Combien de cartons jaunes brandis dans les rues de Tunisie ? Ce dimanche, des manifestations sont organisées pour marquer le 7e anniversaire de..

Publicité
Combien de cartons jaunes brandis dans les rues de Tunisie ? Ce dimanche, des manifestations sont organisées pour marquer le 7e anniversaire de la révolution de Jasmin. Le 14 janvier 2011, les Tunisiens avaient chassé Zine el Abidine Ben Ali du pouvoir, qu’il exerçait depuis vingt-trois ans, et donné le coup d’envoi au « Printemps arabe ».Un peu plus de sept ans après l’immolation d’un jeune vendeur ambulant dans une bourgade déshéritée du pays, déclencheur des manifestations de 2011, la grogne sociale reste vive. Des manifestations pacifiques et des émeutes nocturnes cette semaine dans plusieurs villes du pays, conduisant à l’arrestation de 803 personnes.Le calme est globalement revenu depuis jeudi soir, mais les Tunisiens continuent de demander l’abrogation de la loi de finances, adoptée en décembre à une large majorité, qui prévoit de fortes hausses d’impôts.LIRE AUSSI Pourquoi la population tunisienne cède à la colère« Cela fait sept ans qu’on ne voit rien venir. On a eu la liberté, c’est vrai, mais nous sommes plus affamés qu’avant », explique à l’AFP Walid, un chômeur de 38 ans rencontré à Tebourba, près de Tunis, d’où est partie la dernière contestation.Ce dimanche, en plus du mouvement issu de la société civile « Fech Nestannew » (« Qu’est-ce qu’on attend ? »), le Front populaire, coalition de partis d’opposition de gauche, et l’UGTT, principal syndicat du pays, battront le pavé. Le... > Lire la suite sur Le Parisien
Recevoir la newsletter quotidienne du Parisien

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité