L’ancien directeur de l’Alliance française d’Irkoutsk, en Sibérie, en fuite après avoir été condamné par la justice russe pour pédophilie, veut que son dossier soit transmis à la justice française.

Quarante-huit heures après son arrivée en France, Yoann Barbereau a livré, vendredi 10 novembre, devant la presse à Nantes, sa ville natale, le récit digne d’un « conte russe », comme il a lui-même qualifié sa cavale et son séjour contraint dans l’enceinte de l’ambassade de France à Moscou pendant plus d’un an.

Accusé de pédophilie, ce qu’il n’a cessé de nier, condamné à quinze ans de colonie pénitentiaire par la justice russe, l’ex-directeur de l’Alliance française d’Irkoutsk, en Sibérie orientale, a fini par s’échapper en franchissant clandestinement la frontière russe avec un pays balte, avant de rejoindre l’Hexagone.

Publicité
Au même moment, vendredi, Moscou a réagi en annonçant de nouvelles poursuites contre le Français. « Yoann Barbereau est apparu en France et a déclaré ouvertement avoir quitté illégalement la Russie, ce qui constitue également une infraction pénale. Les autorités russes ont l’intention de prendre toutes les mesures nécessaires afin que M. Barbereau assume la responsabilité de ses actes », souligne le ministère des affaires étrangères russe dans un communiqué, non sans rappeler au préalable les accusations lourdes qui pèsent sur le fugitif.

Après avoir témoigné contre lui, son épouse s’est rétractée

Ces charges — « actes sexuels sur un mineur » et diffusion de photos et de vidéos à caractère pornographique — Yoann Barbereau, 39 ans, les a réfutées, en dénonçant,...

Lire la suite sur Le Monde
Inscrivez-vous aux newsletters du Monde.fr

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :