprimé leur intention d'investir dans les secteurs porteurs tels que le BTP, la construction, les nouvelles technologies, les énergies et le milieu pharmaceutique. Pour Maroc Export et BMCE Bank of Africa, co-organisateurs de ce road-trip du business, les résultats obtenus dépassent largement les attentes. Une nouvelle mission d'affaires dans cette région est déjà à l'étude. 'Nous nous sommes tous engagés à s'entraider, à échanger de l'information, de l' expertise, de développer certaines filières, certains secteurs ensemble pour les pays et pour même la région,' se félicite Zahra Maafiri, directrice générale de Maroc Export. 80% des opérateurs marocains seraient intéressés pour investir d'abord au Rwanda. En Tanzanie, ils sont moins de 20% prêts à franchir le pas. Madagascar, elle, séduit plus de 60% d'investisseurs marocains potentiels. L'African Business Connect continuera de mettre l'expertise et les réseaux du Groupe BMCE Bank of Africa au service du développement international des entreprises marocaines, en organisant de nouvelles missions dans d'autres régions d'Afrique. C'est sur cette note très positive, que la délégation marocaine a regagné Casablanca, à près de 14 heures de vol de la capitale malgache. Poursuite des rencontres #BtoB de #africanbusinessconnect à #antananarivo #madagascar #bmcebankofafrica #marocexport #bankofafrica pic.twitter.com/7MYmi34ATd- BMCE Bank (@BMCE_Bank) 7 avril 2017 Signature de #MoU entre #marocexport et #ITBM #africanbusinessconnect #madagascar #antananarivo pic.twitter.com/rauVSvv2fj- BMCE Bank (@BMCE_Bank) 7 avril 2017
Vidéos à la une
Le génocide au Rwanda refait surface devant la Cour d'assises de Paris. Deux anciens bourgmestres sont jugés pour le massacre de centaines voire de milliers de tutsis dans la localité de Kabarondo, en avril 1994, aux premières heures du génocide. Les prévenus, qui sont décrits comme des donneurs d'ordre, nient les faits. Ils avaient été arrêtés sur le territoire français, plusieurs années après les évènements. 'C'est la deuxième fois en France que la compétence universelle est appliquée, souligne l'avocat Richard Gisara, qui représente les parties civiles. C'est une procédure qui touche une partie de l'Histoire. On parle de génocide, de crime contre l'humanité, donc, c'est un procès très très important.' La plupart des victimes de ce massacre étaient des réfugiés, qui avaient été regroupés dans une église. Ils ont été tués à coups de gourdins, de machettes ou de grenades, selon des survivants. Génocide au #Rwanda en 1994 : un nouveau procès s'ouvre à Paris https://t.co/qSIC1vJuz8 pic.twitter.com/OSeJQkobhO- France Inter (@franceinter) 10 mai 2016 Il y a deux ans, le génocide des tutsis au Rwanda avait fait l'objet d'un premier procès en France, celui d'un ancien capitaine de l'armée rwandaise, qui avait été condamné à 25 ans de réclusion. Entre avril et juillet 1994, ce sont plus de 800.000 tutsis qui ont été massacrés au Rwanda. Nouveau procès du génocide rwandais à Paris. Un article de franceinter : https://t.co/hK9ndkVasT #Rwanda pic.twitter.com/uVfwIBgPrr- Idé (agenceIDE) 10 mai 2016
Vidéos Sciences
L'entreprise de messagerie UPS s'est associée à la start-up spécialisée en robotique Zipline, pour distribuer des poches de sang par drone. Les vols commenceront dès cet été et le Rwanda sera l'un des premiers pays à en bénéficier. Dans ce pays d'Afrique, les femmes sont nombreuses à être victimes d'hémorragies après un accouchement. Crédit : Reuters.
Vidéos à la une
C'est la fin d'un faux suspense. Le président rwandais Paul Kagame va bien briguer un troisième mandat en 2017. L'annonce a été faite lors de ses voeux à la nation, deux semaines après le référendum qui a ouvert la voie à cette nouvelle candidature. Les Rwandais avaient alors approuvé à plus de 98 % la révision de la Constitution, qui permet théoriquement à Kagame de diriger le pays jusqu'en... 2034. Cette dérive autocratique a été vivement critiquée par la communauté internationale, notamment les Etats-Unis. Mais l'homme fort du Rwanda depuis plus de 20 ans verrouille la scène politique, dans un pays en plein développement économique.
Vidéos à la une
Six millions et demi d'électeurs ont du approuver la révision de la constitution proposée cet été, une réforme qui doit permettre au chef de l'Etat, au pouvoir depuis 1994, de continuer à diriger le pays après la fin de son mandat en 2017.
Vidéos à la une
Au Rwanda, s'est tenu aujourd'hui un référendum sur le maintien du président au pouvoir jusqu'en 2034. Il a été présenté comme une initiative populaire. Mais l'opposition dénonce une stratégie de Paul Kagamé, qui dirige le pays depuis 1994. "Je n'ai rien demandé, c'est le choix du peuple" s'est-il défendu.
Vidéos à la une
Les autorités de la République démocratique du Congo ont arrêté l'un des neuf accusés toujours recherchés par le Tribunal pénal international pour le Rwanda ...
Vidéos à la une
Après avoir disparu du pays pendant 15 ans, le lion foule à nouveau la terre rwandaise. Sept lionnes et deux lions venus d'Afrique du Sud ont été réintroduits dans le parc national de l'Akagera. L'espèce avait été décimée au sortir de la guerre, à la suite du retour des réfugiés rwandais qui avaient exterminé le félin pour protéger leur bétail (Crédit: AFP Vidéo)
Vidéos à la une
Le général Kenzi Karake, patron des services de renseignement rwandais depuis plus de vingt ans, a été arrêté dans un aéroport londonien. Ce dernier est accusé par la justice espagnole d'assassinat de trois humanitaires envoyés dans le Nord-Ouest du Rwanda.
Vidéos Sciences
Ce test est simple. Une simple goutte de sang déposée sur une lame que l'on insère dans un dispositif portable, appelé dongle, une sorte de clef que l'on peut connecter à un smartphone. Une application s'occupe d'analyser l'échantillon. Une équipe de recherche de l'université de Columbia a développé un accessoire à bas coût qui peut tester du sang et détecteur des marqueurs concernant le VIH et la syphilis en seulement 15 minutes. Le chef de recherche Sam Sia estime que ce dispositif serait très utile dans certaines régions africaines. Sam Sia, professeur d'ingénierie biomédicale à l'université de Columbia : C'est une question de vie ou de mort, parce que beaucoup de ces patients ne peuvent pas voyager sur de longues distances pour se rendre dans des cliniques pour faire tester leur sang, et donc beaucoup de personnes ne sont pas traitées. Et dans ce cas spécifique, les femmes enceintes, si elles ne sont pas traitées pour le VIH ou la syphilis, vont alors transmettre ces maladies à leurs enfants, et beaucoup de bébés meurent-nés Des recherches menées au Rwanda sur une centaine de patients, dont des femmes à risques qui transmettent leurs maladies à leurs foetus, montrent que les résultats sont aussi précis que les tests en laboratoire. Sam Sia estime le plan à long terme pour ce dongle est d'une grande portée. Les tests pourraient être étendus à d'autres MST comme l'herpès, les hépatites et des maladies infectieuses comme le paludisme ou des maladies chroniques comme le cancer ou le diabète. Sam Sia, professeur d'ingénierie biomédicale à l'université de Columbia : Aussi longtemps que ces maladies pourront être diagnostiquées en utilisant les tests dits ELISA, alors on pourra répliquer ces 'classes de tests sanguins'. Mais cela ne couvre pas toutes les conditions. Je pense qu'une telle technologie à le potentiel de révolutionner le système de santé. Il a fallu une dizaine d'années de recherche pour développer cet appareil qui a au final ne coûte que 34$ à produire, soit une fraction du prix d'un équipement traditionnel. Les chercheurs de Columbia ont prévu des essais cliniques à large échelle et espère rapidement obtenir l'approbation de l'Organisation mondiale de la Santé pour l'utilisation du dongle dans les pays en voie de développement.
Vidéos à la une
Vingt ans après le génocide, le Rwanda reste souvent associé à une actualité politique tourmentée. Pourtant, ce petit pays d'Afrique de l'Est regorge de trésors cachés qui attirent plus d'un million de touristes par an. Des paysages majestueux, une grande diversité d'animaux sauvages. Surtout, le Rwanda abrite l'une des dernières populations de gorilles du monde.
Vidéos à la une
Pour le deuxième jour d'affilée, la frontière entre la République démocratique du Congo et le Rwanda a été le théâtre de tirs à l'arme lourde. Aucune victime n'a été signalée ce jeudi. Les combats de mercredi en revanche, ont fait cinq morts. Tous des soldats congolais selon le Rwanda, alors que Kinshasa affirme n'avoir perdu qu'un homme. Le maire d'un village rwandais proche des zones de combat accuse les soldats congolais de régulièrement venir voler les animaux des civils. 'Cette fois, dit-il, ils s'en sont pris à l'armée'. Comme mercredi, les deux pays voisins se renvoient la responsabilité de ces combats. Ce n'est pas la première fois que des tensions se concentrent autour de cette zone frontalière montagneuse, mais il s'agit des premiers incidents de cette ampleur depuis la fin du mois d'octobre 2013.
Vidéos à la une
Le calme semble être revenu ce mercredi soir à la frontière entre la République démocratique du Congo et le Rwanda. Quelques heures plus tôt, des affrontements ont opposé les forces de défense rwandaise (RDF) et les forces armées de RDC (FARDC). Cela s'est passé dans la localité de Kabagana II, à une trentaine de kilomètres au Nord de Goma (Nord-Kivu). Qui a commencé ? Chacun accuse l'autre. Selon Kinshasa, des éléments de l'armée rwandaise ont tenté de prendre position sur une colline en territoire congolais. Ils auraient même kidnappé un officier. Selon Kigali, en revanche, ce sont les soldats congolais qui ont fait une incursion sur le sol rwandais. En tout cas, cela a donné lieu à des échanges de tirs, à plusieurs heures d'intervalle. Au moins 5 soldats congolais auraient été tués. Il s'agit des premiers incidents de cette ampleur depuis la fin du mois d'octobre 2013. Le chef de la mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco), le général Dos Santos Cruz a expliqué que, par endroit, 'la frontière n'est pas clairement définie'. D'où les tensions récurrentes entre les deux pays. Il a dit espérer que les accrochages de ce mercredi ne vont pas engendrer des violences supplémentaires.
Vidéos à la une
La communauté rwandaise de Lille s'est rassemblée pour rendre hommage aux victimes et rescapés du génocide Tutsi.
Vidéos à la une
À l’occasion des commémorations du génocide rwandais, nous recevons Johan Swinnen, ambassadeur de la Belgique au Rwanda entre 1990 et 1994. Il revient sur le rôle de la communauté...
Vidéos à la une
Dans le New York Times, les bourreaux et des victimes du génocide rwandais posent côte à côte pour un photographe sud-africain. Mais le chemin de l'apaisement est encore long et des zones d'ombre...
Vidéos à la une
Richard Attias, fondateur du New York Forum, répond aux questions de Ruth Elkrief sur la commémoration du génocide rwandais, où le Rwanda accuse de nouveau la France d'avoir participé au...
Vidéos à la une
Le Rwanda commémore le terrible génocide d’avril 1994, dans un climat de tensions avec Paris. Le secrétaire général des Nations unies était présent aux cérémonies de commémoration qui ont...
Vidéos à la une
A l’international, les commémorations du 20e anniversaire du génocide rwandais crée un regain de tensions diplomatiques avec la France. Les autorités du pays ont retiré l’accréditation à...
Vidéos à la une
Il y a 20 le Rwanda sombrait dans l’horreur. 800 000 personnes, des Tutsi mais aussi de Hutus modérés, sont sauvagement assassinées. En cause, le régime du président de l‘époque, Juvenal...
Vidéos à la une
Il y a 20 ans, le Rwanda s’apprêtait à basculer dans l’horreur en éliminant massivement la minorité tutsi et les hutus modérés. 800 000 personnes sont mortes en trois mois. Un génocide,...
Vidéos à la une
La France a décidé ce samedi d’annuler sa participation aux cérémonies marquant le vingtième anniversaire du génocide rwandais. Motif : les propos du président du Rwanda, Paul Kagame, qui...
Vidéos à la une
Un tutsi et un hutu, côte à côte devant un mémorial du génocide. 20 ans après, le Rwanda cherche la voie de la réconciliation. Silas Mucyo avait 11 ans quand des hommes armés de machettes et...
Vidéos à la une
Mercredi s'est ouvert à Bruxelles le 4e sommet UE-Afrique. Mais la liste des invités n’a pas fait l’unanimité. Dans la ligne de mire des...
Vidéos à la une
Le premier procès d’un génocidaire présumé s’est tenu cette semaine à Paris, 20 ans après le génocide au Rwanda. S’il a pu voir le jour, c’est grâce au combat d’un couple.
Vidéos à la une
C’est un procès historique qui s’est ouvert ce mardi à Paris, celui de Pascal Simbikangwa, poursuivi pour complicité de génocide au Rwanda, il y a 20 ans. Arrêté à Mayotte en 2008, ce...
Vidéos à la une
Ouverture en France du premier procès d’un homme accusé de complicité dans le génocide rwandais. Pascal Simbikangwa, un ex-responsable des services secrets, est jugé devant les assises de...
Vidéos à la une
Le Rwanda se dit prêt à mener des opérations en République Démocratique du Congo s’il continue a recevoir des engins explosifs sur son territoire. Les combats ont en effet repris entre...
Vidéos à la une
L’armée congolaise a renforcé depuis quelques jours ses troupes sur les collines près de Goma dans l’Est de la RDC tout près du Rwanda. Une zone précédemment sous contrôle des rebelles. Le...
Publicité