La frontière entre fanatisme et folie est ténue.

DANS NOS ARCHIVES. Tout l'été, nous republions certains de nos meilleurs articles. Aujourd'hui, la frontière ténue entre folie et fanatisme.

Fou de Dieu ou fou tout court ? Le profil psychologique de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, qui a fauché 84 vies et blessé 303 personnes jeudi 14 juillet sur la Promenade des Anglais de Nice au volant d’un camion frigorifique, restera peut-être à jamais un mystère. D’un côté, l’Etat islamique a revendiqué l’attaque, qui correspond parfaitement à ses appels aux meurtres de masse avec les moyens du bord. Le chauffeur-routier tunisien de 31 ans, décrit comme "alcoolique", "non religieux" et "dragueur" se serait "radicalisé très rapidement" selon le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve  voire en l’espace de quatorze jours. L’enquête a établi le caractère "prémédité" du carnage, d'après le procureur de la République de Paris, François Molins.

Publicité

Ce dernier révèle que huit jours avant l’attentat, le Niçois s’était laissé pousser la barbe, s’étonnait auprès de témoins que Daech ne puisse prétendre à un territoire, montrait sa fascination pour les vidéos de décapitations. Depuis le 1er juillet, il se livrait sur son ordinateur à des recherches quasi-quotidiennes sur les sourates du Coran, les attentats d’Orlando et la fusillade de Dallas, consultait des photos de Ben Laden, de Mokhtar Belmokhtar…

Un "début de psychose" chez Bouhlel ?

La carte de résident de Mohamed...

Lire la suite sur L'Obs
Recevez gratuitement la newsletter quotidienne d’information de L'OBS

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :