Vidéos Sciences
L'aventure de Rosetta , entamée il y a douze ans, touche à sa fin. D'ici quelques semaines, la sonde européenne viendra se poser lentement sur la comète Tchouri où elle retrouvera le petit robot Philae endormi depuis des mois. Avant son sommeil Philae a eu le temps d'envoyer de précieuses informations notamment sur des ingrédients considérés comme cruciaux pour l'arrivée de la vie sur Terre. Martin Rubin, directeur adjoint de Rosina, soit le spectromètre de masse embarqué à bord de Rosetta : 'Nous avons découvert différentes molécules, notamment des molécules organiques, dont nous ne pensions pas qu'elles se trouvaient aussi sur des comètes. Les acides aminés en sont un exemple, il y avait aussi différents hydrocarbures. Autre exemple l'oxygène moléculaire, tel celui que nous respirons sur terre. Nous en avons trouvé beaucoup sur la comète alors qu'il n'y a pas de vie sur la comète.' Les chercheurs pensent depuis longtemps que l'eau et les molécules organiques auraient pu être apportés sur Terre par les astéroïdes et les comètes. Martin Rubin : 'Nous avons étudié l'eau sur la comète et il s'avère que ce type de comète ne peut pas avoir apporté toute l'eau que nous avons sur Terre, mais seulement une petite contribution. Il y a cependant d'autres comètes, où l'eau semble plus compatible avec la notre.' Findout about ESA_Rosetta's excitingdiscoveriesduringher2nd yearof #livingwithacomet - a new cartoon episode! https://t.co/SgEDMndQTC- ESA (esa) July 3, 2016 En prélevant des gaz et de la poussière de la comète on a pu constater que l'eau n'est pas la même que celle qu'on trouve sur Terre Martin Rubin : 'Autrefois on supposait, que les comètes auraient pu apporter l'eau sur terre. Mais avec l'eau viennent aussi d'autres matières, la matière organique, des molécules organiques, qui auraient pu arriver sur terre ou une autre planète. Et c'est ce qui rend les comètes très intéressantes.' Le dernier acte de Rosetta sera un baiser de la mort qui se déroulera le 30 septembre prochain. A cette date, la comète se trouvera à 573 millions de kilomètres du Soleil et à 719 millions de kilomètres de la Terre. Martin Rubin : 'En septembre, nous allons lentement atterrir sur la comète. Nous allons à nouveau être si loin du soleil que la sonde n'aura plus assez d'énergie. Pour cette raison nous voulons trouver une fin grandiose et atterrir sur la comète. Lors de l'atterrissage nous allons aussi continuer à faire des mesures avec notre sonde et, on l'espère, trouver beaucoup de nouvelles molécules et composantes.' In grand finale, ESA'sRosetta spacecraftto land on cometSept. 30, thenturnitselfoff. https://t.co/p6J7Pit31x pic.twitter.com/5kx8ijGBT7- SpaceflightNow(@SpaceflightNow) July 3, 2016 Pour ses derniers moments de vie, Rosetta ne chômera pas. Elle prendra en temps réel des clichés à très haute résolution et fera des mesures scientifiques inédites. Martin Rubin : 'D'un point de vue scientifique, c'est bien sûr très intéressant pour nous. Car nous nous rapprochons beaucoup de la comète. Nous espérons y trouver des éléments que nous n'avons pas encore découverts jusqu'ici. Plus on s'approche de la source, plus on obtient ces molécules rares. Et nous espérons en trouver encore.' Le 30 septembre, la sonde, qui se trouvera à une vingtaine de kilomètres de la surface, effectuera une lente descente d'environ 12 heures, à la vitesse de 50 centimètres par seconde, jusqu'à un 'impact contrôlé'. Martin Rubin : 'Par ailleurs la mission est bien sûr finie. Nous n'obtiendrons plus de données. Même si nous en avons déjà récoltées beaucoup, c'est aussi un moment, qu'on regardera aussi avec un peu nostalgie.' Reste un énorme volume d'informations qui ont été collectées. Il faudra encore des années d'études pour qu'elles livrent leur secret.
Vidéos Sciences
Depuis deux ans, la sonde Rosetta tourne autour de Tchouri et analyse son noyau. Elle vient de détecter des traces d'acides aminés, notamment de glycine dans les jets de gaz émis par la comète. Une découverte qui pousse à penser que la vie sur Terre serait arrivée de l'espace. Ainsi, c'est en percutant notre planète qu'une comète aurait apporté les éléments nécessaires à l'apparition de la vie humaine il y a des milliards d'années.
Vidéos A la une
Au revoir Philae. Les équipes responsables du petit robot européen se sont résolues à ne plus lui envoyer de commandes. Endormi depuis des mois faute d'énergie, le laboratoire à trois pattes aura réalisé une première historique en novembre dernier, en atterrissant sur la comète Tchouri après un voyage de dix ans à bord de la sonde Rosetta. Avec AFP
Vidéos Sciences
Il y a un an, le robot Philae se posait sur la comète Tchoury après un voyage de 10 ans sur le dos de la sonde Rosetta. Depuis, Philae a fait un excellent travail, le CNES estime que la mission est remplie à 80%. Le robot a par exemple permis de voir au millimètre près les grains à la surface de la comète, plusieurs molécules organiques considérées comme des briques de la vie par les spécialistes ont aussi été identifiées. Mais le robot n'a plus donné signe de vie depuis le 9 juillet dernier. La sonde Européenne Rosetta, tente de se rapprocher de Philae pour établir de nouvelles communications avant février car après, le robot s'éteindra définitivement faute d'énergie.
Vidéos A la une
Philae, héros interplanétaire... Au bout de dix ans de voyage comme passager de la sonde européenne Rosetta, il réalisait il y a un an jour pour jour une première historique en se posant sur le noyau de la comète Tchouri, après une descente de sept heures en chute libre, à plus de 510 millions de km de la Terre. Un exploit qui a tenu en haleine le monde entier. Même si l'atterrissage ne s'est pas passé comme prévu et que le petit robot-laboratoire a rebondi trois fois pour finalement se retrouver coincé sur trois pieds et de travers... Notre journaliste Claudio Rosmino a vécu l'événement du centre de contrôle de Darmstadt, il se souvient : 'Cela a été une explosion de joie, comme à la fin d'un match, d'une finale de Coupe du monde. Tout le monde s'est embrassé, hurlait, il y avait beaucoup d'émotion. Cela a été un moment émouvant aussi d'un point de vue professionnel, pour tous les scientifiques qui étaient là, c'était l'aboutissement d'un objectif de 20 ans de carrière pour certains'. Philae n'a pu travailler que deux jours et demi, il a foré dans le vide, mais le flot de données qu'il a collecté est énorme. Il a pu les transmettre en trois fois à Rosetta qui, elle aussi a fait des découvertes. Kathrin Altwegg, la responsable de l'instrument Rosina embarqué sur la sonde nous explique : 'La plus grande surprise jusqu'ici, c'est la découverte d'oxygène moléculaire, ce n'était pas attendu du tout et cela peut nous en dire beaucoup sur la provenance de ces molécules et où elles ont été formées.' Rosetta a reniflé cet oxygène moléculaire et Philae a également capté des molécules organiques complexes : deux découvertes majeures... Et les scientifiques espèrent maintenant que Rosetta, qui se trouve à 200 km de la comète, va pouvoir reprendre contact avec Philae. L'ESA estime qu'il suffirait de contacts d'une dizaine de minutes par jour pour que les scientifiques réalisent leurs expériences, comme une nouvelle tentative de forage. 'Qu'est ce qui va se passer maintenant ? D'abord, si Philae est en bonne condition, il pourra encore fournir d'importantes données scientifiques, on le saura dans les semaines à venir, la fenêtre de possibilités va durer jusqu'à fin janvier. Après cela, la balle sera dans le camp de Rosetta, ce sera à elle de faire ce qu'il est encore possible de faire au niveau scientifique et puis, naturellement, on attend ce grand moment symbolique mais aussi important pour la mission, c'est-à-dire lorsque Rosetta se posera en septembre prochain sur la comète Tchourioumov, on verra alors s'il y a encore une phase opérationnelle possible après cet atterrissage' nous explique Claudio Rosmino. Now I'm closer to #67P again (approx 170km today) I'm listening out for Philae2014...wish we could reminisce about #CometLanding together...- ESA Rosetta Mission (ESA_Rosetta) 12 Novembre 2015 From one #CometLanding to another... planning my 'controlled impact' onto #67P next year... https://t.co/wwcNE3PeID pic.twitter.com/DKxyvIVRWv- ESA Rosetta Mission (@ESA_Rosetta) 12 Novembre 2015
Vidéos A la une
Voilà une découverte qui pourrait remettre en cause nos connaissances dans la formation de l'univers. De l'oxygène moléculaire - dont l'origine serait antérieur à notre système solaire - a été trouvé 'en abondance' dans la queue de la comète Tchouri. Il s'agit de la découverte la plus surprenante faite jusqu'à présent autour de la comète Cette découverte faite en septembre dernier a surpris la communauté scientifique et n'a été dévoilée qu'aujourd'hui par le magazine Nature. 'Il s'agit de la découverte la plus surprenante faite jusqu'à présent autour de la comète' 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, escortée depuis quinze mois par Rosetta, a estimé Kathrin Altwegg, de l'Université de Berne (Suisse), l'un des auteurs de l'étude. C'est la première fois que l'on trouve du dioxygène - plus couramment appelé oxygène moléculaire - dans une comète, même si il a été détecté dans d'autres corps célestes glacés comme les lunes de Jupiter ou de Saturne. L'oxygène moléculaire a été reniflé par Rosina, un instrument à bord de la sonde Rosetta qui tourne autour de la comète Tchouri depuis l'été 2014. Rosetta était déjà entrée dans l'histoire spatiale lorsqu'en novembre dernier après dix ans de voyage la sonde avait réussi son largage de Philae un petit module d'observation qui avait pu atterrir sur la comète. Hélas pour les scientifiques et tous les passionnés d'espace Philae est aujourd'hui muet depuis trois mois. Même l'oxygène trouvé dans la queue de la comète Tchouri n'a pas réussi à le réveiller. L'aventure de Rosetta, qui voyage depuis plus de onze ans dans l'espace, devrait se terminer en septembre 2016. A cette date, l'ESA a prévu de la faire se 'poser' le moins rudement possible sur Tchouri où elle retrouvera Philae qui sera alors endormi depuis longtemps.
Vidéos Sciences
Selon les dernières données de la mission Rosetta, la drôle de forme en canard de bain de la célèbre comète serait le résultat de la fusion de deux corps distincts il y a des milliards d'années. Voilà d'où viendrait sa tête, son corps et son cou affiné.
Vidéos Sciences
Plus d'un an après le rendez-vous de Rosetta avec la comète Tchouri, la sonde et son atterrisseur Philae ont rempli en très grande partie leur mission : les données qu'ils ont fait parvenir aux scientifiques bouleversent notre vision des comètes et nous offrent de nouvelles perspectives sur les origines de la vie. A l'ESA, on prépare déjà la dernière partie du voyage de Rosetta aux côtés de la comète. La sonde a récemment vécu une 'période intense'http://fr.euronews.com/2015/08/13/tchouri-rendez-vous-plein-de-sensation... : elle a pu l'observer à son périhélie, le point de son orbite le plus proche du Soleil, là où son activité se réveille - l'énergie solaire croissante réchauffe les glaces souterraines de la comète qui rejette alors des gaz et des poussières -. Pour se protéger, Rosetta a dû s'éloigner de plusieurs centaines de kilomètres. Dans l'opération, celle-ci a perdu le contact avec Philae. Rosetta rétablira-t-elle le contact avec Philae ? 'Bien sûr, on rêve de pouvoir communiquer de nouveau avec lui et de recevoir à nouveau des données scientifiques en provenance de la surface, par exemple, des images qui pourraient nous montrer en quoi le sol est différent aujourd'hui après le périhélie, de ce qu'il était en novembre,' insiste Stephan Ulamec, manager de l'atterrisseur au DLR à Cologne en Allemagne où est installée l'équipe aux commandes de Philae. Ses membres gardent l'espoir que le robot se fasse de nouveau entendre. D'ici au 21 septembre, il pourrait y avoir des moments propices. 'Pendant ces laps de temps qui durent environ une heure à deux heures et interviennent deux fois par jour, on essaie d'envoyer des ordres à l'atterrisseur et de communiquer avec lui,' explique Cinzia Fantinati, manager du Centre de contrôle de l'atterrisseur. Si Philae s'avère capable de capter le signal et de faire fonctionner ses instruments, les scientifiques auront alors une dernière chance de réaliser des tests importants, voire de mener des opérations complexes comme de réaliser des forages. Des briques élémentaires de la vie Pour autant, l'atterrisseur a déjà livré beaucoup : les données envoyées lors de sa descente vers Tchouri accréditent un peu plus l'idée que les comètes aient joué un rôle-clé dans l'apparition de la vie. 'Nous avons découvert diverses molécules organiques. Un résultat qui désormais, doit être pris en compte dans nos théories sur la formation de la vie : comprendre comment les sucres, les acides aminés ont pu se former sur Terre si ces matières organiques - ces molécules prébiotiques - ont été apportées sur Terre par les comètes,' explique Stephan Ulamec. 'Ce sont les briques élémentaires de la vie, ce ne sont pas des organismes vivants, ce sont des éléments qui peuvent aboutir à la création de la vie,' précise Matt Taylor, scientifique sur le projet Rosetta (ESTEC). L'arrêt de la mission Rosetta - entamée en 2004 - a été reporté de neuf mois, jusque fin septembre 2016. Mais les occasions de faire avancer la science vont se raréfier : la comète s'éloignera de plus en plus du Soleil et la lumière deviendra trop faible pour pouvoir recharger les batteries de Rosetta et Philae. A terme, la sonde, vaisseau-mère de Philae, rejoindra son 'enfant' sur Tchouri. Rosetta finira sa course sur la comète 'Lors des dernières semaines de la mission, indique Andrea Accomazzo, directeur de vol de la mission Rosetta (ESOC), on a l'intention de faire une descente en spirale en direction de la comète. On pense être en mesure de voler très près - bien en dessous de 10 km de distance -, poursuit-il, il est très probable que nous puissions prendre des images spectaculaires à de très courtes distances ; puis à la fin, on laissera l'engin se poser ou heurter la surface.' Neuf mois après l'arrivée de Philae sur la comète, la mission a permis d'accroître de manière spectaculaire, nos connaissances sur ce type de corps céleste, mais aussi d'alimenter notre fascination pour l'exploration spatiale. 'Rosetta est l'une des missions spatiales les plus fantastiques de l'Histoire, assure Andrea Accomazzo. D'un point de vue scientifique, nous avons exploré un monde qui était totalement inexploré. (...) On a pu voir que cette mission a attiré beaucoup d'attention dans le monde entier, suscité beaucoup d'émotion, ajoute-t-il, et c'est quelque chose qui sera toujours gravé dans nos coeurs.'
Vidéos Sciences
A 4h03, heure française, la comète Tchouri est passée au plus près du Soleil à 186 millions de kilomètres du Soleil. La sonde européenne Rosetta, positionnée plus loin, a pu photographier ce moment.
Environnement
Jamais la sonde Rosetta, qui est en orbite autour de la comète Tchouri, n’avait été aussi proche du Soleil.
Technologies
Dimanche, deux chercheurs britanniques ont affirmé qu’il y avait une vie extraterrestre sur la comète Tchouri. Seul problème : leur étude, reprise par de nombreux journaux, n’a pas été officiellement validée par leurs pairs.
Vidéos A la une
Le douze novembre 2014, après un voyage de près de 11 ans à bord de la sonde Rosetta, le robot Philae entame sa descente sur la comète 'Tchouri'. Sept heures en chute libre à plus de 510 millions de la Terre... De quoi provoquer la joie des scientifiques de la mission Rosetta au centre de l'Agence Spatiale Européenne, à Darmstadt. Le manager du projet Philae, Stephan Ulamec : 'On est là, et Philae est en train de nous parler, les premières choses qu'il nous dit, c'est que les harpons se sont enclenchés, et qu'ensuite le train d'atterrissage s'est replié. Donc, on est posé à la surface, Philae nous parle'. Mais le robot, qui pèse 700 kg sur Terre, n'est qu'une plume sur la comète, et lors de son atterrissage, il rebondit deux fois et se pose à deux km du lieu prévu, sur une pente raide et peu ensoleillée. Malgré tout, il réussit un forage et envoie des photos. Après 57 heures d'activité, Philae épuise ses batteries et entre en hibernation le 15 novembre. L'ESA le communique via twitter. Sept mois plus tard, les scientifiques reçoivent encore une bonne nouvelle : 'Ce soir, après la longue période d'hibernation de Philae, nous avons reçu à nouveau un signal, un signe de vie du robot pendant environ 85 secondes. Mais nous avons obtenu des données sur la situation, sur la température, sur la puissance produite par le générateur solaire, et il est apparu que le robot est en bon état, et opérationnel'. A présent, c'est la course pour obtenir le plus de données possible sur la comète Tchouri d'ici le 13 août, quand elle sera à 186 millions de km du Soleil, la distance la plus proche de lui, avant de s'éloigner à nouveau vers les confins du système solaire. Euronews a interrogé Paulo Ferri, à la tête de la mission de l'Agence Spatiale Européenne, pour faire le point. Claudio Rosmino, euronews : 'Est-ce possible de dire que Philae entre dans sa phase la plus importante ?' Paolo Ferri :'La mission était déjà dans une phase très importante, si l'on considère que la comète était dans sa période d'activité intense. Rosetta faisait déjà du bon travail. Le réveil de Philae offre une perspective nouvelle et très positive' euronews : 'La dernière conversation avec l'atterrisseur remonte à sept mois. Perdiez-vous espoir ?' Paolo Ferri : 'Le fait que ce système électronique a été exposé pendant sept mois à des températures extrêmes, moins cent degrés en dessous de zéro, me rendait sceptique quant à la possibilité qu'il se réveille. Avec le temps qui passe, je devenais de plus en plus sceptique'. Quelqu'un a dit 'Attendez jusqu'en juillet avant de perdre espoir ! Restons positif jusqu'en juillet' Ils avaient raison' euronews :'Dans quel état se trouve vraiment Philae ? Et quelles sont ces prochaines missions ?' Paolo Ferri : 'Tous les systèmes de Philae sont actifs maintenant, le système de survie a l'air de bien fonctionner. Les températures sont positives, et il y a toujours assez d'énergie. Ce que l'on ignore pour l'instant, c'est le véritable état des instruments. Donc, tout d'abord, nous devons essayer d'avoir davantage de nouveaux échanges avec Philae. Ceux que nous avons eu sont limités et nous avons besoin de collecter plus d'informations. La phase principale a été testée pour la dernière fois en novembre. Certains de ces tests ont donné des résultats très intéressants, d'autres n'ont pas fourni de données suffisantes. C'est pourquoi nous devons recommencer. Aussi parce que l'activité de la comète est plus importante aujourd'hui et nous pourrions obtenir des résultats nouveaux et très intéressants' euronews : 'Comment l'activité de la comète et son rapprochement du soleil vont-elles influencer la mission ? Et contribuer à la recharge des batteries de Philae ?' Paulo Ferri : 'En regardant la situation du point de vue de Philae, il se rapproche du soleil et c'est quelque chose de très positif. Philae s'est réveillé parce que nous sommes plus proches du soleil. La surface est plus chaude et c'est l'été là ou se trouve Philae. L'impact négatif touche davantage Rosetta, parce que Rosetta doit se déplacer dans un univers plus dynamique et plus sale, plus sale parce qu'il y a de la poussière. Donc, maintenant, nous devons nous éloigner un peu de la comète. Mais c'est quelque chose que nous avions vraiment déjà prévu. Elle se trouve maintenant à environ 200 kilomètres de la comète. Pour que Philae fonctionne, c'est mieux d'être plus proche, mais pour protéger Rosetta de la poussière, c'est mieux de s'éloigner. Cela va être une phase très critique et les deux aspects doivent être minutieusement évaluées tous les jours' euronews : 'Etes-vous parvenus à localiser l'endroit ou se trouve Philae ?' Paulo Ferri : 'Nous en serons sûrs seulement quand nous parviendrons enfin à nous rapprocher de la comète et à prendre des photos, cela se produira seulement lors des derniers mois de l'année. Jusqu'à fin août, il sera impossible de se rapprocher de la comète'
Vidéos Sciences
"Hello la Terre!" Assoupi depuis sept mois sur la comète "Tchouri", le robot européen Philae s'est réveillé dans la nuit de samedi à dimanche, laissant espérer qu'il allait pouvoir se remettre au travail sans attendre. Mais une remise en route complète pourrait ne pas intervenir immédiatement. "Une succession de réveils et d'hibernations" est envisagée par les scientifiques.
Vidéos Sciences
Le robot transporté par la sonde Rosetta s'est posé sur la comète Tchouri en novembre dernier, à 500 millions de kilomètres de la Terre. Depuis il était en repos, notamment pour recharger ses batteries grâce à ses panneaux solaires. 'Nous allons essayer de répéter les opérations de novembre, lorsqu'il avait terminé sa première séquence scientifique à l'atterrissage. Il était ensuite programmé pour hiberner, c'est ce qu'il a fait jusqu'à maintenant. Nous allons à présent forer davantage pour récupérer de la matière de surface. Nous entrons dans ce que l'on appelle la science à long terme, c'est ce que nous attendions. C'est une bonne nouvelle', explique Matt Taylor, responsable du projet Rosetta. Le robot devrait dans quelque temps être en mesure de prendre des images et de récolter des données sur la comète. L'objectif de cette mission est de percer le secret de l'évolution du système solaire depuis sa naissance. Les comètes sont, en effet, considérées comme des vestiges de la matière primitive. Avec AFP et Reuters
Vidéos Sciences
Après plusieurs mois de silence, le Centre Nationale des études spatiales a pu récupérer des signaux ayant parcouru des milliards de kilomètres. Philae avait été larguée par la sonde européenne Rosetta le 12 novembre dernier sur la comète Tchourimov Guérassimeko après un voyage de dix ans à travers l'espace. L'atterrissage du robot laboratoire sur la comète avait été mouvementé, mais Philae avait ensuite réussi à travailler plusieurs heures avant d'épuiser ses batteries et se mettre en veille jusqu'à aujourd'hui. La comète s'est depuis rapprochée du soleil, Philae a pu recharger au moins en partie ses batteries et le robot laboratoire fonctionne à nouveau. Les scientifiques espèrent que Philae sera maintenant en mesure de récupérer des échantillons et faire des analyses.
Vidéos Sciences
Bloqué dans une faille de la comète Tchouri, le robot Philae avait cessé d'émettre en novembre dernier. Mais il s'est enfin réveillé à la faveur d'un rayon de soleil lui permettant de recharger ses batteries et de rétablir le contact avec la Nasa.
Technologies
On a retrouvé le célèbre atterrisseur de la mission Rosetta qui était perdu de vue depuis novembre dernier après s’être posé avec succès sur la comète "Tchouri".
Vidéos Sciences
OEIL DU WEB. A grand renfort d'images, l'Agence spatiale européenne a dévoilé jeudi le lieu où ses ingénieurs pensent que Philae s'est posé sur la comète "Tchouri". Le petit robot est tombé dans un sommeil profond il y a quelques mois, faute de batteries suffisantes.
Vidéos Sciences
Michel Viso, responsable du programme exobiologique du centre national d'études spatiales (CNES) était l'invité de LCI ce dimanche matin. Ce dernier a évoqué les récentes photos prises par la sonde Rosetta, qui mettent en scène une comète qui "se rapproche de plus en plus du soleil".
Vidéos A la une
A l'Agence spatiale allemande à Francfort, les yeux sont toujours tournés vers le ciel et vers Philae. L'équipe de Rosetta se prépare à rétablir la communication avec Philae. Plus le petit robot se rapproche du soleil, plus il recharge ses batteries et pourra réagir. Si c'est à la mi-aôut que Philae sera au plus près du soleil, l'équipe de Rosetta sait que dès début juin, la période est propice : 'La sonde Rosetta vole approximativement à 200 kilomètres de la comète, explique le scientifique Koen Geurts. Elle va commencer à lancer un signal pour établir la communication avec Philae, et si Philae est allumé et a suffisamment d'énergie solaire pour répondre, il va se connecter sur son transmetteur, répondre et établir la communication.' Plus de 7 mois après l'atterrissage de Philae sur la comète, les scientifiques vont donc faire une quatrième tentative pour entrer en contact avec le robot endormi. Et si ça ne marche pas... 'Nous anticipons toutes les situations : si la batterie secondaire n'est pas capable de supporter l'activité, rajoute Koen, et si nous devons nous appuyer seulement sur l'énergie solaire, nous étudions des mesures autonomes, par exemple le champ magnétique, prendre des images de la surface autour de Philae, faire des mesures thermiques, qui nous donnerons des données scientifiques précieuses.' Philae s'est posé le 12 novembre sur la comète Tchouri. Après plusieurs rebonds, le robot a communiqué, via Rosetta, avec la Terre. Faute d'énergie, Philae s'est ensuite endormi. La recharge des batteries par les panneaux solaires reste le grand espoir.
Vidéos A la une
La sonde Rosetta et son petit atterrisseur Philae sont accrochés à la comète Tchouri depuis près de 6 mois. Sans soleil, la mission est en...
Vidéos Sciences
Au sommaire de cette édition de Space : si la mission Rosetta nous a déjà procuré bien des émotions, que nous a-t-elle appris sur Tchouri ? Tchouri, c'est le surnom donné à la comète 67P Tchourioumov Guérassimenko au coeur de la mission Rosetta. Rosetta, c'est également le nom de la sonde qui survole la comète Tchouri et sur laquelle s'est posé Philae, son vaillant atterrisseur. Peu à peu, Tchouri nous livre donc ses secrets grâce aux travaux de décryptage réalisés par de nombreux scientifiques à travers l'Europe. Alors, les premiers résultats sont-ils conformes à leurs attentes ? Pas si sûr ... Première interrogation : l'eau trouvée sur Tchouri est-elle, comme prévu, similaire à l'eau terrestre ? 'Pas du tout !', a tranché une équipe suisse emmenée par Kathrin Altwegg, professeur de physique à l'Université de Berne. D'où la nécessité de revoir nos hypothèses concernant l'origine de l'eau présente sur Terre. Deuxième question lancinante : qu'est devenu Philae après son atterrissage sur le plus petit des deux lobes de la comète Tchouri ? Voici la réponse de Matt Taylor, scientifique de la mission Rosetta pour l'ESA : 'à l'heure actuelle, nous essayons de capter des signaux en provenance de l'atterrisseur. Nous l'avons déjà contacté une fois sans résultat et nous allons recommencer tous les mois, afin de découvrir si Philae a réussi à se réveiller et pour qu'il nous donne, alors, des informations sur les conditions de luminosité sur place. Nous observons également régulièrement la surface de Tchouri pour détecter où se trouve exactement Philae.' Mais bien d'autres surprises attendent encore les scientifiques. Les relevés topographiques, par exemple, font état de fissures, rochers, montagnes, cratères et autres ondulations à la surface de la comète Tchouri. Pourquoi ? Retrouvez tous les détails de cette grande mission en 'terre inconnue' en cliquant ici.
Vidéos Sciences
La sonde européenne, Rosetta, a rencontré d'importantes difficultés de navigation en survolant de très près la comète Tchouri samedi. Ses communications ont été coupées, mais elle s'en est bien sortie et se tient désormais à distance de la comète.
Vidéos Sciences
La sonde européenne Rosetta, dans laquelle voyageait le robot Philae qui s'est posé en novembre sur la comète Tchouri où il est actuellement assoupi, sera en alerte à partir de jeudi, pour une semaine, dans l'espoir de recevoir un signe de vie de Philae.
Vidéos Sciences
La sonde européenne Rosetta, dans laquelle voyageait le robot Philae qui s'est posé en novembre sur la comète Tchouri où il est actuellement assoupi attend actuellement un signe de vie de Philae. Il ne reste qu'à attendre.
Vidéos Sciences
Rosetta va tenter d'entrer en contact jusqu'au 20 mars avec Philae, actuellement assoupi sur sa comète. Pour que Philae fonctionne, "il faut qu'il fasse plus de -45 degrés à l'intérieur de l'appareil", explique Paul de Brem, journaliste scientifique.
Vidéos Sciences
Paul de Brem, journaliste scientifique, explique qu'un forage effectué par Philae permettrait de déterminer si les comètes avaient "des briques qui ont permis de construire la vie".
Vidéos Sciences
Paul de Brem, journaliste scientifique, a de bons espoirs pour le reveil de Philae. "La comète est en train de se rapprocher du Soleil donc on a de plus en plus d'électricité qui est en train d'être produite par les panneaux solaires", explique-t-il.
Vidéos Sciences
Posé sur la comète Tchouri depuis novembre dernier, à 500 millions de kilomètres de la Terre, le robot Philae pourrait se réveiller dès ce jeudi. Alors qu'il s'était posé à l'ombre, ses batteries n'ont pas pu se recharger. Mais le soleil fait son retour. Dès son réveil, il transmettra des informations jusqu'en septembre prochain avant de se rendormir... Définitivement.
Technologies
C'est un peu un rendez-vous galant en ce jour de Saint-Valentin. La sonde Rosetta doit frôler la comète Tchouri pour effectuer relevés et mesures. A tout juste 6 km de la comète, Rosetta n'aura jamais été aussi près de Tchouri.

Pages

Publicité